Couples mixtes: quelle(s) langue(s) parlez à son enfant?

  • Auteur de la discussion Shiruba
  • Date de début
Sparadrap

Sparadrap

Ange
15 Oct 2013
701
Ratings
531
88
38
#41
Voilà mon expérience :

Pour pas mal d'amis dont moi (francophones - chinois, mais aussi francophones - italiens) ... Ben j'estime que c'est une HONTE que les enfants (moi + amis donc) aient dû aller à l'école ado ou jeune adulte pour apprendre la langue maternelle du/des parent(s) non francophone(s) o_O ...

En ce qui me concerne, ma mère nous parlait dans un mandarin qu'elle avait elle même appris à l'école (donc j'ai hérité de son accent terrible, aucun chinois me comprenait !) pour des phrases super simples de la vie quotidienne (donc niveau de vocabulaire ... proche de zéro quoi) et comme à l'époque, les autres se moquaient des chintoks chintoks chintoks, apparemment, très vite, moi et mon frère refusions de parler chinois. Je regrette énormément aujourd'hui qu'elle ne nous ait pas forcé la main ...

Ce que je trouve incroyable, et ça marche pour tous mes amis chinois d'origine qui n'ont appris que le dialecte (et pas le mandarin) avec leurs parents chinois, c'est qu'ils sont à l'heure actuelle (fin de la vingtaine, début trentaine), INCAPABLES de communiquer avec leurs parents de sujet un peu profond ... Avec leur propre parents quoi ... Non, les discussions se limitent à "tu veux manger quoi ?" "tu as acheté quoi au magasin ?". Bon, moi j'ai la chance que ma mère comprend plutôt bien le français mais c'est pas le cas des parents 100% chinois même s'ils sont ici depuis 30-40 ans ...

Donc conclusion :
Apprendre à l'enfant sa langue maternelle et pas une langue apprise (à moins éventuellement qu'on la maitrise à 100%)
Ne pas apprendre le dialecte qui non seulement ne sert à rien (tant pis pour les beaux parents, selon moi) mais en plus est tellement pauvre qu'à part les choses du quotidien, pas moyen de s'exprimer sur tous les sujets.


Autre expérience :

On a donné cours de chinois à des enfants mi-philippens, mi-belges (10-12 ans), qui ont grandi 7 ans aux Philippines : ils parlent français avec le papa, tagalog avec la maman, maitrisent parfaitement l'anglais (langue parlée par les parents entre eux et sans doute donnée à l'école là-bas), et ont une facilité à apprendre le chinois (c'était des monstres mais franchement, chapeau !) et comme ils vivent désormais en Belgique, hop, apprennent le néerlandais à l'école ...

Ben moi, j'aimerais arriver à ce résultat avec mes enfants, et pas celui que j'ai moi-même vécu :-O ! Attendre d'avoir 27 ans pour bien me débrouiller en mandarin, moi, demie-chintok, je trouve ça HONTEUX.
C'te bonne vieille Tomo qu'est d'retour ! Ca fait plais' !
 
- Résistons -

- Résistons -

Dieu suprême
30 Août 2014
12 080
Ratings
7 600
168
法国
#42
Ben ça dépend du niveau de maîtrise et d'exigence en français du parent français... et de sa disponibilité.
Sur le niveau, il corrige les fautes qu il est en mesure de corriger. L’école est aussi la (devrait etre la) pour atténuer les inégalités.
Certaines Chinoises préfèrent parler français à leurs enfants, parent français là ou pas là. C'est d'ailleurs le propos de @Cendrillon-. @chinamevoila dit que ça peut s'expliquer par l'économie affective d'une langue, comme diraient les sociologues. Je complétais en disant que ça permet aussi de se la péter.
La face, je ne le crois vraiment pas. Dans cette situation, il peut y avoir le point relevé par Wumao sur la facilite (de l enfant) qui concernerait aussi le parent, pourquoi pas (l environnement et la capacité a parler et comprendre le français aidant en cela, on se pose moins de question et ce malgré les éventuelles fautes). Il peut aussi y avoir un rejet total de ce qui peut toucher au pays d origine, et ce pour x raisons qu elles soient familiales, politiques, ...
 
