Dissuasion nucléaire française & européenne

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 913
9 884
198
64
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Souveraineté militaire : la France et son épée (1/3) Par Vauban
06/07/2020


OPINION. Fondateur de la Ve République, le général de Gaulle, qui prônait la réappropriation par la Nation toute entière de sa souveraineté militaire, avait fixé un cap clair et limpide : "Il faut que la défense de la France soit française". Car la force de frappe notamment ne se partage pas. Par Vauban, un groupe d'une vingtaine de spécialistes des questions de défense.

Extrait : Avec son lot de commémorations, l'année de Gaulle emporte aussi son lot de confusions. Pourtant, s'agissant de la Défense nationale, sa doctrine, fixée très tôt, est nette ; le discours prononcé à l'École de guerre le 3 novembre 1959 donnait à la France les trois orientations cardinales qui demeurent encore : la souveraineté intégrale, la force de frappe indépendante et le modèle d'armée autonome au seul service des intérêts de la France. Ce triptyque gaullien, toujours officiellement honoré, souffre cependant d'une confusion savamment entretenue par la doctrine du "en même temps" qui, appliquée à la défense et, pour paraphraser le général de Gaulle, devient "un cadre mal bâti où s'égare la nation et se disqualifie l'État" (discours de Bruneval, 30 mars 1947).

Une souveraineté galvaudée ?

La souveraineté, tout d'abord : Elle est, sur les plans philosophique, politique et opérationnelle, nationale, intégrale et indivisible ou elle n'existe pas. Or, le discours ambiant relativise cette souveraineté en la galvaudant. C'est ainsi qu'ont été évoquées "en même temps" que la souveraineté nationale, "une armée européenne", "une souveraineté européenne", une "co-souveraineté" sur notre domaine ultra-marin, et enfin, confusion des confusions, "une mutualisation de notre dissuasion". Ces concepts-là sont aussi irresponsables qu'anticonstitutionnels. L'emploi de la force, y compris ultime - la force de frappe -, n'a de soutien en France et de crédibilité à l'étranger que lorsqu'elle est ordonnée par une autorité politique légitime, donc élue, donc nationale, et le cadre géographique de la nation ne peut être cédée sans forfaiture si l'on en croit la constitution.

Suite de l'analyse >>>


Excellente analyse ! :francais: :bravo:
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 913
9 884
198
64
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
La France face au casse-tête de la défense de l'Europe (2/3) par Vauban
09/07/2020

La "mort cérébrale" de l'OTAN, la "servitude volontaire" des pays européens en matière de défense par rapport aux Etats-Unis, l'alliance contre-nature" entre la France et l'Allemagne, l'éloignement de la France de la Grande-Bretagne. par Vauban, qui regroupe une vingtaine de spécialistes des questions de défense.

Extrait : "Un cadre mal bâti où s'égare la nation et se disqualifie l'État" : la définition de la Quatrième république, que donnait dans son discours de Bruneval (30 mars 1947) le fondateur de la Ve République, le général de Gaulle, s'applique aussi à la position de la France dans la construction de l'Europe de la défense. Celle-ci souffre toujours de trois maux pathologiques, voire congénitaux : elle se trompe d'ennemi, d'alliances et de méthodes et la France, avec elle.

OTAN, un ennemi mais quel ennemi ?

L'ennemi, d'abord. Emboîtant le pas à l'OTAN, les promoteurs de l'Europe de la défense ont adopté sans broncher la vision géopolitique des États-Unis : si celle-ci avait sa raison d'être durant la Guerre froide - le communisme idéologique et conquérant de l'URSS -, elle est désormais à la fois obsessionnelle et myope. Obsessionnelle, car à les en croire, l'Europe n'a que deux ennemis : la Russie conquérante et l'Iran déstabilisatrice.** Myope, car les dangers du Sud - le terrorisme islamiste et la reconquête ottomane sous la férule des Frères musulmans, contrôlant les routes des migrations, du terrorisme et désormais du gaz et du pétrole en Méditerranée orientale - sont délibérément ignorés.
Cette géopolitique qui s'impose au sein de l'Alliance Atlantique à chacune des nations membres, a son avantage vue de Washington - la prolongation de la tutelle sur l'Europe - et une explication vue de Varsovie (* le souvenir de Katyn) mais elle ne saurait être en aucun cas celle de la France** pour qui les dangers sont au Sud (migrations, terrorisme islamiste) et non à l'Est.
L'élargissement successif de l'OTAN, qui devient un encerclement de la Russie et de ses alliés (Serbie), n'arrive pas à compenser le vide sidéral de pensée stratégique de cette organisation qui est obligée d'inventer un ennemi plutôt que de se réinventer. L'OTAN et les pays européens, qui s'y accrochent, ont une vision géopolitique dépassée, une doctrine d'emploi périmée et un modèle d'armée obsolète.

Suite de l'analyse >>>


** Que dire de plus , fort heureusement certaines personnes font preuve de lucidite !
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 913
9 884
198
64
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Souveraineté technologique et autonomie stratégique de la France par Boris Laurent / Spécialiste des questions de Défense, coordinateur éditorial du magazine DefTech.

3 juin 2021
Le monde se réarme et les grandes puissances se sont lancées dans une course aux technologies de rupture. La France est encore dans la course, mais elle devra considérablement augmenter son budget pour suivre le rythme, et pour conserver un bien très précieux : son autonomie stratégique


Extrait : La France est-elle capable de suivre le rythme imposé par les grandes puissances dans la course aux technologies de rupture, dont certaines viennent de franchir un nouveau palier (intelligence artificielle ou IA, missiles hypervéloces, armes à énergie dirigée, etc.) alors que d’autres sont encore au stade théorique (physique quantique) ?
La base industrielle et technologique de défense (BITD) française saura-t-elle réunir et maîtriser les compétences nécessaires dans le domaine des technologies de rupture ? À quoi ressemblera le champ de bataille du futur ?

La France est encore dans la course, mais elle devra augmenter son budget pour d’une part se donner les moyens de réussir son pari industriel et d’autre part pour garder une autonomie stratégique et une capacité décisionnelle. Mais elle doit faire vite, car le monde de l’attend pas.

Les États-Unis et la Chine, les deux poids lourds militaires mondiaux, semblent inatteignables tant leurs capacités financières sont hors de notre portée. Mais derrière, un deuxième groupe ne se laisse pas distancer avec la Russie, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, etc. Or chaque pays tente de prendre le leadership de cette deuxième entité, en termes de puissance militaire et de capacité de projection des forces. La France a résolument pris le virage vers plus de financements dans les technologies de rupture qui lui permettront de garder l’ascendant sur ses adversaires.

Suite de l'analyse >>>

1623331483442.png
Ce n'est pas complique il faut plus de budgets comme cite dans l'analyse ! :)
 
Dernière édition:

guillaumeenchine

Demi-dieu
09 Sept 2019
3 061
202
108
46
La France a résolument pris le virage vers plus de financements dans les technologies de rupture qui lui permettront de garder l’ascendant sur ses adversaires.

Oui. Petit et agile. C'est le futur. Sans oublier l'espace.