De la géopolitique à la géoéconomie > conflit commercial Chine >Russie <> Etats Unis > le piège de Thucydide > guerre informationnelle ...

rincevent

Membre Bronze
22 Août 2021
229
36
35
37

Espérons qu'il n'y aura pas de dégâts collatéraux. Mais je fais confiance à la Chine pour nous sortir un démonstration de force millimétrée.
✈️✈️✈️✈️🚢🚢🚢🚢🚢🚁🚁🚁🚁🔫🔫🔫🔫🏝️🏝️🏝️🏝️🇨🇳🇨🇳🇨🇳:bzzz::epee::starwars:

Perso, je suis très inquiet…

Il y a ce mec sur Quora qui explique que le rassemblement de Tank Amphibien a Fujian ce n'est probablement pas juste pour le show…

J'espère qu'il se trompe.
 
Dernière édition par un modérateur:

Dui ni shuo de dui

Alpha & Oméga
18 Sept 2007
6 226
10 289
188
35
Shanghai
Perso, je suis très inquiet…

Il y a ce mec sur Quora qui explique que le rassemblement de Tank Amphibien a Fujian ce n'est probablement pas juste pour le show…



J'espère qu'il se trompe.
C'est un mec sur Quora.
En plus un mec qui se presente comme "BS from Xinjiang Re-Education Camps (Graduated 1990)"

Donc bon, faut pas trop le prendre au serieux non plus.
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
18 213
11 062
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Espérons qu'il n'y aura pas de dégâts collatéraux. Mais je fais confiance à la Chine pour nous sortir un démonstration de force millimétrée.
✈️✈️✈️✈️🚢🚢🚢🚢🚢🚁🚁🚁🚁🔫🔫🔫🔫🏝️🏝️🏝️🏝️🇨🇳🇨🇳🇨🇳:bzzz::epee::starwars:
Bonsoir Dgibe
C'est l'effet Kiss Cold , tu me tiens , je te tiens par la barbichette , et comme la situation ne se prete pas a la rigolade tout le monde va rentrer bien sagement chez soi , Dimanche ... :search:


1659620566069.png7342065-1.jpg

USNI News Fleet and Marine Tracker: Aug. 1, 2022


1659620775604.png

1659620825413.png
 
Dernière édition:

Dgibe

Dieu créateur
13 Mai 2016
2 702
1 150
158
39
Chengdu

DIRECT. Taïwan : des missiles chinois sont soupçonnés d'être tombés dans les eaux japonaises, selon Tokyo​


Je viens de voir ça. Mais bon c'est certainement dans les eaux disputées (genre les îles de pêche ou même encore plus proche).
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
18 213
11 062
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Je viens de voir ça. Mais bon c'est certainement dans les eaux disputées (genre les îles de pêche ou même encore plus proche).
Comme d'habitude l 'information est a sens unique , les mouvements de manoeuvres de l 'U.S . Navy dans la zone de proximite tactique avec plus de 100 navires dont 2 escadres aeronavales des le debut de la semaine ( celle de la Chine ont debutees ce jour ) , n'est pas evoque dans les medias francais ainsi que dans les declarations de l'UE , l'information est partiale , voir tronquee .. :hum:

Extrait : L'UE condamne des manœuvres "agressives". Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l'Union européenne, a condamné les manœuvres militaires "agressives" de la Chine. Selon lui, il n'y a "aucune justification" à utiliser "comme prétexte" la visite à Taïwan de l'élue démocrate américaine Nancy Pelosi.

 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
18 213
11 062
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Conférence de presse régulière de Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, le 4 août 2022- 1/2


CCTV : Le 3 août, les ministres des affaires étrangères du G7 et le Haut représentant de l'UE ont publié une déclaration dans laquelle ils se disent préoccupés par les "actions menaçantes annoncées" par la Chine, qui "risquent une escalade inutile", et affirment que "rien ne justifie" l'utilisation de la visite de Mme Pelosi à Taiwan "comme prétexte à une activité militaire agressive" ou à une coercition. Ils affirment qu'il est "normal" que les législateurs voyagent à l'étranger et qu'"il n'y a aucun changement dans les politiques respectives d'une seule Chine, le cas échéant, et dans les positions de base sur Taïwan des membres du G7". Avez-vous une réponse à cela ?

Hua Chunying : Lire cette déclaration, c'est comme être transporté dans le passé. Les ministres des affaires étrangères de ces pays croient clairement qu'ils vivent encore à l'époque des forces alliées à huit, il y a plus de 120 ans. Nous ne vivons plus dans un monde où les puissances impérialistes pouvaient malmener le peuple chinois sur le sol chinois. La Chine d'aujourd'hui n'est pas la vieille Chine humiliée et brimée il y a plus de 100 ans. Il est temps pour ces gens de se réveiller de leur rêve impérial. 

Permettez-moi d'insister sur les points suivants. 

Premièrement, la Chine a le droit de défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale. Les tensions dans le détroit de Taïwan sont fondamentalement dues à la connivence des États-Unis avec le troisième plus haut responsable du gouvernement américain, qui a pris un avion militaire pour se rendre dans la région chinoise de Taïwan, au mépris de la forte opposition et des sérieuses représentations de la Chine. Il s'agit d'un incident majeur qui vise à améliorer les échanges substantiels entre les États-Unis et Taïwan. Il porte gravement atteinte au principe d'une seule Chine ainsi qu'à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Chine. La Chine a clairement exprimé à plusieurs reprises sa ferme opposition à cet incident et a souligné sa ferme opposition au séparatisme visant à "l'indépendance de Taiwan" et à l'ingérence étrangère. La Chine ne laissera aucune place à quelque forme que ce soit de forces "indépendantistes". Si les États-Unis continuent sur la mauvaise voie, ils devront assumer toutes les conséquences qui en découlent. Et ne dites pas que nous ne les avons pas prévenus à l'avance.