Tomoya

Tomoya

Dieu Supérieur
25 Oct 2010
750
Ratings
741
133
Belgium - 靖港 (Hunan brr...)
#43
Pour le dialecte, tu penses que ce manque de profondeur vient du fait qu'il n'y ait pas de support écrit? Si on t'avait lu des livres dans cette langue par exemple? Ou bien c'est aussi la langue de scolarisation qui va primer parce qu'une fois rentrés à l'école les enfants passent de moins en moins de temps avec les parents?
Pour le dialecte, je ne vais pas généraliser, mais dans le cas de mon Xi par exemple (un village du Hunan de 100 000 habitants), je pense simplement que la richesse du dialecte est très limitée et ce, à ce vocabulaire très "pragmatique" qu'ont les Chinois. Donc moi, je pense qu'il est juste impossible d'avoir des discussions profondes car le langage ne le permet pas. Mais de toute façon, ça n'a aucun impact pour eux puisqu'au quotidien, ils ne discutent pas de ça comme on le fait ici. Donc soit les mots existent mais personne ne les utilise de toute façon, soit, les mots n'existent en fait simplement pas. Ajoute le fait que les Chinois n'ont pas l'habitude d'exprimer leur sentiment ... Sauf ... pour les chinois qui ont grandi ici avec notre mentalité d'occidentaux ... Et pire encore, ceux qui ont fait de hautes études et qui ont développé leur intellect ...

Xi : On est retourné en Chine à 2 en mars-avril, je n'ai jamais été aussi bavarde avec les beaux parents et je ne compte pas le nombre de fois où Xi n'a pas réussi à traduire ce que je voulais leur dire dans le dialecte ni réussi à leur expliquer certaines choses comme par exemple, mon boulot (ce que je fais concrètement, l'intérêt et le cadre dans lequel ça s'inscrit), le processus d'achat de notre maison avec les formalités, etc. Du coup, j'me démerdais comme je pouvais avec mon mandarin en utilisant 10 phrases pour exprimer une idée mais je pense y être arrivée pas trop mal :-D. (rien à voir mais ça nous a permis de beaucoup nous rapprocher et nous attacher mutuellement avec les beaux-parents puisque j'ai une façon de m'exprimer totalement différente de ce dont ils ont l'habitude (autant au niveau des sujets abordés que la manière d'en parler) =) ! Hâte de les revoir, et oui !) ... Bon j'ai ptèt juste un mari pas doué puisque même en mandarin, il était pas trop cap' d'expliquer certaines choses à ses amis ne venant pas du même village :p.

Amie chinoise d'origine 1 : sa mère accumule 2 maladies graves (non mortelles) et impossible pour mon amie de communiquer avec sa propre mère (dialecte) sur tout ce qui touche au médical, aux symptômes, aux traitements, ni tout ce qui touche à l'émotionnel dans ces cas-là. Mon amie se sent super impuissante face à sa mère qui préfère s'en remettre aux prières qu'aux traitements médicaux ... Mais impossible de lui expliquer les bienfaits/l'importance/risques/conséquences/... du (non-)traitement ...

Amie chinoise d'origine 2 : elle est juste incapable d'argumenter et/ou donner son opinion à sa propre mère (dialecte) ... Du coup, à 30 ans, elle se voit obligée de toujours dire "oui oui oui" à sa mère, car si elle ose dire "non", elle ne sait quand même pas se défendre, se justifier, dire ce qu'elle pense elle, ...

Amie chinoise d'origine 3 : une amie qui aime beaucoup la philosophie et très intellectuelle ... Du fait qu'il lui est impossible de partager sa façon de vivre, de penser, ses valeurs (à l'opposé de la mentalité chinoise) avec ses propres parents, elle m'a dit une fois qu'elle n'était même pas sûre qu'elle ressente de la réelle tristesse à la mort de sa mère puisqu'in fine, elle n'aura jamais établi de lien d'attachement avec elle, contrairement à sa "mamy" (une belge qui faisait office de grand-mère/mère de substitution quand elle était petite) avec qui elle se confie encore aujourd'hui.

Les limites du dialecte n'expliquent pas à elles seules ces situations, mais ont joué/jouent ! Après, dans les cas cités ci-dessus, il s'agit, si je ne me trompe pas, dans tous les cas, de dialecte de petits villages paumés. Je suppose que le dialecte de grandes villes doit être plus riche quand même ... ?


