1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Chanel va baisser ses prix en Chine

Discussion dans 'Informations Chine' créé par mike, 18 Mars 2015.

  1. mahu

    mahu Modo en carton

    Inscrit:
    9 Avril 2010
    Messages:
    5 882
    Localité:
    You give me fever
    Ratings:
    +4 422 / -77
    qui aurait dit que le futur des 黄牛 en Chine serait de vendre de vrais sacs LV sous le manteau ?
     
  2. Jimmy One

    Jimmy One Demi-dieu

    Inscrit:
    13 Décembre 2007
    Messages:
    1 328
    Localité:
    Shanghai - Xu Jia Hui
    Ratings:
    +145 / -52
    200 000 rmb un sac vide ! Non merci.
     
  3. juniO

    juniO Ange

    Inscrit:
    22 Avril 2008
    Messages:
    414
    Localité:
    Shenzhen
    Ratings:
    +266 / -5
    Je peux t'avoir le même sac, à 250 000rmb, avec 50 000rmb en cash dedans.
     
    • J'aime J'aime x 1
  4. AncienMembre

    AncienMembre Dieu Supérieur

    Inscrit:
    2 Janvier 2011
    Messages:
    1 180
    Ratings:
    +741 / -14
    Doit on prendre rendez vous?

    Cher maitre,

    C'est la premiere lecture que mon esprit mal tourne a fait de votre commentaire.
    Je vous prie de ne pas trop m'en vouloir.
     
    • J'aime J'aime x 1
  5. Jimmy One

    Jimmy One Demi-dieu

    Inscrit:
    13 Décembre 2007
    Messages:
    1 328
    Localité:
    Shanghai - Xu Jia Hui
    Ratings:
    +145 / -52

    Cher maitre ?!
     
  6. xml

    xml Dieu souverain

    Inscrit:
    26 Juin 2011
    Messages:
    2 421
    Localité:
    guangdong
    Ratings:
    +1 972 / -8
    Dui je suis entierement d'accord avec toi , perso en france j'utilisai les produits l'occitane homme mais ici meme pas la peine, c'est scandaleux , et qu'on me dise pas que c'est a cause des taxes car a HK aussi ils sont chers, et la derniere fois que j'ai voulu en acheter en duty free a Nice, c'etait le meme prix qu'en magasin , j'aime bien leurs produits mais vu leur politique de prix je boycott
     
  7. Jimmy One

    Jimmy One Demi-dieu

    Inscrit:
    13 Décembre 2007
    Messages:
    1 328
    Localité:
    Shanghai - Xu Jia Hui
    Ratings:
    +145 / -52
    Duty free c'est en Aéroport.

    Si c'est en plein centre-ville, c'est normal que ce soit le même prix.

    Personnellement, acheter des produits cosmétiques pour hommes, c'est gay.
     
  8. parapluie

    parapluie Dieu suprême

    Inscrit:
    9 Mai 2013
    Messages:
    7 645
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +3 615 / -6
    je me suis mise à l'huile de noix de coco il y a quelques semaines et je suis plus que satisfaite (crème hydratante, soins cheveux)
    http://item.jd.com/1153771409.html
    vu ma vitesse d'utilisation le pot va facilement me tenir 6 mois
    l'odeur s'estompe assez vite, donc pas de risque de sentir la fille

    moi chéri l'utilise aussi pour ses mains quand il crois que je ne regarde pas
     
  9. Dui ni shuo de dui

    Dui ni shuo de dui Alpha & Oméga

    Inscrit:
    18 Septembre 2007
    Messages:
    5 670
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +6 332 / -18
    Nan mais c'etait pour ma copine en fait, hein, pas pour moi.
    Elle n'a pas la chance d'avoir une peau aussi belle et parfaite que la mienne, du coup je suis bien force d'investir.

    J'espere que c'est un peu moins gay du coup. En tout cas ca l'est surement moins que de posseder une voiture rose.
     
