1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Dandong : petits frissons et bonnes affaires ...

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 25 Juillet 2010.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 931
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 137 / -35
    http://chinecoree.blog.lemonde.fr/2010/07/25/dandong-petits-frissons-et-bonnes-affaires/

    [​IMG]

    Après 14h de trajet, nous voici à Dandong. Comme souvent en Chine, la gare locale impressionne par son envergure : quais trop larges et interminables, voûte colossale… Plus grande ville frontière du pays, Dandong et ses 800 000 âmes a conservé les stigmates de la guerre de Corée, avec son pont cassé en plein milieu par des B29 américains. A moins d’un kilomètre à vol d’oiseau des berges nord-coréennes, la ville entière est devenue un balcon d’observation. Même le SPR Coffee local s’est équipé d’une longue vue. De l’autre côté du fleuve Yalu, on devine Sinuiju, ville coréenne reliée à la Chine par un étroit « Pont de l’Amitié », construit à la va-vite après la guerre. La ligne frontière passe au milieu, matérialisée par un petit cabanon. En cette matinée d’été, la chaleur est déjà écrasante. La large promenade pavée qui longe le fleuve s’étire sur plusieurs kilomètres.Très animée, plutôt stylée avec ses airs de ville balnéaire, malgré la présence d’une fausse cascade, c’est la vitrine de la municipalité et le rendez-vous préféré des badauds. Sur une placette adjacente, un propriétaire de pigeons blancs rôdés à la photo promène ses volatiles. Des bateaux mouches circulent discrètement. Seuls quelques hors-bords de police viennent troubler l’atmosphère.

    Inscrite au rang des « villes touristiques » de Chine depuis 1988, Dandong a vu fleurir une industrie du tourisme largement centrée sur la Corée. Sur l’allée du Yalu, des rabatteurs spécialisés dans les tours en hors-bord « lèche frontière » brandissent des brochures publicitaires. On y voit l’éternelle photo d’un soldat nord-coréen posté derrière un rideau de barbelés.

    Plus osé, des stèles de plastique en forme de rochers ont été disposées tous les cinquante mètres le long de la promenade. Equipées de roulettes, elles sont orientées vers les deux ponts. On peut y lire : « Frontière Chine-Corée du Nord, Fleuve Yalu ». Véritable business, chaque stèle est reliée à une échoppe de costumes nord-coréens, à louer 10rmb (1,15€), et qui pendent à dix mètres de là sous un parasol Coca-Cola. L’ensemble est supervisé par un vendeur-photographe, l’objectif de la mise en scène étant évidemment d’arracher une photo souvenir au promeneur.

    Sous des treilles, des vétérans de la guerre de Corée se retrouvent pour jouer aux cartes, tandis qu’un ado gratte sa guitare. Une faune de jeunes gens, torse nu, montre muscles et tatouages. Le soir, ce sont les mêmes qui sortiront leurs mobylettes musicales, ceintes d’un liseré de guirlandes multicolores, pour une échappée urbaine, avant de s’essayer au human beatbox. Sous le pont de l’Amitié, paradis de la vente à la sauvette, des paysannes au teint hâlé écoulent leurs stocks de pin’s Kim Jong-il, Kim Il-sung, leurs cigarettes Pyongyang et leurs billets de banque nord-coréens qui ne valent plus un kopeck depuis la dévaluation de 2009. En se promenant dans les rues de Dandong, on tombe facilement sur des magasins d’état de produits nord-coréens. En rayon : alcools, costumes, timbres, bonbons, pierres, fruits de mer séchés, etc.

    [​IMG]

    A Dandong, les touristes sont en majorité chinois. Tous viennent glaner des impressions de ce qu’est la vie quotidienne en Corée du Nord, voire faire le voyage jusqu’à Pyongyang. Entre le fleuve et le quai du Yalu, une dizaine d’agences de voyage proposent des packages de 4 jours vers la Corée du Nord. Intrigués, nous entrons dans l’une d’entre elles. Un jeune Chinois cordial répond à nos questions. En haute saison, 30 à 40 touristes franchissent chaque jour la frontière depuis Dandong, 20 000 au total l’an dernier. Le business s’est accéléré en mars, lorsque la Corée du Nord a été promue destination touristique officielle, permettant aux agences de voyage chinoises de faire la publicité du pays. Pour un tour de 4 jours, les Chinois payent 2350 rmb (270€), contre 4200rmb pour le touriste occidental (490€). « C’est le gouvernement nord-coréen qui fixe les prix s’excuse presque le jeune guide. Mieux vaut y aller en août lors du festival d’Arirang, même s’il y a un supplément. » Pour vendre son tour, il fait défiler sur ordinateur les photos de dizaines de milliers de figurants coréens réunis dans un stade, manipulant des panneaux pour dessiner le visage du Grand Leader. A une question inquiète sur les possibilités de se restaurer, il répond que nous ne «crèverons pas de faim ». Et pour preuve, il nous montre les photos d’une table superbement garnie, à faire pâlir selon lui même les cadres du régime.

