Canada : une haute responsable du géant chinois huawei arrêtée

  • Auteur de la discussion Orang Malang
  • Date de début
Dgibe

Dgibe

Ange
13 Mai 2016
824
368
83
37
Chengdu
Petite précision, le niveau d’alerte n’a pas été relevé. Ils ont juste ajouté la possible application arbitraire des lois. La France est au niveau 2 par exemple à cause de la menace terroriste et des gilets jaunes.

Un autre truc pas clair, est-ce que c’est lui qui a demandé une deuxième instance ou la cour de haute instance. Suivant les articles ça diffère.
 
Orang Malang

Orang Malang

Alpha & Oméga
Membre du personnel
Modérateur
23 Oct 2005
19 413
11 428
198
常熟,江苏
On dirait quand même que c’est lui. Pas de bol pour lui....
Le Français qu’il cite dans l’article du Monde est un chinois du Laos qui a eu la nationalité française au cours de sa vie ... La France ne semble pas très enclin à le défendre (à moins que cela soit fait discrètement). Il n’a pas apparemment d’attaches en France. Pas sûr qu’un ressortissant français né en France aurait eu le même traitement ...
 
M

manu

Dieu
17 Déc 2006
1 739
403
128
Beijing
De là, on peut se demander si des polonais vont être arrêtés en Chine, voire exécutés.

Huawei licencie son employé arrêté en Pologne pour espionnage

Le directeur des ventes du géant chinois en Pologne est soupçonné d'espionnage au profit de Pékin. Un employé d'Orange Polska a également été arrêté.

La pression internationale s'accentue sur le géant chinois Huawei. A peine un mois après l'arrestation de sa numéro deux au Canada, un autre de ses employés vient d'être arrêté, en Pologne cette fois. Un coup dur potentiel pour le fabricant chinois qui a fait de la Pologne l'une de ses principales bases de développement en Europe.
Ce ressortissant chinois a été arrêté jeudi matin avec une autre personne, de nationalité polonaise, mais l'information n'a filtré que ce vendredi, après que les juges ont validé l'inculpation. Les deux hommes sont soupçonnés d'espionnage. Ils seront détenus pendant trois mois, a déclaré le porte-parole de l'agence de sécurité, cité par des médias locaux. Ils risquent une peine d'emprisonnement de dix ans.

https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0600497176653-un-cadre-de-huawei-en-pologne-arrete-pour-des-soupcons-despionnage-2235644.php
 
M

manu

Dieu
17 Déc 2006
1 739
403
128
Beijing
C'est marrant à chaque fois qu'il y a un problème dans le monde avec des ressortissants chinois, les autorités demandent un "traitement humain" de ses ressortissants auprès des pays concernés
C'est parce que nous sommes barbares ?
 
Dgibe

Dgibe

Ange
13 Mai 2016
824
368
83
37
Chengdu
Le Français qu’il cite dans l’article du Monde est un chinois du Laos qui a eu la nationalité française au cours de sa vie ... La France ne semble pas très enclin à le défendre (à moins que cela soit fait discrètement). Il n’a pas apparemment d’attaches en France. Pas sûr qu’un ressortissant français né en France aurait eu le même traitement ...
Perso si je suis cette histoire ce n’est pas tellement pour connaître le sort de traficants de drogues. Mais pour savoir si sa condamnation à mort est en représailles ou non. Si c’est le cas, ça veut dire que la Chine est prête à aller très loin pour défendre ses intérêts et surtout sans le cacher.

J’ai aussi lu un autre article où ils parlaient de deux canadiens naturalisés qui ont été exécutés en 2014, pour traffic de drogue aussi. Ils avaient gardé la nationalité chinoise et donc jugés comme des ressortissants chinois. D’après l’article Harper aurait essayé de faire commuer leur peine mais à titre personnel lors d’une visite en Chine.
 
E

Elise D

Dieu
15 Mai 2014
797
705
123
Shanghai
Aucun lien direct avec Huawei, mais voici un article intéressant sur les potentiels liens entre la politique pénale américaine vis-à-vis des actions à l'étranger de dirigeants d'entreprises étrangères et la politique économique américaine :
https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/01/15/lobbying-corruption-pressions-americaines-les-zones-d-ombre-de-l-affaire-alstom_5409260_3234.html

Quelques extraits :

