De la géopolitique à la géoéconomie > conflit commercial Chine <> Etats Unis > le piège de Thucydide > guerre informationnelle ...

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
AUKUS : L'Australie signe un accord de partage d'informations sur la propulsion nucléaire navale par Xavier Vavasseur
1637663592602.png

Le gouvernement australien a signé aujourd'hui avec des diplomates britanniques et américains l'accord ouvrant la voie à l'acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire (SSN) pour la Royal Australian Navy, dans le cadre d'AUKUS.

22 Nov 2021


Communiqué de presse du ministère australien de la Défense

Communique : La signature de l'accord d'échange d'informations sur la propulsion nucléaire navale (l'accord) avec nos partenaires de l'AUKUS - le Royaume-Uni et les États-Unis - est une autre étape importante dans la poursuite par l'Australie de sous-marins à propulsion nucléaire à armement conventionnel.
Le ministre de la Défense, l'honorable Peter Dutton MP, a déclaré que l'accord fera progresser les consultations en permettant au Royaume-Uni et aux États-Unis d'échanger, pour la première fois, des informations sensibles et classifiées sur la propulsion nucléaire navale avec un pays tiers.

Le ministre Dutton a déclaré :

"Cet accord aidera l'Australie à achever les 18 mois d'examen intensif et complet des exigences qui sous-tendent la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire.
Le Royaume-Uni et les États-Unis seront en mesure de partager avec l'Australie des informations sur la propulsion nucléaire navale, ce qu'ils ne peuvent faire avec aucun autre pays, afin de déterminer la voie optimale pour acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire destinés à être exploités par la Royal Australian Navy.
Grâce à l'accès aux informations fournies par cet accord et aux décennies d'expérience en matière de propulsion nucléaire navale de nos partenaires britanniques et américains, l'Australie sera également en mesure d'être un gestionnaire responsable et fiable de cette technologie."

Ce matin, j'ai rencontré la haute commissaire britannique Victoria Treadell et le chargé d'affaires américain Michael Goldman pour signer l'accord AUKUS d'échange d'informations sur la propulsion nucléaire navale. Cet accord officialise l'accès de l'Australie à la technologie hautement sensible des sous-marins nucléaires. pic.twitter.com/UtKYRl6PwS
- Peter Dutton (@PeterDutton_MP) 22 novembre 2021

L'accord fournira également un mécanisme permettant au personnel australien d'accéder à la formation et à l'éducation inestimables de leurs homologues britanniques et américains, nécessaires pour apprendre comment construire, exploiter et soutenir les sous-marins à propulsion nucléaire de manière sûre et efficace.
Il est important de noter que l'accord est conforme aux obligations internationales de l'Australie, notamment au titre du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.
L'Australie ne cherche pas à se doter d'armes nucléaires. Les sous-marins seront armés de manière conventionnelle. L'accord permet uniquement le partage d'informations sur la propulsion nucléaire navale. Aucun équipement nucléaire ne peut être transféré dans le cadre de cet accord.


Le ministre Dutton a également souligné l'importance de l'accord pour le cadre réglementaire de l'Australie.

"Cet accord aidera l'Australie à développer les compétences et les connaissances nécessaires pour créer un régime réglementaire et de sécurité de classe mondiale, nécessaire à l'exploitation sûre de la propulsion nucléaire navale", a déclaré le ministre Dutton.

"Je remercie nos partenaires de l'AUKUS pour leur engagement à mettre en place rapidement cet accord pivot qui assure un progrès continu pour nos ambitions en matière de sous-marins à propulsion nucléaire et nos efforts collectifs pour garantir que l'Indo-Pacifique reste stable, sûr et prospère, et libre de toute coercition."

L'accord a été déposé aujourd'hui au Parlement australien pour être examiné par le comité permanent mixte des traités. L'accord est également soumis aux processus nationaux des États-Unis et du Royaume-Uni.

