1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Bruxelles prête à la guerre commerciale avec Pékin

Discussion dans 'Informations Chine' créé par lafoy-china, 5 Septembre 2012.

  1. lafoy-china

    lafoy-china Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe

    Inscrit:
    8 Mars 2009
    Messages:
    9 183
    Localité:
    Hong-Kong - Dongguan - Beijing
    Ratings:
    +5 015 / -64
    La Commission européenne s'apprête à lancer jeudi une enquête antidumping contre la Chine visant sa production de panneaux solaires subventionnés. La Chine se prépare à répliquer.

    [​IMG] Correspondant à Bruxelles

    L'Europe s'engage sur le sentier de la guerre commerciale avec la Chine. Sauf coup de théâtre, Bruxelles lancera jeudi une enquête antidumping contre plusieurs géants chinois des panneaux solaires, et la République populaire menace déjà l'UE de rétorsions spectaculaires.

    Sous l'apparence d'une querelle d'entreprises, c'est un énorme bras de fer politico-commercial qui se dessine. La Chine aussi bien que l'Europe ont misé des milliards de fonds publics sur l'essor de l'électricité photovoltaïque, à coups de subventions et d'investissements. À Pékin, le quotidien du Parti communiste China Daily juge «probable» l'ouverture des hostilités et s'inquiète mercredi «du contentieux commercial le plus lourd» jamais infligé à l'industrie chinoise.

    L'exécutif européen n'a ni confirmé ni démenti l'ouverture de l'enquête. Mais des sources diplomatiques et industrielles ont confirmé au Figaro l'imminence de la décision du commissaire Karel de Gucht, en charge du Commerce international. Le pouvoir chinois a fait du secteur photovoltaïque le fer de lance d'une conquête planétaire. L'Europe, qui représente les deux tiers du marché mondial, veut à l'inverse contraire garder son avance technologique et surtout protéger l'une de ses dernières bases industrielles.

    Plainte collective déposée à Bruxelles


    «C'est la dernière chance pour l'Europe de tenir tête à un État chinois qui subventionne sa propre industrie, ce qui lui permet de vendre en dessous du coût de revient et de mettre les Européens à genoux», assure Milan Nitzchke pour le groupe allemand SunWorld, chef de file de la plainte collective déposée à Bruxelles. Une vingtaine de firmes françaises, italiennes et espagnoles s'y sont associées en juillet. Elles ont préféré rester anonymes par crainte, déjà, de contre-mesures chinoises.

    Après bien des hésitations, la commission Barroso part à l'offensive face à la concurrence jugée déloyale des grands pays émergents. Elle a ouvert mardi soir une première enquête formelle contre le russe Gazprom, soupçonné depuis des lustres de manipulation de prix dans les huit pays de l'UE qu'il approvisionne *. Là encore, l'affaire est politique. Mardi soir à Münich, le commissaire à l'Énergie, Günther Oettinger, a accusé publiquement Vladimir Poutine «de chercher à reconstruire la puissance de l'URSS par le biais de sa politique énergétique». Le Kremlin n'a pas daigné réagir…

    Source:http://www.lefigaro.fr/conjoncture/...-prete-a-la-guerre-commerciale-avec-pekin.php

    Ou en est la filiere Photovoltaïque en France ?

    http://xv-consult.over-blog.com/art...-est-la-filiere-photovoltaique-100424858.html

    ..
     
    #1 lafoy-china, 5 Septembre 2012
    Dernière édition: 5 Septembre 2012
  2. Un humain...

    Un humain... Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    Bonjour,
    Plus ca va, plus ce sera la guerre tout court!
     
  3. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 931
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 137 / -35
    Pourquoi l'Europe s'attaque-t-elle au solaire chinois ?

    Le Monde.fr | 06.09.2012
    [​IMG]

    C'est le litige commercial le plus important impliquant la Chine et l'Europe. La Commission européenne a lancé, jeudi 6 septembre, une enquête antidumping contre les fabricants chinois de panneaux solaires. Une décision qui risque de faire monter la pression dans le conflit qui oppose des sociétés européennes d'énergie photovoltaïque à leurs rivales chinoises.


    • Quelle est l'origine de ce conflit ?

    La décision de la Commission fait suite à une plainte déposée le 25 juillet par un groupement d'entreprises européennes présentes dans l'industrie solaire, EU ProSun, qui reproche à Pékin d'accorder des prêts importants et autres mesures protectrices aux entreprises photovoltaïques chinoises.

    "Les sociétés chinoises vendent des panneaux solaires en Europe bien en dessous de leur coût de production, avec une marge de dumping de 60 % à 80 %", assure dans un communiqué Milan Nitzschke, président d'EU ProSun. "Cela implique que les entreprises chinoises du secteur solaire font d'énormes pertes, mais pour autant, elles ne font pas faillite car leurs pertes sont compensées par l'Etat chinois."

    La Commission devra donc déterminer, pendant quinze mois, si ces produits sont vendus à un prix inférieur à leur coût de production. Elle pourra prendre des mesures provisoires, sous forme d'augmentation des droits de douane, d'ici à neuf mois.