Les États-Unis ont d'abord fait une provocation malveillante, et la Chine a été obligée d'agir en état de légitime défense. Dans le cas d'une provocation aussi flagrante qui viole la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, il n'est que légitime et nécessaire que nous prenions des contre-mesures en réponse, et ces mesures seront certainement fortes et résolues. Le monde le voit très clairement. Plus de 100 pays se sont exprimés peu après la visite, soulignant l'importance du maintien du principe d'une seule Chine et exprimant leur soutien aux efforts de la Chine pour faire respecter sa souveraineté et son intégrité territoriale. Si les pays du G7 se soucient vraiment de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan, ils auraient dû exhorter très tôt les États-Unis à ne pas faire une provocation aussi dangereuse, imprudente et irresponsable contre la Chine. Avant la visite de Pelosi, ces pays ont joué les muets et n'ont pas dit un mot. Aujourd'hui, cependant, ils se sont soudainement fait entendre et ont porté des accusations irresponsables contre la réponse justifiée de la Chine. Cela en dit long sur leur hypocrisie et leur laideur. 

Deuxièmement, le principe d'une seule Chine est un fondement politique important pour l'établissement de liens diplomatiques entre les pays du G7 et la Chine. Nous nous sommes toujours et fermement opposés à toute forme d'échanges officiels entre la région de Taïwan et les pays ayant des liens diplomatiques avec la Chine. Les dirigeants des assemblées législatives des pays du G7 doivent se conformer aux politiques étrangères reconnues et engagées par leurs gouvernements. Si le corps législatif d'un pays agit à l'encontre de la politique étrangère du pays et que le gouvernement ne fait rien à ce sujet, cela ne fera que prouver l'incompétence politique du gouvernement, sa mauvaise gouvernance et son manque de crédibilité au niveau international. Sur cette question sérieuse, jouer avec les mots ou essayer de redéfinir les engagements ne signifie rien et ne mène à rien. 

Troisièmement, il n'existe qu'une seule version et une seule connotation du principe d'une seule Chine, c'est-à-dire qu'il n'y a qu'une seule Chine dans le monde et que Taïwan fait partie de la Chine. Le gouvernement de la RPC est le seul gouvernement légal représentant l'ensemble de la Chine. Ce principe est clairement énoncé dans la résolution 2758 adoptée lors de la 26e session de l'Assemblée générale des Nations unies en 1971. Il s'agit de la norme de base des relations internationales et du fondement politique sur lequel la Chine a établi et développé des relations diplomatiques avec 181 pays, dont les pays du G7. Rien ne doit être inséré unilatéralement dans ce principe. Et il ne doit pas y avoir de mauvaise interprétation ou de distorsion du principe.

Quatrièmement, que ce soit aujourd'hui ou historiquement, les membres du G7 dirigé par les États-Unis personnifient l'agression et la coercition. Si quelqu'un doit être accusé d'agression et de coercition, les pays du G7 le méritent plus que quiconque.  

Le G7 ne doit pas oublier qu'il n'est pas en mesure de représenter la communauté mondiale. Leurs points de vue ne représentent qu'une infime partie du monde des nations. Comme l'a récemment écrit l'universitaire singapourien Kishore Mahbubani, "le G7 est globalement dictatorial". La dernière déclaration en date en est un bon exemple.

Je dois rappeler aux ministres des affaires étrangères du G7 que nous vivons tous dans la troisième décennie du 21e siècle. Il y aurait un problème si quelqu'un suivait la mentalité d'il y a plus d'un siècle. 

Bloomberg : La Chine se plaint souvent que trop d'Occidentaux souscrivent à ce qu'elle appelle le récit de la "menace chinoise". Mais que diriez-vous à ceux qui citeront les exercices militaires d'aujourd'hui, ces missiles et ces armes, comme preuve de la menace que représente la Chine ?

Hua Chunying :
Votre question est un exemple typique de la façon dont certaines personnes pensent en Occident. Il s'agit d'une question de faits et de principes fondamentaux, car elle concerne la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine.  

La Chine a clairement indiqué à de nombreuses reprises que nous étions fermement opposés à la visite de Pelosi. Et nous avons clairement indiqué qu'une fois la visite effectuée, il s'agirait d'une violation grave du principe d'une seule Chine et d'une atteinte grave à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Chine. La Chine prendra certainement des mesures fortes et résolues en réponse et toutes les conséquences seront supportées par la partie américaine. Ne dites donc pas que nous n'avons pas parlé à l'avance des implications de cet incident. 

Taïwan est une partie inaliénable du territoire de la Chine. Les exercices militaires chinois dans les eaux au large de l'île de Taïwan sont une mesure nécessaire et légitime pour défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale et une contre-mesure nécessaire et légitime contre les forces séparatistes "indépendantistes de Taïwan" et l'ingérence étrangère. Les autorités compétentes de la Chine ont émis à l'avance des alertes de sécurité et des avertissements aux voyageurs. Ce que nous avons fait est donc conforme au droit international et aux pratiques internationales. Quiconque essaie d'utiliser cela pour prouver que la Chine est une soi-disant menace ne fera que prouver qu'il est plutôt sombre à l'intérieur, parce qu'il choisit de considérer l'incident de manière sélective, en ignorant le fait que les choses se sont terminées ainsi parce que Pelosi a pris une mauvaise décision au mépris des représentations sérieuses répétées de la Chine et de la dissuasion répétée de diverses parties. 