    • J'aime J'aime x 1
  10. AncienMembre

    AncienMembre Dieu Supérieur

    Inscrit:
    2 Janvier 2011
    Messages:
    1 180
    Ratings:
    +741 / -14
    A Nice, il y a aussi un aeroprt international !
     
  11. xml

    xml Dieu souverain

    Inscrit:
    26 Juin 2011
    Messages:
    2 421
    Localité:
    guangdong
    Ratings:
    +1 972 / -8
    non c'etait a l'aeroport en zone duty free , sinon j'aurai pas ralé ;)

    ben je prefere le deodorant l'occitane que celui de prisunic, et le parfum l'occitane me convient parfaitement , meme si ici je l'utilise pas vu que l'odeur reste pas plus de deux heures a cause de l'humidité, mais surtout Jimmy on est en 2015 et pas besoin d'etre gay pour etre un homme qui s'entretient, tu preferes le parfum musc de transpiration apres un chantier ? comme tu peut souvent le sentir dans le metro ? haha et apres le rasage, depuis fort longtemps je n'utilise pas d'eau de cologne mais une creme nourrissante, et pourtant crois moi je suis un broussard mais ca empeche pas de s'entretenir un minimum .
    on aimerait pas etre avec une nana avec plein de poils aux pattes ben de meme les nanas n'aiment pas trop les mecs qui se laissent trop aller , ou bien mesdames ?
     
  12. Silouane

    Silouane Membre Silver

    Inscrit:
    14 Janvier 2015
    Messages:
    306
    Localité:
    上海
    Ratings:
    +162 / -0
    Sur le même sujet, par quelqu'un qui connaît bien son sujet :


    Le luxe et les Chinois : la fin d’un eldorado ?

    Le Monde.fr | 18.03.2015 à 15h11 • Par Florent Courau (Consultant en management, SJ Conseil)

    Les consommateurs chinois aiment-ils encore le luxe ? La question se pose en observant certains centres commerciaux huppés mais vides à Shanghaï, en lisant les communiqués déprimés des exportateurs de cognac ou de montres suisses, en écoutant nombre de chinois se plaindre de la vulgarisation de telle marque de maroquinerie ou questionner ce qu’il y a vraiment derrière telle grande marque de cosmétiques.

    D’où provient ce désamour ? Est-il passager ou structurel ?

    La question est d’importance quand on sait que les chinois sont déjà, chez eux et en voyage, les plus gros consommateurs mondiaux de luxe, à la fois en valeur et en part du produit intérieur brut (PIB).

    Le phénomène n’est pas nouveau. Burberry puis le Groupe Richemont rapportent depuis plusieurs années une dégradation des conditions en Chine, suivis par LVMH dont le président

    M. Arnault annonce une baisse des ouvertures de magasins Louis Vuitton, ainsi qu’un recentrage sur les produits à forte valeur ajoutée en cuir, dans le but de préserver l’exclusivité et l’image de sa marque emblématique.

    Le phénomène n’est pas nouveau, mais reste difficile à interpréter.

    Une clientèle de connaisseurs

    On explique généralement la baisse des ventes de produits de luxe en Chine par plusieurs facteurs : le ralentissement de l’économie, les programmes anti-corruption, un déferlement de marques et de magasins frisant aujourd’hui la saturation, l’augmentation des achats chinois outre-mer. Ces facteurs ne semblent pas tous déterminants.

    Le ralentissement de la croissance économique chinoise explique mal le phénomène, car l’enrichissement de la population chinoise reste un puissant moteur potentiel de la consommation de luxe. Les revenus des ménages urbains continuent d’augmenter plus vite que l’économie en Chine. L’urbanisation joue encore un rôle positif alors que le vieillissement démographique devrait mettre des années ou même des décennies à se ressentir sur la consommation de produits de luxe.


    Une cause plus évidente, et abondamment débattue, est liée à l’application des politiques du nouveau président Xi Jinping contre la corruption et les dépenses somptuaires des fonctionnaires.