    Pour attirer les touristes, les Dandongais ne manquent pas d’imagination. A une vingtaine de kilomètres du centre-ville, à Hushan, une portion de grande muraille s’étire sur moins d’un kilomètre Elle a été « remise à neuf » en l’an 2000. Lorsque des archéologues ont révélé en 1989 avoir découvert les ruines de la portion orientale de la grande muraille, jusqu’ici considérée comme étant à Beidahe, près de Pékin, les autorités locales ont saisi la balle au bond. Trois ans plus tard, une muraille toute neuve accueillait ses premiers touristes. Il faut dire aussi que l’endroit offre un panorama sur une île nord-coréenne et un village « modèle », une fois gravis les 140m de dénivelé. Sur le côté, un sentier escarpé, future via ferrata, longe le flanc de la montagne pour aboutir sur un bras étroit du Yalu, frontière de quelques mètres entre Chine et Corée et véritable aubaine commerciale. « Hushan, à un pas de la Corée », annoncent les dépliants touristiques. En haute saison, 5000 visiteurs débarquent chaque jour par minibus, ce qui représente une cagnotte de près de 300 000 rmb (34 000€). Si tout va bien, l’endroit sera transformé en vaste complexe touristique d’ici un an ou deux, avec hippodrome assorti. Les bulldozers sont déjà à l’œuvre.

    [​IMG]

    En parfaits touristes, nous poursuivons notre balade le long du Yalu. Depuis un an, une enfilade d’embarcadères annoncés par des drapeaux proposent des départs en hors-bord à destination des côtes nord-coréennes. Il faut compter 8€ la balade de 15 minutes. Là aussi, on tourne à 3000 touristes par jour. Une partie des recettes serait reversée à la Corée.

    Sur notre embarcadère, tout semble avoir été mis en scène pour garantir le frisson au touriste de passage. Débarqués de leur minibus, les touristes enfilent un gilet de sauvetage orange fluo avant de monter dans le hors bord qui démarre en trombe. Les étrangers se voient affublés de larges chapeaux blancs de bonne femme pour « ne pas se faire reconnaître des soldats nord-coréens ». « Je suis venue pour voir comment vivent les gens en Corée, il paraît qu’ils sont très pauvres », confie une femme originaire du sud de la Chine. A sa déception, elle ne verra rien, et la balade aura duré moins longtemps que prévu. « Tout était caché par les arbres ». Un trentenaire en casquette originaire de Shanghai lâche un « bof ». « Je n’ai vu que quelques soldats, des paysans, des vaches et une rade militaire abandonnée construite par les Japonais. C’est comme si je n’avais rien vu. » Le fantasme de danger orchestré par le guide n’a donc pas suffi à les faire frissonner. Sur le bateau, il multiplie les mises en garde. « Ne prenez pas de photos à cet endroit, on risquerait de vous voir… » Avec le nombre de touristes en gilet fluo qui défilent chaque jour, les gardes-frontière nord-coréens sont certainement blasés. L’un d’entre eux, prenant le frais sur le toit de son poste de surveillance, a même répondu à notre coucou amical spontané.
     
  2. Gaylord

    Gaylord Membre Silver

    Inscrit:
    29 Décembre 2008
    Messages:
    68
    Ratings:
    +0 / -0
    Merci Mattcoq pour cet article.

    J'ai fait Dandong et c'est a faire si vous etes dans le coin. 2 a 3 jours sont amplement suffisants. C'est egalement que debute la muraille de Chine, qui a ete restaure a cet endroit. Sinon en ce qui concerne la Coree, c'est plus pour dire j'y etais car il n'est pas possible de voir grand chose.
     
  3. A MU

    A MU Dieu Supérieur

    Inscrit:
    30 Juillet 2007
    Messages:
    874
    Localité:
    Shenzhen / Ganzhou
    Ratings:
    +626 / -4
    Juste Génial!

    J'ai fais Changbaishan, la frontière avec la Corée n'y est pas aussi touristique. Il y a cependant un relais électrique et une ligne du traverse le fleuve de Chine vers la Corée et un pont.

    J'y ai cru comprendre qu'il y existait une ligne de train Seoul - Chanchun (non confirmé) ou Jilin province.
    Les passagers du sud traversent tout le nord mais ne descendent qu'un fois arrivés en Chine. Si le trajet retour est possible, la possibilité de pouvoir traverser la Corée du Nord m'enchante. Si ce n'est pas un train de nuit c'est encore mieux!

    Bonne Continuation,

    Jérôme
     

Partager cette page