    Au printemps, une plainte similaire avait déjà été déposée aux Etats-Unis, après que le ministère de l'énergie a estimé que les fabricants chinois avaient bénéficié en 2010 de 30 milliards de dollars (22,6 milliards d'euros) de subventions illégales de la part des banques chinoises. Cette procédure avait conduit Washington à imposer, en mai, des droits de douane allant de 31 % à 250 % sur les panneaux solaires chinois.


    • Comment s'organisent les constructeurs chinois ?

    Depuis cinq ans environ, la Chine investit massivement dans l'industrie photovoltaïque, à coups de dizaines de milliards d'euros. "Cela lui a permis de créer d'énormes économies d'échelle et donc de baisser les coûts de fabrication. Le coût du travail, très bas, lui a aussi permis d'abaisser les prix. Enfin, les entreprises chinoises jouissent d'un contexte très favorable, les banques d'Etat leur permettant d'emprunter à des taux intéressants tandis que les autorités locales leur vendent des terrains à des prix très bas", expliquait Paolo Frankl, responsable de la division énergies renouvelables à l'Agence internationale de l'énergie, dans un entretien au Monde.fr.

    En produisant beaucoup et peu cher, les entreprises chinoises ont alors considérablement fait gonfler un marché jusqu'alors limité, entraînant une offre deux fois supérieure à la demande : la capacité de production s'est élevée à 50 gigawatts (GW) en 2011 pour une capacité d'installation estimée à 27 GW. Cette surproduction, à bas coût du côté chinois, a provoqué une baisse des prix, jusqu'à 75 % en trois ans dans certains pays.

    Résultat : la Chine est devenue le premier producteur mondial de panneaux, en fabricant plus de la moitié des modules commercialisés sur la planète. Sur les dix plus gros fabricants de panneaux solaires, cinq sont par ailleurs Chinois, comme Suntech, Yingli ou encore Trina Solar. En 2011, Pékin a vendu pour 21 milliards d'euros de panneaux solaires et autres composants à l'UE, soit environ 60 % du total des exportations chinoises dans ce domaine.

    • Quelle est la conséquence pour les entreprises européennes ?

    Face aux prix très bas imposés par la Chine, la filière solaire européenne se porte mal. Rien qu'en 2012, une vingtaine de fabricants majeurs ont été contraints de cesser leur activité, au premier rang desquels l'entreprise allemande Q-Cells, autrefois numéro un mondial des cellules, qui a déposé son bilan début avril. C'est donc tout le secteur européen de l'énergie solaire qui s'interroge sur son avenir, alors même qu'il est censé jouer un rôle-clé puisque l'Union européenne entend produire 20 % de son énergie à partir de sources renouvelables en 2020.

    En France aussi, la reprise par EDF, en février, du pionnier du photovoltaïque, la société Photowatt de Bourgoin-Jallieu (Isère), placée en redressement judiciaire, a démontré la grande fragilité du secteur.


    • Quelles sont les autres raisons du marasme européen ?

    Au-delà de la concurrence chinoise, le photovoltaïque européen souffre également des mesures de restrictions gouvernementales et des réductions d'avantages décidées un peu partout en Europe. "Alors que les prix des équipements baissaient drastiquement, les prix de vente de l'électricité n'ont pas diminué à la même vitesse en Europe. Il y a eu un décalage : certains producteurs ont fait des profits trop coûteux pour les consommateurs. On a alors créé une bulle, avec un risque d'effondrement du marché", justifie Paolo Frankl, de l'Agence internationale de l'énergie.
    Depuis avril, l'Allemagne rachète par exemple l'électricité des grandes installations à 16,5 centimes d'euros par kilowattheure et 19,5 centimes pour les petites installations contre respectivement 18 et 24 centimes l'an dernier.


    • Comment l'Europe peut-elle relancer son marché ?

    "Le défi pour l'industrie européenne est d'abord de trouver de nouveaux marchés, en Amérique du Sud, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Inde ou encore aux Etats-Unis et au Japon. La ressource solaire est aujourd'hui partout dans le monde : aujourd'hui, cinq marchés sont supérieurs à 1 GW, et quinze marchés sont supérieurs à 100 MW sur la planète ; en 2015, il y aura au minimum quarante marchés supérieurs à 100 MW"
    , livre Paolo Frankl.

    Et l'expert de poursuivre : "Le marché européen peut ensuite se différencier grâce à sa valeur ajoutée, en termes d'application des systèmes photovoltaïques et d'intégration dans les bâtiments."


    • Comment la Chine a-t-elle réagi à l'enquête européenne ?

    Les entreprises chinoises concernées – dont Yingli Green Energy, Suntech Power Holdings, Trina Solar et Canadian Solar – ont menacé de déclencher une guerre commerciale et appelé le gouvernement chinois à riposter à l'enquête en cours. La première réponse de Pékin a cependant été plus mesurée et n'a fait aucune allusion à de possibles mesures de rétorsion.

    "La Chine exprime ses profonds regrets", a réagi le porte-parole du ministère du commerce, Shen Danyang, dans un communiqué publié sur le site du ministère et cité par Reuters. "Des restrictions imposées aux panneaux solaires chinois n'affecteraient pas seulement les intérêts de l'industrie chinoise et européenne, mais ruineraient le bon développement du secteur solaire et de l'énergie renouvelable dans le monde", a-t-il assuré, invitant l'UE à privilégier "la consultation et la coopération".





     

Partager cette page