    Il est utile de préciser ici que ces programmes répondent en partie à une aspiration populaire, pour une vie plus simple et saine en réaction aux banquets traditionnels, interminables et trop arrosés. La politique chinoise de frugalité affecte donc clairement les ventes de produits de luxe, au premier chef les plus visibles comme les montres, que les internautes chinois traquent sur les photos de hauts fonctionnaires, et les bouteilles de cognac les plus chères.

    Le segment de marché lié à la corruption s’effondre aujourd’hui, et durablement, mais il reste une clientèle de connaisseurs qui apprécient le luxe pour ce qu’il est (le mouvement millimétré

    d’une montre ; le contenu boisé d’une bouteille de cognac). Et cette clientèle-là n’a pas fini de se développer.

    Saturation

    Une autre cause avancée pour expliquer le ralentissement des ventes de luxe en Chine est la saturation de l’espace chinois par les marques et les distributeurs, ce qui est contestable.

    Il est vrai que les marques de luxe ont déferlé par milliers en Chine, provoquant une véritable inondation commerciale et publicitaire. Toutefois les clients chinois restent extrêmement attirés par la nouveauté et se montrent moins longtemps fidèles à une marque que les Japonais par exemple. Encore aujourd’hui, de nombreuses marques s’introduisent en Chine et y connaissent de gros succès.


    Quant aux réseaux de magasins, la saturation se mesure dans les grandes villes comme Pékin ou Shanghaï qui croulent sous les galeries marchandes et les panneaux publicitaires. L’émergence de marques chinoises contribue également à ce ressenti de saturation qui porterait peut-être mieux le nom d’hyper-compétitité.

    Mais les marques chinoises émergent lentement, particulièrement dans des secteurs sensibles comme celui des soins pour la peau. En observant la surface de magasins de marques par habitant, on voit que le consommateur chinois accède à deux fois moins de surface de magasin que le japonais ou le britannique, et quatre fois moins que l’américain !

    Ceci explique la croissance phénoménale du commerce électronique en Chine : le 11 novembre 2014, le nombre de chinois qui se sont connectés au site taobao.compour acheter excède la population brésilienne. Et l’espace électronique est encore très loin de la saturation pour les marques de luxe qui cherchent encore comment y trouver leur place.

    Un lieu prometteur

    Le dernier facteur semble le plus intéressant : les chinois n’achèteraient plus en Chine mais à l’étranger. Ces achats à l’étranger se développent à cause de la disponibilité insuffisante ou de l’authenticité non assurée des produits en Chine, mais surtout en raison de l’écart important de prix de vente en défaveur d’un achat sur le sol Chinois.

    Cet écart diminue rapidement dans la plupart des segments du luxe, tiré par l’effet régulateur des marchés parallèles et du commerce en ligne. Le ratio prix de vente Chine/France, qui atteignait fréquemment à 1,6 ou 1,8 (en particulier expliqué par la logistique, les droits de douane et d’enregistrement), chute aujourd’hui à 1,3 ou même moins pour certaines marques qui se lancent.

    Si l’eldorado chinois était un territoire immense, en croissance effrénée et vierge de concurrence, c’en est fini. Si c’était un lieu merveilleux où il suffisait de doubler ses prix et d’agrandir son logo pour devenir une marque de luxe, c’est fini aussi. Si c’était un pays aux douaniers attardés, un pays où les marges pouvaient reposer sur des prix de transferts déformés, c’est fini encore.

    Mais pour une marque qui est prête à rechercher et exprimer ce qui, dans son identité, rejoint la culture et les aspirations des consommateurs chinois, qu’ils soient pékinois sophistiqués ou ruraux nouvellement urbanisés au Sichuan, le marché chinois reste, malgré une concurrence féroce et croissante, un lieu prometteur pour se développer.

    ■ Florent Courau(Consultant en management, SJ Conseil)
     

Partager cette page