Frédéric Pierucci, 51 ans, publie, mercredi 16 janvier, avec Matthieu Aron, journaliste à L’Obs, Le Piège américain. Cet ancien cadre dirigeant d’Alstom, emprisonné aux Etats-Unis pendant plus de deux ans pour « corruption » après le lancement d’une enquête du Department of Justice (DoJ) sur son entreprise, a réservé au Monde sa première prise de parole publique.
[...]
Patrick Kron n’en avait pas fini avec le DoJ (Department of Justice, le ministère de la justice). Le 23 avril 2014, alors qu’il rencontre le PDG de General Electric, Jeffrey Immelt, pour poursuivre les négociations, un autre cadre dirigeant d’Alstom, Lawrence Hoskins, est arrêté dans les îles Vierges américaines. Dès la fin de leur entrevue, l’agence Bloomberg révèle que GE tient la corde pour le rachat de la branche énergie d’Alstom. Hasard ou remarquable sens du timing des Américains ? Pour Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, cette chronologie indique que la vente de la branche énergie d’Alstom est « d’abord une opération de guerre économique » orchestrée depuis les Etats-Unis.

Implanté dans 130 pays, GE appartient au patrimoine national américain, au même titre que Ford ou General Motors. « Nous avons recueilli plusieurs témoignages confidentiels qui confortent notre conviction profonde de l’entente entre le DoJ et GE sur cette opération », précise Eric Denécé. L’expert rappelle que, avant Alstom, GE a racheté quatre entreprises poursuivies par le DoJ pour des faits de corruption (InVision Technologies, Amersham, Vetco Gray et Ionics). Et puis, « à partir du moment où Alstom est vendue à GE, tout s’arrange du point de vue judiciaire », constate Daniel Fasquelle.

La question du paiement de l’amende demeure également troublante. En juin 2014, alors que Siemens s’est lui aussi porté candidat à la reprise de la branche énergie, GE s’engage auprès d’Alstom à prendre en charge la future amende infligée par le DoJ dans le cadre d’une procédure de plaider-coupable. Faute d’en connaître le montant, Siemens ne peut formuler la même promesse. Le DoJ ne réagit pas, alors que, dans le cadre d’une procédure FCPA, une partie tierce ne peut pas s’acquitter de l’amende d’une entreprise poursuivie. Lors de l’assemblée générale des actionnaires d’Alstom réunie en décembre 2014 pour approuver la cession, Patrick Kron annonce que, à la demande du DoJ, le groupe doit prendre l’amende à sa charge. Le prix de la vente reste néanmoins identique.
 
Dgibe

Dgibe

Ange
13 Mai 2016
824
368
83
37
Chengdu
Le papa remercie le Canada ahah. Est-ce que finalement les autorités vont cibler les EU désormais?
interview.png
Source Radio Canada.

Je crois qu'il s'agit aussi du même article ou il dément tout espionnage pour le compte du gouvernement Chinois.
Il aurait pu nier tout espionnage tout court, mais non. Donc on peut ensuite se demander à quel type d'espionnage ils se livrent (industriel, économique, pour le PCC,....).
Enfin, perso je ne pense pas qu'ils soient plus diaboliques que d'autres entreprises par exemple américaines (cf le post d'Elise D).
 
Orang Malang

Orang Malang

Alpha & Oméga
Membre du personnel
Modérateur
23 Oct 2005
19 413
11 428
198
常熟,江苏
Capture d_cran 2019-01-29 _ 09.28.13.pngCapture d_cran 2019-01-29 _ 09.28.21.pngCapture d_cran 2019-01-29 _ 09.29.04.pngCapture d_cran 2019-01-29 _ 09.29.16.png
 
Orang Malang

Orang Malang

Alpha & Oméga
Membre du personnel
Modérateur
23 Oct 2005
19 413
11 428
198
常熟,江苏
Capture d_cran 2019-02-17 _ 09.25.24.pngCapture d_cran 2019-02-17 _ 09.25.35.pngCapture d_cran 2019-02-17 _ 09.25.47.png
 
mahu 马虎

mahu 马虎

Comique en carton
10 Avr 2010
8 742
6 429
188
wesh ma couille
 
Breizh In China

Breizh In China

Alpha & Oméga
05 Nov 2009
3 978
1 889
173
Xuijiahui Shanghai
J’ai aussi lu un autre article où ils parlaient de deux canadiens naturalisés qui ont été exécutés en 2014, pour traffic de drogue aussi. Ils avaient gardé la nationalité chinoise et donc jugés comme des ressortissants chinois. D’après l’article Harper aurait essayé de faire commuer leur peine mais à titre personnel lors d’une visite en Chine.
Ils étaient chinois. Point barre.
 
Orang Malang

Orang Malang

Alpha & Oméga
Membre du personnel
Modérateur
23 Oct 2005
19 413
11 428
198
常熟,江苏
Ils étaient chinois. Point barre.
Tout comme le Laotien, d'origine chinoise mais naturalisé français ...