Commentaires de Naval News :

Le 16 septembre 2021, le Premier ministre australien, le Premier ministre britannique et le Président des États-Unis d'Amérique ont annoncé un partenariat trilatéral renforcé en matière de sécurité entre l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis (AUKUS). Comme annoncé à l'époque, la première initiative majeure dans le cadre de l'AUKUS est l'acquisition par l'Australie d'au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire. Le gouvernement australien a l'intention de construire ces sous-marins à Adélaïde. Cette annonce signifie que le gouvernement australien ne poursuivra pas le programme de sous-marins de classe Attack. Cette décision a provoqué la colère de la France qui était très impliquée dans le programme, le constructeur naval français Naval Group ayant conçu les bateaux. La France avait également conclu un accord de partenariat stratégique avec l'Australie. Fin septembre, la tension entre les quatre alliés était telle que Paris avait rappelé ses ambassadeurs en Australie et aux États-Unis. Si les relations avec les États-Unis se sont depuis normalisées, celles avec l'Australie restent compliquées.

On ne sait toujours pas quel modèle de SSN l'Australie adoptera.

Nuclear submarines for Australia – what are the options?

1637666473424.png

November 22 2021

THE UK's DEPENDENCY ON US SUBMARINE AND MISSILE TECHNOLOGY /pdf 3 pages 1636805271983.png
1599602124680.png
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Graphique. La part des principales puissances dans le PIB mondial en 2019, 2040 et 2050 Par Charlotte BEZAMAT-MANTES Docteure de Géographie mention Géopolitique – Institut Français de Géopolitique (IFG, Université Paris 8) et cartographe indépendante.

24 novembre 2021.

Inédit en français, ce graphique présente la part des principales puissances économiques (Chine, États-Unis, Inde, Union européenne à 27) dans le PIB mondial en 2019 et à l’horizon 2040 et 2050.

Analyse : Charlotte Bezamat-Mantes a traduit et réalisé la version en français d’une illustration d’un document très riche de la Commission européenne, disponible en anglais : Cagnin, C., Muench, S., Scapolo, F., Störmer, E., Vesnic-Alujevic, L. « Shaping and securing the EU’s open strategic autonomy by 2021 ». Publications Office of the European Union, Luxembourg, 2021. C. Bezamat-Mantes a également rédigé le court texte de présentation en français. Il va sans dire que seule la version en anglais engage la Commission européenne et que sa lecture est vivement conseillée.

Le produit intérieur brut (PIB) est une manière - discutée - de mesurer la production économique d’un pays. Les États-Unis sont la première puissance économique mondiale depuis le début du XXe siècle, comptant en 2019 pour plus d’un cinquième du PIB mondial. Ils sont suivis par l’Union européenne (UE) (18,3 %) et la Chine (16,9 % respectivement) et, loin derrière, par l’Inde (3,3 %). L’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) prévoit un bouleversement du classement des puissances économiques dès 2040, avec la Chine devançant les États-Unis, l’UE occupant alors la troisième place. A l’horizon 2050, ce serait au tour de l’UE de se faire dépasser : l’Inde la supplanterait comme troisième puissance économique mondiale, avec près de 13 % du PIB mondial.

Le graphique présente la part des principales puissances économiques (Chine, États-Unis, Inde, Union européenne à 27) dans le PIB mondial en 2019 et à l’horizon 2040 et 2050. En publiant ce graphique, le Diploweb.com souhaite contribuer au débat public.



la_part_des_principales_puissances_dans_le_pib_mondial_2019_2040_2050_bezamat-mantes_diploweb.jpg
 

guillaumeenchine

Demi-dieu
09 Sept 2019
3 958
258
113
46

Graphique. La part des principales puissances dans le PIB mondial en 2019, 2040 et 2050 Par Charlotte BEZAMAT-MANTES Docteure de Géographie mention Géopolitique – Institut Français de Géopolitique (IFG, Université Paris 8) et cartographe indépendante.

24 novembre 2021.