Le conseiller d'État et ministre des affaires étrangères Wang Yi a déclaré ce matin en marge des réunions des ministres des affaires étrangères de l'ANASE Plus à Phnom Penh pour exposer la position de la Chine sur la provocation des États-Unis en violation de la souveraineté de la Chine. 

Le conseiller d'Etat Wang Yi a déclaré que le coup de Pelosi est une nouvelle faillite de la politique, de la diplomatie et de la crédibilité des Etats-Unis. Il prouve que les Etats-Unis sont le plus grand saboteur de la paix dans le détroit de Taiwan et le plus grand perturbateur de la stabilité régionale. Elle prouve que la stratégie indo-pacifique des États-Unis est hautement conflictuelle et nuisible. Elle prouve également l'hypocrisie et les doubles standards des États-Unis en matière de règles internationales. Si la Chine ne résiste pas fermement à l'imprudence, à l'irresponsabilité et à l'irrationalité extrême des États-Unis, le principe du respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale dans les relations internationales ne sera plus qu'un mot sur le papier, les séparatistes et les extrémistes deviendront plus téméraires et la paix et la stabilité durement acquises dans cette région seront gravement compromises. 

Le conseiller d'État Wang Yi a également souligné que cet incident est orchestré et provoqué à lui seul par les États-Unis et que la cause, les conséquences et les mérites de cet incident sont clairs comme de l'eau de roche. La Chine a fait tout ce qui est diplomatiquement possible pour empêcher cette crise qui lui a été imposée. Mais nous ne tolérerons aucun acte qui porte atteinte à nos intérêts fondamentaux et à notre rajeunissement national. Nous ne resterons pas assis à regarder les États-Unis jouer la "carte de Taïwan" pour servir leur politique intérieure et les intérêts égoïstes de certains politiciens. Nous ne tolérerons pas les tentatives d'incitation aux tensions, à la confrontation et au séparatisme dans cette région.

Les nombreuses mesures que la Chine prend et prendra sont des contre-mesures nécessaires et opportunes, de nature défensive, qui ont fait l'objet d'un examen sérieux et d'une évaluation minutieuse, et qui visent à protéger la souveraineté et la sécurité de notre nation. Elles sont conformes au droit international et aux lois nationales. Elles constituent un avertissement aux provocateurs et visent également à protéger la stabilité régionale et la paix dans le détroit de Taiwan. Toutes les parties doivent reconnaître clairement la cause et la nature de la crise actuelle, s'opposer conjointement à l'imprudence et à la provocation des États-Unis, continuer à soutenir la position et les mesures justes de la Chine et protéger conjointement la paix régionale et entre les deux rives du détroit.

CGTN : Nancy Pelosi a déclaré dans un communiqué le 3 août que la visite de la délégation du Congrès à Taïwan devait être considérée comme une déclaration forte indiquant que l'Amérique est solidaire de Taïwan. Avez-vous un commentaire à faire ?

Hua Chunying :
Nous entendons souvent les politiciens américains dire qu'ils se tiennent aux côtés d'untel ou d'untel, mais l'histoire et les faits ont montré à plusieurs reprises que les personnes avec lesquelles les politiciens américains prétendent se tenir deviennent les cibles du chaos et du désastre. Il suffit de regarder l'Irak, la Syrie, la Libye et l'Afghanistan, et de regarder également les personnes responsables de ce que Pelosi a appelé "un beau spectacle à voir" à Hong Kong et les séparatistes de "l'indépendance de Hong Kong". Voyez ce qu'ils sont devenus ?

AFP : Les ministres des affaires étrangères de l'ASEAN ont exprimé aujourd'hui dans une déclaration leurs inquiétudes face à toute action provocatrice dans le détroit de Taiwan. Ils ont déclaré que la situation actuelle pourrait conduire à une erreur de calcul et à une grave confrontation. La Chine est-elle préoccupée par de telles erreurs de calcul ou confrontations potentielles résultant des exercices militaires de cette semaine ?

Hua Chunying :
La cause profonde des tensions actuelles dans le détroit de Taïwan est la grave provocation conjointe de la partie américaine et des forces séparatistes "indépendantistes de Taïwan", qui viole gravement le principe d'une seule Chine et porte atteinte à notre souveraineté et à notre intégrité territoriale. Face à cette provocation flagrante, nous sommes contraints de prendre des contre-mesures justifiées et nécessaires pour défendre notre souveraineté et notre intégrité territoriale. Toutes nos mesures sont dirigées contre les forces séparatistes "indépendantistes de Taiwan". Toute personne préoccupée par les tensions régionales devrait demander aux États-Unis de respecter immédiatement et de manière crédible le principe de la Chine unique, de cesser de violer la souveraineté de la Chine et de prendre des mesures concrètes pour maintenir la paix et la stabilité régionales. Il est très clair ici qui est responsable de l'incident et qui est le provocateur. La Chine n'est contrainte d'agir qu'en cas de légitime défense. J'espère que vous pouvez voir ce fait.

Je suis sûr que vous savez que dans la déclaration, l'ASEAN dit qu'elle est opposée aux provocations. Et la visite de Pelosi est en soi une sérieuse provocation. Les pays de l'ANASE espèrent voir la paix et la stabilité dans cette région et s'opposent à toute provocation sérieuse comme la visite de Pelosi. Ils sont sérieusement préoccupés par le fait que de telles provocations irréfléchies pourraient mettre la paix et la stabilité régionales dans une situation précaire.

Comme je l'ai dit hier, de nombreux pays ont immédiatement pris la parole pour exprimer leur opposition à cette visite, une provocation grave et dangereuse, et ont réitéré leur engagement envers le principe d'une seule Chine.