PS : J'adore ta conclusion :-D ! Je pense que c'est tout à fait juste, chaque parent fait ce qu'il pense être le meilleur pour ses enfants, mais ce ne sera jamais juste :p. Je regrette aujourd'hui que ma mère ne m'ait pas forcé à apprendre le chinois quand j'étais petite, cela dit, je me souviens très bien de ce que je pensais du chinois quand j'avais 5-6 ans ... Je me plaindrais surement aujourd'hui aussi si elle m'avait effectivement forcé à étudier les mercredis aprèm et les weekends le chinois contre ma volonté xD.

- Résistons - a dit:
(D ailleurs je ne vois pas ce que la honte vient faire la dedans mais bon... Déjà un enfant dont les deux parents sont Français a parfois du mal avec la langue de Molière... Si je suis la logique, c est une honte d aller a l école pour y apprendre a lire et a écrire... J exagère mais a peine sur ce que je comprends des premières lignes de Tomoya)
Tu dis ça avec ton propre vécu en tant que père d'enfant mixte. Tant mieux pour toi et ton fils si vous avez cette façon de voir les choses.

Je dis ce que j'ai dit avec mon propre vécu en tant qu'enfant mixte ;-) ! Et cette "honte", je la ressentais déjà avant mes 10 ans, donc quand j'étais encore gamine hein, mais bon ça, ça vient peut-être de mon éducation à la chinoise :p.
 
C

Cendrillon-

Membre Actif
07 Mai 2018
67
Ratings
23
15
#44
Conclusion n'engageant que moi : c'est le parent chinois qui se fait plais', indépendamment du bénéfice de l'enfant.
Ta conclusion a absolument tort !

Vu que tu es agressif envers nous, je n'ai pas du tout envie de développer ce sujet avec toi.
 
Dernière édition:
C

Cendrillon-

Membre Actif
07 Mai 2018
67
Ratings
23
15
#45
Pour le dialecte, je ne vais pas généraliser, mais dans le cas de mon Xi par exemple (un village du Hunan de 100 000 habitants), je pense simplement que la richesse du dialecte est très limitée et ce, à ce vocabulaire très "pragmatique" qu'ont les Chinois. Donc moi, je pense qu'il est juste impossible d'avoir des discussions profondes car le langage ne le permet pas. Mais de toute façon, ça n'a aucun impact pour eux puisqu'au quotidien, ils ne discutent pas de ça comme on le fait ici. Donc soit les mots existent mais personne ne les utilise de toute façon, soit, les mots n'existent en fait simplement pas. Ajoute le fait que les Chinois n'ont pas l'habitude d'exprimer leur sentiment ... Sauf ... pour les chinois qui ont grandi ici avec notre mentalité d'occidentaux ... Et pire encore, ceux qui ont fait de hautes études et qui ont développé leur intellect ...

Xi : On est retourné en Chine à 2 en mars-avril, je n'ai jamais été aussi bavarde avec les beaux parents et je ne compte pas le nombre de fois où Xi n'a pas réussi à traduire ce que je voulais leur dire dans le dialecte ni réussi à leur expliquer certaines choses comme par exemple, mon boulot (ce que je fais concrètement, l'intérêt et le cadre dans lequel ça s'inscrit), le processus d'achat de notre maison avec les formalités, etc. Du coup, j'me démerdais comme je pouvais avec mon mandarin en utilisant 10 phrases pour exprimer une idée mais je pense y être arrivée pas trop mal :-D. (rien à voir mais ça nous a permis de beaucoup nous rapprocher et nous attacher mutuellement avec les beaux-parents puisque j'ai une façon de m'exprimer totalement différente de ce dont ils ont l'habitude (autant au niveau des sujets abordés que la manière d'en parler) =) ! Hâte de les revoir, et oui !) ... Bon j'ai ptèt juste un mari pas doué puisque même en mandarin, il était pas trop cap' d'expliquer certaines choses à ses amis ne venant pas du même village :p.