Inédit en français, ce graphique présente la part des principales puissances économiques (Chine, États-Unis, Inde, Union européenne à 27) dans le PIB mondial en 2019 et à l’horizon 2040 et 2050.

Analyse : Charlotte Bezamat-Mantes a traduit et réalisé la version en français d’une illustration d’un document très riche de la Commission européenne, disponible en anglais : Cagnin, C., Muench, S., Scapolo, F., Störmer, E., Vesnic-Alujevic, L. « Shaping and securing the EU’s open strategic autonomy by 2021 ». Publications Office of the European Union, Luxembourg, 2021. C. Bezamat-Mantes a également rédigé le court texte de présentation en français. Il va sans dire que seule la version en anglais engage la Commission européenne et que sa lecture est vivement conseillée.

Le produit intérieur brut (PIB) est une manière - discutée - de mesurer la production économique d’un pays. Les États-Unis sont la première puissance économique mondiale depuis le début du XXe siècle, comptant en 2019 pour plus d’un cinquième du PIB mondial. Ils sont suivis par l’Union européenne (UE) (18,3 %) et la Chine (16,9 % respectivement) et, loin derrière, par l’Inde (3,3 %). L’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) prévoit un bouleversement du classement des puissances économiques dès 2040, avec la Chine devançant les États-Unis, l’UE occupant alors la troisième place. A l’horizon 2050, ce serait au tour de l’UE de se faire dépasser : l’Inde la supplanterait comme troisième puissance économique mondiale, avec près de 13 % du PIB mondial.

Le graphique présente la part des principales puissances économiques (Chine, États-Unis, Inde, Union européenne à 27) dans le PIB mondial en 2019 et à l’horizon 2040 et 2050. En publiant ce graphique, le Diploweb.com souhaite contribuer au débat public.




Ce graph date sans doute d'avant le covid. A voir l'impact du covid sur les taux de croissance en chine et ailleurs.
 

guillaumeenchine

Demi-dieu
09 Sept 2019
3 958
258
113
46

Graphique. La part des principales puissances dans le PIB mondial en 2019, 2040 et 2050 Par Charlotte BEZAMAT-MANTES Docteure de Géographie mention Géopolitique – Institut Français de Géopolitique (IFG, Université Paris 8) et cartographe indépendante.

24 novembre 2021.

Inédit en français, ce graphique présente la part des principales puissances économiques (Chine, États-Unis, Inde, Union européenne à 27) dans le PIB mondial en 2019 et à l’horizon 2040 et 2050.

Analyse : Charlotte Bezamat-Mantes a traduit et réalisé la version en français d’une illustration d’un document très riche de la Commission européenne, disponible en anglais : Cagnin, C., Muench, S., Scapolo, F., Störmer, E., Vesnic-Alujevic, L. « Shaping and securing the EU’s open strategic autonomy by 2021 ». Publications Office of the European Union, Luxembourg, 2021. C. Bezamat-Mantes a également rédigé le court texte de présentation en français. Il va sans dire que seule la version en anglais engage la Commission européenne et que sa lecture est vivement conseillée.

Le produit intérieur brut (PIB) est une manière - discutée - de mesurer la production économique d’un pays. Les États-Unis sont la première puissance économique mondiale depuis le début du XXe siècle, comptant en 2019 pour plus d’un cinquième du PIB mondial. Ils sont suivis par l’Union européenne (UE) (18,3 %) et la Chine (16,9 % respectivement) et, loin derrière, par l’Inde (3,3 %). L’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) prévoit un bouleversement du classement des puissances économiques dès 2040, avec la Chine devançant les États-Unis, l’UE occupant alors la troisième place. A l’horizon 2050, ce serait au tour de l’UE de se faire dépasser : l’Inde la supplanterait comme troisième puissance économique mondiale, avec près de 13 % du PIB mondial.

Le graphique présente la part des principales puissances économiques (Chine, États-Unis, Inde, Union européenne à 27) dans le PIB mondial en 2019 et à l’horizon 2040 et 2050. En publiant ce graphique, le Diploweb.com souhaite contribuer au débat public.