Le porte-parole du Secrétaire général de l'ONU a déclaré que l'ONU est guidée par la politique d'une seule Chine. Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a ensuite réaffirmé que l'ONU respecte la politique d'une seule Chine et la résolution 2758 de l'AGNU. La Ligue des États arabes a exprimé son soutien à la Chine hier. L'Organisation de coopération de Shanghai a fait une déclaration indiquant que l'OCS adhère au principe d'une seule Chine, s'oppose fermement à l'ingérence de toute force extérieure dans les affaires intérieures de ses États membres, soutient tous les États membres dans la sauvegarde de l'unité nationale et la défense de leur propre souveraineté et intégrité territoriale, et continuera à promouvoir une coopération accrue entre les États membres à cet égard afin de garantir la paix, la sécurité et la stabilité dans la région. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a répété qu'il ne voyait aucune raison de créer un tel irritant sorti de nulle part.

Le ministère pakistanais des affaires étrangères réaffirme l'engagement ferme du Pakistan en faveur du principe d'une seule Chine et soutient fermement la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine. Le ministère cubain des Affaires étrangères a publié une déclaration condamnant l'ingérence dans les affaires intérieures de la Chine, affirmant son rejet ferme des actions visant à porter atteinte à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Chine et soulignant son inquiétude face aux tensions croissantes et à la détérioration de la situation concernant Taïwan, conséquence directe de la politique agressive et de la forte présence militaire des États-Unis et de leurs alliés dans le détroit de Taïwan.

Le ministre cubain des Affaires étrangères a déclaré sur les médias sociaux que Cuba rejette les actions visant à porter atteinte à l'intégrité territoriale et à la souveraineté de la République populaire de Chine, et condamne l'ingérence dans ses affaires intérieures. Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que le soutien de son pays au principe d'une seule Chine est indubitable. Les actions provocatrices des États-Unis sont devenues une source de menace pour la paix et la stabilité internationales et la communauté internationale doit y mettre fin. Le ministère des affaires étrangères du Myanmar a publié une déclaration indiquant que la visite de Mme Pelosi à Taiwan provoque une escalade des tensions dans le détroit de Taiwan. Le Myanmar s'oppose à toute action provocatrice provoquant des instabilités dans la région et à toute tentative d'ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays. Le Myanmar soutient pleinement la politique d'une seule Chine.


Le porte-parole du ministère indonésien des affaires étrangères a déclaré que l'Indonésie continue de respecter le principe d'une seule Chine. La visite de Mme Pelosi à Taïwan risque d'intensifier la confrontation entre la Chine et les États-Unis. Si elle n'est pas bien gérée, elle pourrait conduire à un conflit ouvert et perturber la paix et la stabilité, notamment dans le détroit de Taïwan. Le ministère thaïlandais des affaires étrangères a déclaré que la Thaïlande s'en tenait au principe d'une seule Chine et qu'il était important de se conformer aux principes de respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale. Le porte-parole du ministère vietnamien des affaires étrangères a réaffirmé que le pays adhère à la politique d'une seule Chine. Le ministère éthiopien des affaires étrangères a déclaré que le pays soutient fermement le principe d'une seule Chine, qui est également soutenu par l'ONU et l'Union africaine. Le ministre soudanais des affaires étrangères a déclaré que Taïwan était une partie inaliénable du territoire chinois et que le Soudan soutenait les efforts de la Chine pour faire respecter la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale.

Le ministre des affaires étrangères de la République du Congo a déclaré que le respect du principe d'une seule Chine était la politique inébranlable de son pays et que la République du Congo soutenait fermement les actions de la Chine visant à défendre sa souveraineté nationale et son intégrité territoriale. Le ministère des affaires étrangères du Sud-Soudan a déclaré qu'il soutenait le principe d'une seule Chine et s'opposait à toute ingérence dans les affaires intérieures de la Chine. Le président du Parlement sud-africain a déclaré que les mesures prises par les États-Unis constituent une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine, qui ruinera les efforts déployés au fil des ans pour maintenir la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan et mettra inévitablement en péril la paix et la stabilité régionales.

Le ministre grec des Affaires étrangères a exprimé son soutien à la politique d'une seule Chine, celle-ci défendant la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale, lors d'une rencontre avec le conseiller d'État et ministre des Affaires étrangères Wang Yi en marge des réunions ministérielles de l'ANASE. Le Premier ministre serbe a déclaré lors de sa rencontre avec l'ambassadeur chinois que la Serbie soutient la politique d'une seule Chine et considère Taïwan comme une partie intégrante de la Chine. Le vice-président nicaraguayen a ouvertement exprimé son soutien à la Chine dans ses efforts pour faire respecter la souveraineté nationale et a condamné l'intervention impérialiste des États-Unis.

Dans une déclaration, le ministre nicaraguayen des affaires étrangères a fermement condamné la visite de Mme Pelosi et a déclaré que le Nicaragua soutenait pleinement la position de la Chine sur la question de Taïwan, qu'il soutenait la Chine dans la défense de la souveraineté nationale et de l'intégrité territoriale et qu'il exhortait la partie américaine à cesser immédiatement sa provocation méprisable à l'encontre de la Chine. Le ministère vénézuélien des affaires étrangères a déclaré que la visite de Mme Pelosi est une provocation directe et une menace grave pour l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Chine. Le Venezuela soutient fermement le principe d'une seule Chine et exhorte les États-Unis à respecter la souveraineté de la Chine.

