1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Des tombes musulmanes du haut Moyen Age découvertes à Nîmes

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 26 Février 2016.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 941
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 139 / -35
    LE MONDE du 26 février 2016

    La présence musulmane en Espagne est attestée, après la conquête de la fin du VIIesiècle, par de nombreuses traces archéologiques. Mais on ne disposait pas de preuves physiques de leur présence en France à cette époque-là. « Il y a des tombes musulmanes du XIIe siècle à Marseille et à Montpellier, précise Jean-Yves Breuil, mais celles de Nîmes sont les plus anciennes qu'on ait jamais trouvées. »Ces informations rejoignent des sources historiques qui attesteraient de la présence musulmane à Nîmes dès 720.

    Mais la découverte de ces sépultures soulève aussi d'autres questions. « Ces trois hommes ont été enterrés par d'autres qui connaissaient parfaitement le rite musulman, explique Jean-Yves Breuil. Cela signifie qu'il y avait au moins un petit groupe, qui est resté quelques années à Nîmes, puisque certains y sont morts et que d'autres étaient là pour les enterrer. » L'un des hommes étant assez âgé, autour de cinquante ans, on peut donc imaginer qu'il est « resté assez longtemps » à Nîmes.

    Deuxième élément essentiel, la place des tombes, retrouvées à l'intérieur de la ville antique, « près d'un chemin médiéval » et à une dizaine de mètres de tombes chrétiennes. « Elles ne sont pas reléguées dans un lieu sans signification, souligne Jean-Yves Breuil. Au contraire, elles sont dans la ville antique, ce qui, à l'époque, a du sens pour les gens du coin. » Est-ce à dire qu'un groupe de musulmans a pu cohabiter avec la communauté wisigothique de Nîmes, pendant quelques années, autour de 720 ? « Il est difficile de dire dans quelles conditions, si c'était une cohabitation subie ou non, si les rapports étaient pacifiques ou pas », tempère Jean-Yves Breuil. Mais il est certain que cette découverte va « plutôt dans ce sens » et pourrait nuancer l'idée que les musulmans n'auraient fait que des « incursions »dans une logique de conquête. Au contraire, cette découverte tend à montrer qu'un rapport de cohabitation a pu s'instaurer avec la population locale.

    http://pan.baidu.com/s/1i4yPRox
     

Partager cette page