1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Coquilles vides. Nettoyées en Chine....puis retour en Bretagne!

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Neuromancer, 12 Décembre 2014.

  1. Neuromancer

    Neuromancer Alpha & Oméga

    Inscrit:
    13 Mai 2008
    Messages:
    3 941
    Localité:
    Shanghai, Chine
    Ratings:
    +2 022 / -44
    [​IMG]

    Des millions de coquilles Saint-Jacques vides sortent chaque année de l'usine de décorticage Celtarmor, à Saint-Quay. Une partie d'entre elles part en Chine pour un nettoyage en règle avant de revenir se faire garnir en Bretagne. Une incongruité selon la collectivité, qui souhaite relocaliser cette activité. > Ce lundi, ouverture pour la coquille des Glénan À peine sorties du four, encore fumantes devant la tablée familiale, les coquilles Saint-Jacques concoctées chez Celtigel ont tout d'un mets de choix pour un repas de Noël gourmand. Les convives sauront-ils alors que les creux de coquilles en calcaire où se mêlent sauce et noix ont peut-être fait un voyage, aller et retour, de Saint-Quay-Portrieux jusqu'en Chine... Surprenant ? C'est pourtant bien le cas de millions de spécimens, qui, à la sortie de l'usine de décorticage Celtarmor, prennent l'air sur le port dans de grands sacs blancs, avant de traverser les océans, sur un cargo. Là-bas, elles sont nettoyées avant de revenir se faire remplir à l'usine de plats préparés Celtigel, à Plélo. Toutes ne sont pas « washed in China ». Sur les 10 millions d'unités qui sortent de l'usine de décorticage détenue à 60 % par le Groupe Le Graët et à 40 % par les pêcheurs de la coopérative Cobrenord, une partie file vers l'Établissement et service d'aide par le travail (Esat) des Ateliers alréens, à Auray (56), une autre vers l'entreprise Embaljet, basée à Plouguerneau (29). « Une question de coût » Pourquoi envoyer le reste en Chine ? La direction de Celtarmor reste discrète sur le sujet (*). « Une question de coût », subodore Georges Brézellec, vice-président de la Cobrenord, qui met en avant la faible valeur d'une coquille vide et la nécessité de réduire les coûts à toutes les échelles. « On ne peut guère faire autrement, c'est ça ou les perdre ». Devant cet état de fait, Celtarmor, la Cobrenord et la communauté de communes du Sud-Goëlo réfléchissent à relocaliser l'activité de nettoyage de creux de coquilles vides. Évoqué lors d'un conseil communautaire à Étables-sur-Mer, à la mi-novembre, le projet de création d'un atelier dans un bâtiment détenu par la communauté de communes, prend corps. À une échéance encore inconnue, un Esat pourrait y faire travailler quatre travailleurs handicapés, accompagnés de quatre valides. L'intérêt de l'Esat « Le montant de l'outil de nettoyage avoisinerait les 150.000 € et nous pourrions bénéficier d'aides européennes, par le biais de la Cobrenord », avance Thierry Simelière, maire de Saint-Quay et vice-président de l'intercommunalité en charge de l'économie. « Nous allons réussir à monter une structure qui ne coûtera pas plus cher que le nettoyage en Chine », positive-t-il. Un recours aux personnes handicapées qui permet de rendre l'activité viable. « Nos travailleurs gagnent moins que le Smic et les entreprises qui font appel à nous, bénéficient d'une réduction de cotisation », argumente Valérie Joron, directrice des Ateliers alréens. Malgré ce recours à un Esat, David Toffolo, dirigeant d'Embaljet, reste persuadé qu'il continuera à travailler avec le groupe Le Graët « dont l'esprit est de privilégier les circuits courts ». En cela, les escapades des coquilles jusqu'à l'Empire du Milieu, ne seraient qu'une exception bientôt corrigée.

    © Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/bretagne/coquilles-vides-un-casse-tete-chinois-09-12-2014-10454421.php#

    Une absurdité (parmi tant d'autres) dans la mondialisation...
     
    • J'aime J'aime x 1
  2. totoautibet

    totoautibet Dieu suprême

    Inscrit:
    3 Mars 2010
    Messages:
    3 030
    Localité:
    Nanning/Guangxi
    Ratings:
    +1 959 / -8
    j'ai vu cet article ce matin...
    cela m'a fait penser a Asterix! "poisson frais de Lutece"

    (et en lisant tres vite le mot "coquille" je me suis fait une frayeur... j'avais zappe le "q"... a toi @ChrisKH)
     
  3. marcou

    marcou Dieu souverain

    Inscrit:
    27 Juillet 2013
    Messages:
    2 897
    Localité:
    Wudang Shan Hubei Chine
    Ratings:
    +2 085 / -41
    Les pois chiches du Maroc sont transportés en bateaux jusqu'au port d'Envers, puis chargé en camion et acheminé par la route jusqu'à Marseille pour être après mis en conserve. C'est moins loin que la Chine mais le détour vaut d'être mentionné. apparemment le plus court chemin n'est pas toujours le plus rentable.
     
  4. Etoomy

    Etoomy Dieu Supérieur

    Inscrit:
    29 Décembre 2012
    Messages:
    1 058
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +604 / -1
    Les crevettes grises pêchées en mer du Nord sont expédiées au Maroc pour être décortiquées et ensuite retour en Allemagne pour être conditionnées et vendues en grande surfaces.

    Est-ce que le nettoyage en Chine est suffisant et est-ce qu'il remplit les conditions sanitaires pour un nouveau contact alimentaire ?
    Les produits de nettoyages utilisés sont-ils conforments aux standards agro-alimentaires type EHEDG ou FDA ? Parceque bon, ils ont beau avoir les certificats mais.................. c'est la Chine.....
     
  5. Lil00

    Lil00 Membre Platinum

    Inscrit:
    8 Octobre 2014
    Messages:
    533
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +455 / -0
    on vit dans un monde qui marche sur la tête...
     
    • J'aime J'aime x 2

Partager cette page