Le secrétaire général du Parti d'avant-garde du peuple (PVP) du Costa Rica a déclaré que le PVP soutient fermement la Chine dans la défense de la souveraineté et de l'intégrité territoriale. Au Brésil, le président du Parti communiste et secrétaire des relations internationales a publié une déclaration intitulée Taiwan : L'impérialisme provoque la Chine et menace davantage la paix mondiale pour condamner la visite de Pelosi à Taiwan. Le Parti communiste d'Argentine a publié une déclaration condamnant les États-Unis pour avoir violé la résolution 2758 de l'AGNU et leur engagement dans le communiqué conjoint sur l'établissement de relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis, et soulignant que la visite de Pelosi à Taïwan est une forte provocation et une agression impérialiste, et appelant les gouvernements et les peuples du monde entier à s'élever contre ce que les États-Unis ont fait. 

En outre, la presse de Russie, de Thaïlande, de Cuba, d'Afrique du Sud, du Zimbabwe et d'Angola a publié des commentaires soulignant que Taïwan fait partie de la Chine et que la visite de Pelosi viole gravement le principe d'une seule Chine, constitue une grave provocation, porte gravement atteinte à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Chine et compromet la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan. Martin Jacques, érudit britannique de renom, a écrit dans un article que la provocation de Pelosi à propos de Taïwan conduit les États-Unis et le monde dans une ère de désordre et d'instabilité. La tension dans le détroit de Taïwan est due au fait que les États-Unis empiètent sur l'accord qu'ils ont conclu avec la Chine. 

Tout cela montre que le principe d'une seule Chine fait l'objet d'un consensus universel et que ce qui est une cause juste peut recevoir le soutien de nombreuses personnes dans le monde. J'espère donc que ce que j'ai partagé avec vous vous aidera à comprendre qui est le provocateur et qui doit être responsable des tensions dans la région.
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
18 213
11 062
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Conférence de presse régulière de Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, le 4 août 2022- 2/2


China Daily : Un responsable du département d'État américain a déclaré que la Chine ne devait pas utiliser la visite de Mme Pelosi à Taïwan comme prétexte pour continuer à chercher à modifier le statu quo en ce qui concerne Taïwan. Et si une escalade ou une crise devait d'une manière ou d'une autre suivre sa visite, ce serait la faute de Pékin. Avez-vous un commentaire à faire sur ces remarques ?

Hua Chunying :
C'est la façon typique des États-Unis de confondre le bien et le mal et d'agir comme un voleur qui crie "arrêtez le voleur". Cela montre à quel point les États-Unis sont toujours dominateurs, arbitraires et sans scrupules. J'aimerais que les États-Unis répondent à quatre questions. 

Premièrement, quel est le statu quo sur la question de Taïwan ? Les faits sont clairs comme de l'eau de roche, à savoir que les deux côtés du détroit de Taïwan appartiennent à une seule et même Chine et que Taïwan fait partie du territoire chinois. Bien que les deux parties aient été politiquement opposées pendant longtemps, la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine n'ont jamais été divisées. Tel est le véritable statu quo de la situation dans le détroit de Taïwan. 

Deuxièmement, qui crée la crise dans le détroit de Taïwan ? La collusion entre les États-Unis et les forces "indépendantistes" et leurs provocations est le facteur fondamental de la tension dans le détroit de Taïwan. Ces dernières années, les autorités du DPP ont refusé de reconnaître le Consensus de 1992, qui incarne le principe d'une seule Chine, et ont tenté de solliciter le soutien des États-Unis pour l'"indépendance de Taïwan". Les États-Unis ont déformé, obscurci et vidé de sa substance le principe d'une seule Chine pour servir leur objectif stratégique consistant à perturber et à contenir le développement de la Chine. Les États-Unis ont cherché à jouer la "carte de Taiwan" pour contenir la Chine. Ils ont renforcé leurs contacts avec Taïwan et augmenté leurs ventes d'armes à Taïwan. La visite de Mme Pelosi à Taïwan, au mépris de la réaction mondiale, porte gravement atteinte aux échanges substantiels entre les États-Unis et Taïwan. Elle viole gravement l'engagement du gouvernement américain envers le gouvernement chinois sur la question de Taïwan et la norme de base des relations internationales, et porte gravement atteinte à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Chine. 

Troisièmement, qui doit être responsable des tensions dans le détroit de Taiwan ? La Chine a, à plusieurs reprises, informé les États-Unis de la gravité et du préjudice de cette visite et a clairement indiqué que toutes les conséquences qui en découlent devraient être supportées par la partie américaine. Ne dites donc pas que nous n'avons pas dit tout cela aux États-Unis à l'avance. Mais le gouvernement américain et la Présidente Pelosi ont joué un double jeu et ont insisté pour suivre la mauvaise voie. Les États-Unis ont fait la provocation en premier, et la Chine a été obligée d'agir en légitime défense. Le gouvernement chinois a le droit de faire tout ce qui est nécessaire et justifié pour défendre résolument notre souveraineté et notre intégrité territoriale. 

Quatrièmement, qui modifie le statu quo dans le détroit de Taïwan ? Les États-Unis ont invoqué leur action illicite d'il y a 25 ans pour justifier leur visite. Mais nous avons dit très clairement que les erreurs du passé ne justifient pas de les répéter. La Chine tire toujours les leçons des expériences passées. Nous ne permettrons pas aux États-Unis de continuer à utiliser la tactique du salami pour empiéter sur le principe d'une seule Chine, l'obscurcir et le vider de sa substance. Nous ne permettrons pas aux États-Unis d'utiliser n'importe quel prétexte ou excuse pour modifier progressivement le statu quo. 