Amie chinoise d'origine 1 : sa mère accumule 2 maladies graves (non mortelles) et impossible pour mon amie de communiquer avec sa propre mère (dialecte) sur tout ce qui touche au médical, aux symptômes, aux traitements, ni tout ce qui touche à l'émotionnel dans ces cas-là. Mon amie se sent super impuissante face à sa mère qui préfère s'en remettre aux prières qu'aux traitements médicaux ... Mais impossible de lui expliquer les bienfaits/l'importance/risques/conséquences/... du (non-)traitement ...

Amie chinoise d'origine 2 : elle est juste incapable d'argumenter et/ou donner son opinion à sa propre mère (dialecte) ... Du coup, à 30 ans, elle se voit obligée de toujours dire "oui oui oui" à sa mère, car si elle ose dire "non", elle ne sait quand même pas se défendre, se justifier, dire ce qu'elle pense elle, ...

Amie chinoise d'origine 3 : une amie qui aime beaucoup la philosophie et très intellectuelle ... Du fait qu'il lui est impossible de partager sa façon de vivre, de penser, ses valeurs (à l'opposé de la mentalité chinoise) avec ses propres parents, elle m'a dit une fois qu'elle n'était même pas sûre qu'elle ressente de la réelle tristesse à la mort de sa mère puisqu'in fine, elle n'aura jamais établi de lien d'attachement avec elle, contrairement à sa "mamy" (une belge qui faisait office de grand-mère/mère de substitution quand elle était petite) avec qui elle se confie encore aujourd'hui.

Les limites du dialecte n'expliquent pas à elles seules ces situations, mais ont joué/jouent ! Après, dans les cas cités ci-dessus, il s'agit, si je ne me trompe pas, dans tous les cas, de dialecte de petits villages paumés. Je suppose que le dialecte de grandes villes doit être plus riche quand même ... ?


PS : J'adore ta conclusion :-D ! Je pense que c'est tout à fait juste, chaque parent fait ce qu'il pense être le meilleur pour ses enfants, mais ce ne sera jamais juste :p. Je regrette aujourd'hui que ma mère ne m'ait pas forcé à apprendre le chinois quand j'étais petite, cela dit, je me souviens très bien de ce que je pensais du chinois quand j'avais 5-6 ans ... Je me plaindrais surement aujourd'hui aussi si elle m'avait effectivement forcé à étudier les mercredis aprèm et les weekends le chinois contre ma volonté xD.



Tu dis ça avec ton propre vécu en tant que père d'enfant mixte. Tant mieux pour toi et ton fils si vous avez cette façon de voir les choses.

Je dis ce que j'ai dit avec mon propre vécu en tant qu'enfant mixte ;-) ! Et cette "honte", je la ressentais déjà avant mes 10 ans, donc quand j'étais encore gamine hein, mais bon ça, ça vient peut-être de mon éducation à la chinoise :p.
Sais tu pourquoi il y a une tel vécu pour tes amies chinoises?

Ton vieil ami sparadrap a conclut ainsi:
le parent chinois qui se fait plais', indépendamment du bénéfice de l'enfant.

Si le parent étrange ne veut pas sortir de sa bulle et communiquer avec ses enfants avec la langue de la scolarité de ce pays, il risque de perdre ce lien fort avec ses enfants.

Si on ne se fait pas plais comme disait ton cher Sparadrap...c'est a dire de parler français en chine pour le parent français ou en chinois en France pour le parent chinois...alors il y aura encore pleins d'enfants mixes qui se sentent malheureux car ils ne peuvent pas se faire comprendre avec son père ou sa mère étranger !!!

Pour le bénéficie de l'enfant, il faut donc ouvrir son esprit et commencer par parler la langue de notre enfant.

Et aussi pour le bien de notre enfant, les inscrire au cours de notre langue. C'est ainsi que Je enseigne en chinois à mes enfants tous les weekend depuis 6 ans.
Si je me fais plaisir indépendamment de bénéfice de l'enfant, je n'aurais pas fait cela. Vous êtes d'accord avec moi?

Le seul regret que j'ai eu pour mes filles c'est qu'elles ont très peu de temps de sortir jouer au parc comme les autres enfants...mais en travaillant ensemble, tete a tete, les regarde dans les regards, elles sont très attachés à leur mère étrange plus que jamais...
 