Faudrait voir en 2100 quand la population de la chine aura fondue de 30%.
 

Dgibe

Dieu souverain
13 Mai 2016
1 811
772
143
39
Chengdu
Ce qui est interressant dans ce graphique, c'est qu'entre 2040 et 2050 le déclin de la Chine, les EU et l'UE est a peu près similaire.
Ce qui fait que même si la Chine sera première puissance mondiale (assez inéluctable à mon avis), son PIB devrait rester inférieur à celui de l'occident combiné.
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Ce qui fait que même si la Chine sera première puissance mondiale (assez inéluctable à mon avis), son PIB devrait rester inférieur à celui de l'occident combiné.
Bonjour Dgibe
Dans ces conditions il faut faire une comparaison Asie PIB combines vs Occident PIB combines et dans ce cas la nous sommes exploses ! Tu en penses quoi ?
 

TonyLI38

Ange
20 Jan 2011
455
228
88
41
Grenoble
www.flickr.com
Ce qui est interressant dans ce graphique, c'est qu'entre 2040 et 2050 le déclin de la Chine, les EU et l'UE est a peu près similaire.
Ce qui fait que même si la Chine sera première puissance mondiale (assez inéluctable à mon avis), son PIB devrait rester inférieur à celui de l'occident combiné.
La croissance de l'Inde sera aussi intéressante à surveiller. D'un acteur "mineur" aujourd'hui à un acteur majeur en 2050, ça va forcément impacter les équilibres.
 

Dgibe

Dieu souverain
13 Mai 2016
1 811
772
143
39
Chengdu
Bonjour Dgibe
Dans ces conditions il faut faire une comparaison Asie PIB combines vs Occident PIB combines et dans ce cas la nous sommes exploses ! Tu en penses quoi ?
Mais toute l'Asie n'est pas aussi proche de la Chine que ne le sont Europe et les Etats-Unis. Par exemple le Japon ou l'Inde ne sont pas vraiment amis de la Chine.

Donc pour devenir la première puissance diplomatique, la tâche ne sera pas aussi facile que je ne pensais pour la Chine.

Et même en fait, jusqu'à présent, je pensais que la Chine allait devenir après 2050 un peu comme les Etats-Unis de la deuxième moitiée du 20e siècle: la super puissance qui contrôle (plus ou moins) le monde. Mais je me rend compte qu'il y a encore beaucoup d'inconnues.
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Mais toute l'Asie n'est pas aussi proche de la Chine que ne le sont Europe et les Etats-Unis. Par exemple le Japon ou l'Inde ne sont pas vraiment amis de la Chine.

Donc pour devenir la première puissance diplomatique, la tâche ne sera pas aussi facile que je ne pensais pour la Chine.

Et même en fait, jusqu'à présent, je pensais que la Chine allait devenir après 2050 un peu comme les Etats-Unis de la deuxième moitiée du 20e siècle: la super puissance qui contrôle (plus ou moins) le monde. Mais je me rend compte qu'il y a encore beaucoup d'inconnues.
De mon poInt de vu bien que n'etant pas un expert pas plus qu'un analyste et ce bien loin de la , l'ambition de la Chine a travers la Belt and Road , l'ASEAN , le CTPTT , RCEP , l'OCS et le reste ressemble fort a une reminiscence de ce qu'envisageait les japonais dans les 50 premieres annees du XXeme siecle l'instauration d' une grande ASIE ...
C'est tout du moins l'impression donnee quand on suit l'evolution des evenements et les declarations sous couvert de la Chine dans ces domaines , apres certes les parametres geopolitiques sont evolutifs mais c'est a prendre en consideration ...
 
Dernière édition:

guillaumeenchine

Demi-dieu
09 Sept 2019
3 958
258
113
46
Hm toutes ces projections ne prennent sans doute pas en compte l'epuissement des resources naturelles (energies fossiles en particulier) et coup du changement climatique. Or on arrive dans le dur la. Le pic petrole c'est aujourd'hui, pas pour dans 30 ans.
 