Permettez-moi de souligner une fois de plus qu'à l'heure actuelle, toute tension émergeant dans le détroit de Taiwan est causée à elle seule par les États-Unis. Fondamentalement, c'est parce que le président Pelosi a insisté pour visiter Taïwan par intérêt égoïste et a gravement violé le principe d'une seule Chine. Nous n'en serions pas là si Pelosi n'avait pas effectué cette visite provocatrice à Taïwan. De nombreux pays et médias à travers le monde partagent également une compréhension claire, objective et correcte de cette situation et ont mis en garde les États-Unis de diverses manières. Donc, si les États-Unis se soucient vraiment de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan, la chose la plus importante et la plus cruciale qu'ils doivent faire est de s'assurer immédiatement qu'ils respectent strictement le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, en paroles et en actes.

Reuters : L'aggravation des tensions entre la Chine et les Etats-Unis au sujet de Taïwan s'est-elle étendue au reste des pays du G7 ?

Hua Chunying :
La Chine espère toujours avoir des relations amicales et coopératives sur la base du respect mutuel, de l'égalité et de la coopération gagnant-gagnant avec les pays du G7 et tous les autres pays du monde. Je pense que c'est l'aspiration commune des peuples de tous les pays et que cela sert les intérêts communs des pays. Par ailleurs, sur les questions relatives à la souveraineté et à l'intégrité territoriale, la Chine n'a pas le droit de faire de compromis ou de céder. Tous les pays ayant des relations diplomatiques avec la Chine doivent respecter le principe d'une seule Chine.

Quant à l'impact des tensions nées de la question de Taïwan entre la Chine et les États-Unis sur les relations de la Chine avec les autres membres du G7, je pense que c'est à ces nations du G7 de décider ce qu'elles pensent et font à ce sujet. S'ils décident de suivre les États-Unis et d'admettre qu'ils n'ont pas de politique étrangère indépendante ou s'ils ne se soucient pas des intérêts de leurs propres pays et de leurs propres peuples et qu'ils sont prêts à lier leurs propres pays aux États-Unis et à être les acolytes de ces derniers, alors je doute fort que les populations de leurs pays respectifs disent oui à cela.

S'il s'agit de nations réellement indépendantes, elles devraient prendre des décisions fondées sur les intérêts de leurs propres pays et peuples et respecter le principe d'une seule Chine, car il s'agit de la condition préalable et du fondement politique le plus important de leurs relations diplomatiques avec la Chine. Les pays concernés devraient être en mesure de comprendre cela, car tout gouvernement responsable agirait dans l'intérêt fondamental et à long terme de son propre pays et de l'aspiration de ses peuples et prendrait des décisions indépendantes qui servent au mieux ses intérêts.

Cette déclaration ne permettra pas au G7 de gagner en dignité ou en respect. Le G7 ne représente qu'une infime minorité. Même si tous les habitants des pays du G7 soutiennent cette déclaration, ils ne représentent que moins de 10% de la population mondiale. Ils ne représentent pas la communauté internationale. Sans parler du fait que 85 % des Américains n'approuvent pas la politique américaine et pensent que les choses aux États-Unis vont dans la mauvaise direction. Combien de personnes cette déclaration des ministres des affaires étrangères du G7 peut-elle réellement représenter ? Quelle signification peut-elle avoir ?

Reuters : La Chine pense-t-elle que ces exercices permettent de gagner le cœur et l'esprit de la population de Taïwan ?

Hua Chunying :
Avez-vous demandé aux autorités taïwanaises, lorsqu'elles ont insisté pour inviter la présidente de la Chambre des représentants Pelosi à Taïwan, si elles avaient interrogé les Taïwanais sur leur cœur et leur volonté ? Je sais qu'après l'arrivée de Pelosi à Taiwan, de nombreuses personnes ont protesté. Les autorités taïwanaises ont-elles à cœur les attentes, les volontés, le bien-être et les intérêts de la population taïwanaise ?

Comme je l'ai dit, les mesures que nous avons prises sont justifiées, nécessaires et résolues. L'objectif est de protéger notre souveraineté et notre intégrité territoriale et d'envoyer un message d'avertissement aux provocateurs. Ces mesures visent les forces séparatistes "indépendantistes de Taiwan" et l'ingérence de forces étrangères.

PTI : Vous avez répondu plus tôt à une question sur le statu quo qui prévaut à propos de Taïwan. Il y a un grand rapport aujourd'hui dans le Global Times, qui dit que la visite de Pelosi change le statu quo dans le détroit de Taiwan. Il y a une sorte de paix qui prévaut dans le détroit de Taiwan depuis longtemps. Donc peut-être que le statu quo signifie aussi cela. Alors, les exercices militaires, est-ce que cela va être une nouvelle normalité de ce à quoi nous allons assister dans cette région ?

Hua Chunying :
A propos du statu quo dans le détroit de Taiwan, j'ai dit en détail ce qu'est exactement le statu quo. Les deux côtés du détroit de Taiwan appartiennent à une seule et même Chine. C'est le véritable statu quo du détroit de Taïwan. La souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine n'ont jamais été divisées. Depuis quelque temps, les États-Unis et les forces séparatistes indépendantistes de Taïwan sont de connivence, améliorent considérablement les échanges entre les États-Unis et Taïwan, intensifient les ventes d'armes à Taïwan et violent le principe de la Chine unique et les engagements pris envers le gouvernement chinois. En particulier, la visite de Pelosi à Taïwan, malgré l'opposition du monde entier, est une grave provocation qui améliore considérablement les échanges entre les États-Unis et Taïwan.

Nous avons émis des avertissements à de nombreuses reprises. C'est sur la base de l'expérience et des leçons que nous avons tirées du passé que nous savons que nous ne pouvons pas laisser les États-Unis utiliser ce type de tactique du salami pour continuer à repousser les limites des lignes rouges de la Chine. Ainsi, face à une telle provocation qui porte gravement atteinte à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Chine, nous n'avons d'autre choix que de prendre des mesures résolues pour démontrer notre détermination et notre capacité à faire respecter notre souveraineté et notre intégrité territoriale.