Dernière édition:
mike

mike

Grandmaster M.
Membre du personnel
Admin
08 Avr 2006
9 343
Ratings
4 882
298
Canton Powah
www.supadezign.com
#46
J'ai remarqué que l'enfant né en Chine auquel le parent français parle exclusivement français ne parle pas forcément français en premier et peut déjà bien parler chinois avant que le déclic s'opère. Chez nous il est apparu en France en l'absence de la maman chinoise. Ma fille était restée avec moi et bien que comprenant le français répondait toujours en chinois. Jusqu'au jour où... et depuis ce jour là ça roule. Faut donc être patient et persister.
.
EN même temps c'est un peu normal. A part le père (ou la mère), qui d'autre parle français à l'enfant ? Etant en Chine, il est baigné par le chinois dés la naissance, ensuite à la maison par la mère, et l'ayi ou les grands parents qui le gardent, jusqu’à ce qu'il rentre en maternelle. Si dans son entourage, il n'y a que le père qui lui parle français (ce qui se limite au matin rapidement, puis au soir parce que la journée il bosse), c'est clair que l'enfant va retenir plus de chinois que de français.
 
E

Elise D

Ange
15 Mai 2014
675
Ratings
622
88
Shanghai
#47
Mon expérience avec les enfants en environnement bilingue de la famille.

Une nièce de 3 ans, de papa français et mère mexicaine. Les parents parlent entre eux en français et espagnol. Ils avaient prévu que le père parle en français à sa fille et la mère en espagnol. En pratique ils parlent tous les deux les deux langues à leur fille (pas dans la même phrase, mais en français ou en espagnol suivant le moment). Elle parle maintenant bien les deux sans les mélanger, probablement grâce aux grands-parents maternels et paternels avec qui elle passe aussi pas mal de temps mais qui ne comprennent qu'une des deux langues.

Une nièce de 2 ans qui vit aux Etats-Unis et va dans une crèche exclusivement anglophone, avec deux parents qui parlent français à la maison. En ce moment elle s'exprime préférentiellement en anglais mais tout son entourage comprend l'anglais. On va voir si elle se met au français cet été avec ses cousins, quand elle aura compris qu'eux ne parlent pas l'anglais.

Ma fille a parlé chinois avec l'ayi de l'âge de 3 mois à l'âge de deux et demi, elle mélangeait un peu français et chinois (l'ayi comprenait son mélange et moi aussi). On est rentrés en France et elle a oublié le chinois quasi immédiatement.
On retourne en Chine cet été et je suis curieuse de savoir si cette expérience préalable aura une quelconque influence sur son apprentissage du chinois ou son accent.
 
larquen

larquen

Alpha & Oméga
12 Déc 2007
3 163
Ratings
1 404
173
Suzhou Wangtayuan
#48
Ben j'estime que c'est une HONTE que les enfants (moi + amis donc) aient dû aller à l'école ado ou jeune adulte pour apprendre la langue maternelle du/des parent(s) non francophone(s) o_O ...
Bien dit :)
EN même temps c'est un peu normal. A part le père (ou la mère), qui d'autre parle français à l'enfant ? Etant en Chine, il est baigné par le chinois dés la naissance, ensuite à la maison par la mère, et l'ayi ou les grands parents qui le gardent, jusqu’à ce qu'il rentre en maternelle. Si dans son entourage, il n'y a que le père qui lui parle français (ce qui se limite au matin rapidement, puis au soir parce que la journée il bosse), c'est clair que l'enfant va retenir plus de chinois que de français.
On est d'accord, je parlais juste d'un fait sur lequel il ne convient pas de s'inquiéter.
 
Cyril.G

Cyril.G

Dieu Supérieur
17 Juin 2009
2 271
Ratings
534
138
Xian, Chine
#50
Il faut surtout insister quand on est francophone, quand ma fille commençait à parler en français , c'était du genre "ça va bien ma ? ", elle rajoutait des "ma" à chaque fin de phrase. Avec le temps (à force de m'entendre parler), elle a tout simplement supprimer le mot de son lexique.

En ce moment, elle a du mal avec les verbes pronominaux, elle dit des phrases du genre " Tu me donnes moi", mais je suis sur avec le temps,elle corrigera d'elle même les fautes.

