1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Dominique Strauss-Kahn ne sort pas de son silence

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 19 Décembre 2011.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 931
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 137 / -35
    LE POINT du 19 décembre 2011

    [​IMG]
    À Pékin, l'ex-patron du FMI s'est fendu d'une leçon d'économie. Mais a refusé tout commentaire sur les affaires qui le concernent.


    Dominique Strauss-Kahn tente un retour par l'étranger. L'ancien directeur du FMI a participé lundi à Pékin à un forum économique. Accepter l'invitation du groupe NetEase, l'un des géants de l'Internet en Chine, c'était aussi rappeler qu'il n'est pas que le personnage principal du fait divers politico-médiatique de l'année, mais aussi l'ancien patron du FMI, spécialiste en macro-économie.


    Aussi, lorsqu'il a évoqué à la tribune, dans la capitale chinoise, un "radeau semblant sur le point de sombrer", ce n'était point une allusion à sa vie personnelle ou à sa carrière politique avortée, mais l'expression de son pessimisme sur la zone euro. DSK s'est en effet montré très critique envers les mesures de sauvetage prises à Bruxelles.


    Loin de Nafissatou Diallo, loin de Tristane Banon, loin du Carlton de Lille, loin des tribunaux français..., le socialiste s'est fendu de conseils en forme de leçon magistrale aux dirigeants français et allemands : "Il est absolument nécessaire pour les Allemands et les Français de travailler ensemble. Mais je ne suis pas sûr que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se comprennent..."


    "Tempête" et "radeau"


    Dans un discours de 45 minutes, DSK a déploré que "nous voyions les pays européens passer d'un plan (de sauvetage) à un autre, d'un sommet de la dernière chance à un autre, toujours sans admettre les pertes, toujours sans permettre une reprise de la croissance et toujours en échouant à restaurer la confiance."


    Et donc de filer la métaphore de la "tempête" : "le radeau semble ne plus être assez résistant. (...) Le fait que l'euro soit encore au milieu de la rivière et que l'union budgétaire ne soit pas réalisée le rend très, très vulnérable et le radeau semble sur le point de sombrer."


    En revanche, aux journalistes étrangers qui lui posaient des questions plus personnelles, sur son actualité judiciaire, sur son état d'esprit ou sur son choix de la Chine pour revenir sur le devant de la scène, il a systématiquement opposé la même réponse : "Aucun commentaire."
     

Partager cette page