Et cela deviendra-t-il une nouvelle normalité ? Cela dépend de l'action de la partie américaine et des forces séparatistes indépendantistes de Taïwan. À moins qu'ils ne cessent d'essayer de diviser la Chine, la Chine ne cessera jamais de prendre des mesures résolues pour défendre notre souveraineté et notre intégrité territoriale, même pas un seul jour. Et nous ne cesserons pas de démontrer notre détermination, notre volonté et nos capacités.

AFP : La visite de Nancy Pelosi à Taïwan étant déjà terminée, qu'est-ce que la Chine estime devoir être fait, soit par Taïwan, soit par les Etats-Unis, pour réparer son geste ?

Hua Chunying :
Le coup d'éclat de Pelosi a pris fin très rapidement, mais les graves dommages et l'impact négatif ne disparaîtront pas de sitôt. Je pense que les Etats-Unis et les autorités taïwanaises savent très bien que la seule façon d'avancer est de respecter strictement le principe d'une seule Chine, tant en paroles qu'en actes, et de ne rien faire qui puisse porter atteinte à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Chine.

1659653468455.png

La recette des Etats Unis a la sauce Russo Ukrainienne dont nous avons pu apprecier le resultat desastreux depuis ces 6 derniers mois , dont les raisons et la situation n'ont rien a voir etant donne que la Chine n'est pas en conflit politique et militaire ouvert avec Taiwan et ce grace a un Status quo en vigueur , la manipulation des masses populaires et politiques a deja commence aux Etats Unis , avec le meme scenario d'usage , mais bon ca distrait la plebe de la situation economique calamiteuse de ces memes Etats Unis qui sont en recessions depuis 2 trimestres , accompagnes d' une inflation a 12 % ! :discours:

4 juillet 2022
Interessant egalement a la date du 1 juin 2022 ...
 
Dernière édition:

rincevent

Membre Bronze
22 Août 2021
229
36
35
37

totoautibet

Alpha & Oméga
03 Mar 2010
5 614
5 544
188
76
Nanning
fermeture des Chinatowns dans toutes les villes US... :chinois: 🍆
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
18 213
11 062
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Erdogan veut ouvrir avec Poutine une nouvelle «page» dans les relations Turquie-Russie


1659645400768.png
Les deux dirigeants se sont entretenus à Sotchi, dans le sud de la Russie. MURAT KULA / AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a dit espérer que son entretien vendredi avec son homologue russe Vladimir Poutine allait ouvrir une nouvelle «page» dans leurs relations, ajoutant qu'il aborderait notamment la Syrie, où Ankara veut lancer une opération militaire.

Extrait provisoire :
Après des discussions politiques et économiques «très productives» entre des délégations des deux pays, Recep Tayyip Erdogan a estimé que son entretien avec Vladimir Poutine à Sotchi (sud de la Russie) allait «ouvrir une page très différente» dans les relations bilatérales.

Source >>>

1659645539374.png

Dossier & commentaires : Russie Turquie 01 Oct 2021
 
Dernière édition:

rincevent

Membre Bronze
22 Août 2021
229
36
35
37
Malgré la provocation américaine je trouve le raisonnement des portes paroles de la Chine un peu limité sur la question de Taiwan :

"Taïwan ne veut plus être chinois c'est a cause de la propagande américaine".

En vérité je pense que c'est plus la politique chinoise de manière générale que le comportement des Américains qui a fait évoluer la mentalité des Taïwanais...

Le fait de passer a un gouvernement totalitaire qui ne permet aucune critique et expressions de ses citoyens, censure tout ce qui ne lui plaît pas, ca fait pas envie a grand monde...
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
18 213
11 062
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Malgré la provocation américaine je trouve le raisonnement des portes paroles de la Chine un peu limité sur la question de Taiwan :

"Taïwan ne veut plus être chinois c'est a cause de la propagande américaine".

En vérité je pense que c'est plus la politique chinoise de manière générale que le comportement des Américains qui a fait évoluer la mentalité des Taïwanais...

Le fait de passer a un gouvernement totalitaire qui ne permet aucune critique et expressions de ses citoyens, censure tout ce qui ne lui plaît pas, ca fait pas envie a grand monde...

Ne confond pas ce que pensent les taiwanais qui sont libres comme l' air de toutes facons , et les realites politiques et geopolitiques ... La porte parole fait allusion au Status quo qui existe depuis le debut , c'est a dire que Taiwan est reconnu comme une province de la Chine par l '0nu et les Etats Unis et qu'il n'existe qu'une seule Chine representee par le gouvernement de Beijing dans les instances internationales , province avec sa presidente , ses ministres , ses parlementaires , ses elections, sa monnaie , ses forces militaires , ses passeports , etc ... Ils font ce quíls veulent dans tous les domaines , hors Diplomatie et instances internationales ... Si le Status quo est respecte et ce sans veilleites d 'independances ca peut durer des lustres ....

Ca a toujours fonctionne ainsi depuis 1972 . 1973 ,1974 et a la fin de celles ci ,avec des annexes dans les annees 80 /90 avalises par les Etats Unis et l'Onu et de ce fait les Etats membres ...
Or les Etats Unis incitent Taiwan a la sedition pour des raisons d'influences geopolitiques et geoeconomiques en Asie tout comme ils ont procedes a Hong Kong en 2019 , alors que tout se passait pas trop mal voir plutot bien niveau democratie suivant le protocole de 1997, protocole qui devait durer 50 ans ...
On connait la suite , suite a la tentative de sedition , Hong Kong a tout perdu ...

Apres je ne vais pas me taper 3 km de traductions et de mise en pages , va directement sur le site des affaires etrangeres pour te rendre compte de la situation ... Voila ...