C'est un travail très long et de patience. Courage :).
 
chinamevoila

chinamevoila

Membre Platinum
08 Mai 2012
259
Ratings
117
78
26
Jiangsu
#51
Oui, faire des efforts pour parler avec eux, corriger systématiquement leurs erreurs (dues à une influence du chinois ou non), leur lire beaucoup de livres (en français et si possible en chinois, mais j'en trouve aucun intéressant pour les enfants, seulement des imagiers, rien qui explique la vie, les petites bêtes, etc.
Pour le "un locuteur = une langue", c'est ce que je pen
Ma théorie concernant les bébés exposés à plusieurs langues chez leurs parents est que l'enfant ne sait pas qu'il existe plusieurs langues. Il n'apprend pas une langue comme un élève apprend une langue étrangère à l'école. Selon moi, l'enfant associe une 'langue' (et je ne suis pas sûr qu'il est conscience du contexte de langue) à un locuteur. Il parle à papa sans sa langue sans savoir que c'est du français et à maman en chinois sans savoir que c'est du chinois. Je me dis que s'il était exposé à 5 adultes lui parlant chacun dans une langue différente, il les maîtriserait toute sans se rendre compte qu'il parle 5 langues. C'est pour celà qu'il est primordial qu'au début chaque parent ne parle à l'enfant que dans une langue. Si vous parlez en français et en anglais, l'enfant pensera qu'il s'agit de la même langue (puisque c'est le même locuteur).
Je pensais la même chose avant, c'est pour ça que je ne parlais jamais chinois à ma fille, son père faisait différemment et je ne pouvais pas le forcer. Mais finalement, j'ai lu plusieurs études qui montreraient le contraire, que l'enfant est bien apte à classer les langues de lui-même. Et c'est justement ce que je constate chez ma fille. Elle différencie bien les langues, même si elle entend une personne parler différentes langues. Elle sait quelles langues parle ou comprend telle personne. Bien sûr elle fait des erreurs (elle a du mal un/une, conjugaison des verbes) mais elle a 2 ans et demi je pense que ça viendra.
D'ailleurs même sa grand-mère qui la garde en journée a appris des mots français, et mélange un peu le mandarin (qu'elle parle mal), le dialecte, et quelques mots de français (manger, nouilles, dessiner...) Ça ne me plaisait pas trop, mais j'ai laissé faire aussi. Et finalement elle a fait le tri elle-même dans cette grosse soupe de langues, et a acquis des compétences qui me laissent penser que les systèmes de langues ne sont pas fermés entre eux (traduction, par exemple pour expliquer ce que je viens de dire aux personnes dont elle sait qu'ils ne parlent pas français). Bon par contre notre dialogue étant très proche du mandarin, c'est vrai que pour le coup elle a plutôt le même mandarin que sa grand-mère (voire de son père), avec un fort accent du dialecte et mélange de mots. Mais les enfants autour d'elle sont comme ça aussi, l'école remédiera à tout ça je pense.
Au contraire j'ai connu une petite fille de 5/6 ans, franco-chinoise. Pour elle le français et le chinois étaient complètement séparés. Ex : on parle en français, elle parle bien. Je lui pose une question sur l'école (chinoise). Gros blocage. Je lui demande en chinois, elle me répond en chinois. L'école étant en milieu chinois, elle est séparée dans son cerveau du français. En clair, il me semble qu'elle était incapable de faire des transferts entre les deux systèmes français/chinois.
Pour en revenir sur les questions de l'op, le mieux c'est de faire comme tu le sens, mais d'essayer de maximiser l'exposition au français (histoire du soir en français, passer le max de temps avec lui), sans te gêner pour parler anglais dans ton couple et en l'incluant dans la conversation. Peut-être qu'il aura un accent pourri (je connais pas ton niveau d'anglais), mais c'est pas grave, les langues ça sert surtout à communiquer, c'est pas une fin en soi (sauf pour certains professionnels).
Je joins un petit pdf que je trouve bien foutu et qui répond aussi à pas mal de questions que les parents peuvent se poser sur le plurilinguisme.
 