Dgibe

Dieu souverain
13 Mai 2016
1 811
772
143
39
Chengdu
Hm toutes ces projections ne prennent sans doute pas en compte l'epuissement des resources naturelles (energies fossiles en particulier) et coup du changement climatique. Or on arrive dans le dur la. Le pic petrole c'est aujourd'hui, pas pour dans 30 ans.
Mouais quand j'étais petit j'entendais qu'il n'y aurait plus de pétrole en 2010 alors....
 

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
13 722
13 289
183
Hong Kong et Shanghai

chwpaul

Dieu suprême
20 Juil 2009
2 601
840
168
USA va bannir des entreprises chinoises haut tec en quantum, cela sert a quoi? Ca se voit que la chine est bp plus avancee dans la science quantum et son application, Usa ne doit surement pas empecher le progres de science. :grin:
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
LES 20 PREMIERS PAYS POUR LES RÉSERVES DE GAZ NATUREL, % DES RÉSERVES MONDIALES PROUVÉES ET ANNÉES DE RÉSERVE EN 2020

2020% des réserves mondialesannées de réserve
1Russie 19.9Yémen 2618.8
2Iran 17.1Irak 336.3
3Qatar 13.1Vénézuela 333.9
4Turkménistan 7.2Turkménistan 230.7
5Etats-Unis 6.7Qatar 144
6Chine 4.5Iran 128
7Vénézuela 3.3Koweït 113.2
8Arabie saoudite 3.2Nigéria 110.7
9Emirats arabes unis 3.2Libye 107.4
10Nigéria 2.9Emirats arabes unis 107.1
11Iran 1.9Azerbaïdjan 96.9
12Azerbaïdjan 1.3Syrie 89.6
13Australie 1.3Vietnam 74.1
14Canada 1.3Russie 58.6
15Algérie 1.2Ukraine 57.5
16Kazakhstan 1.2Inde 55.6
17Egypte 1.1Arabie saoudite 53.7
18Koweït 0.9Chine 43.3
19Libye Norvège 0.8Israël 39.7
20Inde 0.7Egypte 36.6
--Etats-Unis 13.8
-Monde 100Monde 48.8
Absence de donnéesAllemagne, Bahreïn, Colombie, Danemark, Italie, Pologne, Roumanie

 

chwpaul

Dieu suprême
20 Juil 2009
2 601
840
168
La reserve en ruissie est No.1, par contre aucun pays europeen n,est dans la liste. Donc je me demande si c,est logique pour les pays europeens de chercher des troubles a la ruissie, avez - vous été trop attaché au chariot idéologique?
De plus vous avez chanté avec les États - Unis pour soutenir la Lituanie et refuser les Jeux olympiques d'hiver de la Chine, est - ce la pratique habituelle des démocraties?
Je vous rappelle gentiment, voulez - vous passerbun hiver froid sans chauffage(gaz russie) et sans vêtements(chine)? Cette année, le phénomène de la Niña serait particulièrement grave. :grin: :eek: :dead:
 

chwpaul

Dieu suprême
20 Juil 2009
2 601
840
168
Je ne suis pas trop alarmiste à ce sujet, il est probable qu'il se développe dans cette tendance, le peuple Européens aient besoin de passer un hiver heureux et chaud. Je vous invite à penser au bonheur des peuples d'Europe. :grin:
 

Malyn

Dieu suprême
23 Juil 2010
2 096
955
168
Canton
Ce que tu oublies c'est que la Russie a besoin d'argent. Pas de vente de gaz pas d'argent. Si le gaz ne vient pas de la Russie il viendra d'autre part. Qui a le plus a perdre dans l'histoire ? L'Europe ou la Russie ?
Pour les JO, renseigne-toi un peu. Les USA vont faire un boycott diplomatique mais les athlètes seront présent sur place. Il n'y a pas un refus des JO.