Il attend apparemment dans les couloirs des prisons chinoises son exécution : curieux que cela prenne autant de temps, en règle générale, ils sont plus expéditifs ...
 
lafoy-china

lafoy-china

Alpha & Oméga
Membre du personnel
08 Mar 2009
11 958
6 796
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
5G : Huawei sonne la riposte

ren-zhengfei.jpg

Accusé d’espionnage par les Etats-Unis, et menacé de voir l’Europe lui fermer ses portes, le géant chinois des équipements télécoms se démène, à grand renfort de communication, pour ne pas sombrer. Un activisme qui pourrait s’avérer payant, puisque certains pays, comme le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande, mettent de l’eau dans leur vin.


Article : Le dragon sort les griffes. Attaqué par les Etats-Unis qui le soupçonnent d'espionnage, et menacé de voir l'Europe lui fermer les portes de son marché de la 5G, Huawei a initié une vaste campagne de communication pour redorer son blason à travers le monde. Il y a un peu plus d'un mois, Ren Zhengfei, le fondateur du champion chinois des équipements télécoms, a sonné la riposte. Très peu friand des médias, il s'est pourtant livré dans une rarissime interview à Shenzhen, au siège du groupe. Lors de cet entretien, il a balayé les soupçons d'espionnage qui pèsent sur son groupe. Conscient que sa proximité avec le Parti communiste inquiète certains services de renseignements, cet ancien ingénieur de l'armée chinoise a affirmé que les données sensibles de ses clients étaient protégées. « Je ne vois aucune relation particulière entre mes convictions politiques personnelles et les activités de Huawei », a lancé le dirigeant.


Tout récemment, Ren Zhengfei a remis le couvert. Lors d'un entretien à la BBC, ce mardi 19 février, il s'est montré beaucoup plus offensif. « Les Etats-Unis ne pourront pas nous écraser », a-t-il bombardé, en fusillant le lobbying anti-Huawei du pays de l'Oncle Sam à l'international. Le fondateur du groupe n'a pas, non plus, hésité à montrer ses muscles : « Le monde ne peut pas se passer de nous car nous sommes plus avancés [que la concurrence, Ndlr]. » Une manière de préciser, indirectement, que si l'Europe voulait se passer de ses services, elle risquerait de prendre un gros retard dans la 5G. Une perspective qui effraye autant Paris, Berlin que Londres.

Le Royaume-Uni adoucit sa position

Cet activisme va-t-il porter ses fruits ? Possible. Selon le Financial Times, le service de renseignement britannique pour la cybersécurité (NCSC) a récemment indiqué qu'il avait les moyens de « limiter les risques » liés à l'utilisation d'équipements 5G du géant chinois. Cette sortie pourrait faire boule de neige, et inciter d'autres pays à se montrer plus conciliant à l'égard de Huawei. Car le Royaume-Uni dispose d'une grande proximité avec les services de renseignement américains, en tant que membre des Five Eyes avec le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.


D'ailleurs, Wellington met aussi de l'eau dans son vin concernant Huawei. La Nouvelle-Zélande, qui avait interdit le géant chinois au moins de novembre en brandissant des « risques pour la sécurité nationale », estime aujourd'hui qu'il ne s'agissait pas d'une « décision finale »... Certains estiment, aussi, que l'adoucissement de la position néo-zélandaise est possiblement dû au fait que la Chine est le premier partenaire commercial du pays. Difficile, dans ces conditions, de se brouiller avec la Chine.

En Allemagne, des opérateurs sur le qui-vive

L'Allemagne, elle, a récemment indiqué poursuivre ses consultations avant de décider d'une éventuelle interdiction de Huawei. Le sujet est particulièrement sensible outre-Rhin. Et pour cause : les opérateurs présent sur le territoire (Deutsche Telekom, Vodafone et Telefonica) utilisent des équipements Huawei dans leurs réseaux. Une exclusion du groupe chinois pourrait handicaper le déploiement des réseaux 5G


Source : LA TRIBUNE
 
C

chwpaul

Dieu
20 Juil 2009
1 808
416
128
L'accusation contre Huawei est une farce.
En ce qui concerne la surveillance exercée par le président des États-Unis sur les président et les dirigeants des pays de l’Europe occidentale, pourquoi personne n’a-t-il engagé de poursuites judiciaires?
Selon la logique des Américains, les Chinois peuvent totalement dire à la Russie d’arrêter les ambassadeurs des États-Unis ou du Canada en Ruissie, puis de les extrader en Chine pour y être jugés.9e3df8dcd100baa1e89aee454410b912c9fc2e9d.gif9e3df8dcd100baa1e89aee454410b912c9fc2e9d.gif