Fichiers joints

C

Cendrillon-

Membre Actif
07 Mai 2018
67
Ratings
23
15
#52
Oui, faire des efforts pour parler avec eux, corriger systématiquement leurs erreurs (dues à une influence du chinois ou non), leur lire beaucoup de livres (en français et si possible en chinois, mais j'en trouve aucun intéressant pour les enfants, seulement des imagiers, rien qui explique la vie, les petites bêtes, etc.
Pour le "un locuteur = une langue", c'est ce que je pen

Je pensais la même chose avant, c'est pour ça que je ne parlais jamais chinois à ma fille, son père faisait différemment et je ne pouvais pas le forcer. Mais finalement, j'ai lu plusieurs études qui montreraient le contraire, que l'enfant est bien apte à classer les langues de lui-même. Et c'est justement ce que je constate chez ma fille. Elle différencie bien les langues, même si elle entend une personne parler différentes langues. Elle sait quelles langues parle ou comprend telle personne. Bien sûr elle fait des erreurs (elle a du mal un/une, conjugaison des verbes) mais elle a 2 ans et demi je pense que ça viendra.
D'ailleurs même sa grand-mère qui la garde en journée a appris des mots français, et mélange un peu le mandarin (qu'elle parle mal), le dialecte, et quelques mots de français (manger, nouilles, dessiner...) Ça ne me plaisait pas trop, mais j'ai laissé faire aussi. Et finalement elle a fait le tri elle-même dans cette grosse soupe de langues, et a acquis des compétences qui me laissent penser que les systèmes de langues ne sont pas fermés entre eux (traduction, par exemple pour expliquer ce que je viens de dire aux personnes dont elle sait qu'ils ne parlent pas français). Bon par contre notre dialogue étant très proche du mandarin, c'est vrai que pour le coup elle a plutôt le même mandarin que sa grand-mère (voire de son père), avec un fort accent du dialecte et mélange de mots. Mais les enfants autour d'elle sont comme ça aussi, l'école remédiera à tout ça je pense.
Au contraire j'ai connu une petite fille de 5/6 ans, franco-chinoise. Pour elle le français et le chinois étaient complètement séparés. Ex : on parle en français, elle parle bien. Je lui pose une question sur l'école (chinoise). Gros blocage. Je lui demande en chinois, elle me répond en chinois. L'école étant en milieu chinois, elle est séparée dans son cerveau du français. En clair, il me semble qu'elle était incapable de faire des transferts entre les deux systèmes français/chinois.
Pour en revenir sur les questions de l'op, le mieux c'est de faire comme tu le sens, mais d'essayer de maximiser l'exposition au français (histoire du soir en français, passer le max de temps avec lui), sans te gêner pour parler anglais dans ton couple et en l'incluant dans la conversation. Peut-être qu'il aura un accent pourri (je connais pas ton niveau d'anglais), mais c'est pas grave, les langues ça sert surtout à communiquer, c'est pas une fin en soi (sauf pour certains professionnels).
Je joins un petit pdf que je trouve bien foutu et qui répond aussi à pas mal de questions que les parents peuvent se poser sur le plurilinguisme.
Oui, faire des efforts pour parler avec eux, corriger systématiquement leurs erreurs (dues à une influence du chinois ou non), leur lire beaucoup de livres (en français et si possible en chinois, mais j'en trouve aucun intéressant pour les enfants, seulement des imagiers, rien qui explique la vie, les petites bêtes, etc.
Pour le "un locuteur = une langue", c'est ce que je pen