Conférence de presse régulière de Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, le 5 août 2022 ( extrait ) ...

CCTV : Ces derniers jours, nous avons remarqué que de nombreux pays ont exprimé leur soutien à la Chine à propos de la visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine Pelosi à Taïwan, et vous nous avez donné quelques exemples. Pouvez-vous nous donner plus d'informations aujourd'hui ?


Hua Chunying :
En effet, à la suite de la visite de Pelosi à Taïwan, plus de 160 pays se sont exprimés en faveur de la justice, ont condamné la visite comme une provocation grave, imprudente et irresponsable et ont exprimé leur engagement envers le principe d'une seule Chine et leur soutien aux efforts de la Chine pour faire respecter sa souveraineté et son intégrité territoriale.

1659747429355.png
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
18 213
11 062
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
La Chine riposte en suspendant brusquement les dialogues avec les Etats-Unis. By Michael D. Swaine/ Michael D. Swaine, director of QI’s East Asia program, is one of the most prominent American scholars of Chinese security studies. He comes to QI from Carnegie Endowment for International Peace, where he worked for nearly twenty years as a senior fellow specializing in Chinese defense and foreign policy, U.S.-China relations, and East Asian international relations. Swaine served as a senior policy analyst at the RAND Corporation.

August 5, 2022


L'administration Biden a fourni un "prétexte" à Pékin en gérant mal la visite de Nancy Pelosi.

Analyse :
La Chine continue d'intensifier sa réaction brutale au voyage de Nancy Pelosi à Taïwan, notamment par la suspension rapide de plusieurs dialogues entre les États-Unis et la Chine.

Cette série d'actions trop prévisibles a été perçue par les responsables américains comme une réaction excessive et inutilement provocatrice. Ils vivent dans une sorte de monde de rêve.

Le voyage de Nancy Pelosi à Taïwan était sans précédent à bien des égards et violait clairement les assurances que les États-Unis avaient données concernant la Chine unique au moment de la normalisation sino-américaine. À l'époque, les États-Unis s'étaient engagés à ne pas établir de contacts officiels avec Taïwan, à limiter le type et le niveau des fonctionnaires envoyés sur l'île et à reconnaître (sans le contester) le point de vue de la Chine selon lequel Taïwan fait partie de la Chine.

Les États-Unis rongent ces engagements depuis de nombreuses années maintenant et le voyage de Pelosi les a pratiquement tous violés, sans résultat.

Pékin s'efforce de modifier le statu quo concernant Taïwan, comme il l'a fait pour les différends en mer de Chine méridionale et dans les îles Senkaku. Elle est entrée dans une nouvelle phase de son opposition à l'évidement de la politique d'une seule Chine, dans laquelle elle va intensifier sa pression sur Taïwan par un large éventail de moyens qui pourraient provoquer un conflit avec les États-Unis.

Les actions militaires de la Chine semblent également présager un effort pour mettre en place un blocus de Taïwan à un moment donné, ce qui est extrêmement inquiétant.

Et maintenant, Pékin a précisément coupé les canaux de communication avec Washington qui pourraient être utilisés pour gérer l'aggravation de la crise. Cela va rendre la situation encore plus dangereuse. Et pourtant, l'administration Biden semble résolue à répéter sans cesse que Pékin "réagit de manière excessive" et a utilisé la visite comme un "prétexte" à l'escalade, comme si cela avait pour effet de mettre de l'huile sur le feu.

L'administration Biden a fourni ce "prétexte" à la Chine en gérant mal la visite de Pelosi. Elle doit traiter cette crise comme la crise sérieuse qu'elle est, arrêter la rhétorique creuse et commencer à prendre des mesures qui montrent que, comme elle le prétend, elle soutient toujours la politique d'une seule Chine.

 

Silouane Rédemption

Membre Silver
19 Jan 2022
324
101
50
La porte parole fait allusion au Status quo qui existe depuis le debut , c'est a dire que Taiwan est reconnu comme une province de la Chine par l '0nu et les Etats Unis et qu'il n'existe qu'une seule Chine representee par le gouvernement de Beijing dans les instances internationales , province avec sa presidente , ses ministres , ses parlementaires , ses elections, sa monnaie , ses forces militaires , ses passeports , etc ... Ils font ce quíls veulent dans tous les domaines , hors Diplomatie et instances internationales ... Si le Status quo est respecte et ce sans veilleites d 'independances ca peut durer des lustres ....
Un détail qui n'en est pas un : Est-ce que les Etats-Unis ou l' ONU ont écrit " Nous reconnaissons que Taiwan est une province de la RPC"? De mémoire, je ne crois pas. Ils reconnaissent une seule Chine, oui, mais je ne pense pas qu'ils aient déclaré que Taiwan est une province. Ils ont dû citer la prétention de Pékin, ça oui.
By the way, pas de s à statu quo en français, même si on aime le hard rock :)
 
Dernière édition:

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
14 785
13 974
188
Hong Kong et Shanghai
Comme je l'indique souvent sur le forum ce sont les Etats Unis qui ont mis Taiwan dans cette situation sous le mandat du president Nixon en chassant Taiwan des Nations Unies …
Bonjour Lafoy,
Corrige-moi si je me trompe, mais il me semble qu’en 1971, la solution voulue par les États-Unis était de reconnaître et d’accepter au sein des Nations Unies les 2 Chines.
C’est le refus catégorique de Pékin (et il faut le dire, de Chiang Kai-shek également) qui a conduit à cette situation.
La reconnaissance de la Chine unique est un compromis, accepté sous la pression du PCC et de Pékin, ce n'est pas la volonté de Nixon ou des États-Unis.