Je pensais la même chose avant, c'est pour ça que je ne parlais jamais chinois à ma fille, son père faisait différemment et je ne pouvais pas le forcer. Mais finalement, j'ai lu plusieurs études qui montreraient le contraire, que l'enfant est bien apte à classer les langues de lui-même. Et c'est justement ce que je constate chez ma fille. Elle différencie bien les langues, même si elle entend une personne parler différentes langues. Elle sait quelles langues parle ou comprend telle personne. Bien sûr elle fait des erreurs (elle a du mal un/une, conjugaison des verbes) mais elle a 2 ans et demi je pense que ça viendra.
D'ailleurs même sa grand-mère qui la garde en journée a appris des mots français, et mélange un peu le mandarin (qu'elle parle mal), le dialecte, et quelques mots de français (manger, nouilles, dessiner...) Ça ne me plaisait pas trop, mais j'ai laissé faire aussi. Et finalement elle a fait le tri elle-même dans cette grosse soupe de langues, et a acquis des compétences qui me laissent penser que les systèmes de langues ne sont pas fermés entre eux (traduction, par exemple pour expliquer ce que je viens de dire aux personnes dont elle sait qu'ils ne parlent pas français). Bon par contre notre dialogue étant très proche du mandarin, c'est vrai que pour le coup elle a plutôt le même mandarin que sa grand-mère (voire de son père), avec un fort accent du dialecte et mélange de mots. Mais les enfants autour d'elle sont comme ça aussi, l'école remédiera à tout ça je pense.
Au contraire j'ai connu une petite fille de 5/6 ans, franco-chinoise. Pour elle le français et le chinois étaient complètement séparés. Ex : on parle en français, elle parle bien. Je lui pose une question sur l'école (chinoise). Gros blocage. Je lui demande en chinois, elle me répond en chinois. L'école étant en milieu chinois, elle est séparée dans son cerveau du français. En clair, il me semble qu'elle était incapable de faire des transferts entre les deux systèmes français/chinois.
Pour en revenir sur les questions de l'op, le mieux c'est de faire comme tu le sens, mais d'essayer de maximiser l'exposition au français (histoire du soir en français, passer le max de temps avec lui), sans te gêner pour parler anglais dans ton couple et en l'incluant dans la conversation. Peut-être qu'il aura un accent pourri (je connais pas ton niveau d'anglais), mais c'est pas grave, les langues ça sert surtout à communiquer, c'est pas une fin en soi (sauf pour certains professionnels).
Je joins un petit pdf que je trouve bien foutu et qui répond aussi à pas mal de questions que les parents peuvent se poser sur le plurilinguisme.
Voici mon retour d'expérience en parlant uniquement le chinois avec mes deux filles ce soir...et elles m'ont répondu uniquement des phrases simples en chinois...mais elles comprennent parfaitement tout ce que j'ai dit en chinois.

Quand à moi, j'avais un bug dans ma tête pour la traduction de " la classe de découverte " en chinois, j'ai dû sortir ce mot en français.

Je ferai surement d'efforts dans l'avenir.

Tout ça c'est pour vous dire que chacun cherche son équilibre entre enseigner la vie et la langue
à nos enfants issues des familles mixes...mais ce qui compte le plus pour eux ainsi pour nous, c'est qu'ils soient heureux de vivre avec nous. :)
 
Dernière édition:
WuKong

WuKong

Alpha & Oméga
26 Oct 2009
5 536
Ratings
3 867
188
Right Behind You
#53
Un petit gars de 13 mois.
Je lui parle francais, sa mere chinois, avec l'ayi, et ensemble on parle anglais. Plan classique en somme visiblement. Bon il est petit donc ca balbutie juste, mais il est tres clair que sa mere s'appelle "meumeu", son pere "HAAAaaa", et les gateaux "caca".. en y repensant, on merde peut etre quelque part lol..
 
Naxshe

Naxshe

Membre Platinum
05 Jan 2016
786
Ratings
401
78
29
#54
Un petit gars de 13 mois.
Je lui parle francais, sa mere chinois, avec l'ayi, et ensemble on parle anglais. Plan classique en somme visiblement. Bon il est petit donc ca balbutie juste, mais il est tres clair que sa mere s'appelle "meumeu", son pere "HAAAaaa", et les gateaux "caca".. en y repensant, on merde peut etre quelque part lol..
Ou alors tu lui donne vraiment des gateaux de merde !

:trollpas:
 
ChrisHK

ChrisHK

Dieu suprême
27 Déc 2013
11 187
Ratings
8 954 2
168
Hong Kong et Shanghai
#55
Un petit gars de 13 mois.
Je lui parle francais, sa mere chinois, avec l'ayi, et ensemble on parle anglais. Plan classique en somme visiblement. Bon il est petit donc ca balbutie juste, mais il est tres clair que sa mere s'appelle "meumeu", son pere "HAAAaaa", et les gateaux "caca".. en y repensant, on merde peut etre quelque part lol..
A mon avis, ton débit de parole est trop rapide ... Tu devrais lui parler suisse ! :langue: