1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Belleville, extérieur nuit

Discussion dans 'La France vue de Chine' créé par Orang Malang, 2 Février 2016.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    LE MONDE du 1er Février 2016

    4857596_6_0686_une-prostituee-chinoise-a-belleville-a_fe087a19ba23f6a8e2e4b5d4b8c195e7.jpg

    En voyant un attroupement sur le boulevard de La Villette, à Paris, les femmes ont d’abord cru à une opération de police. Il y en a régulièrement ici. Deux se sont engouffrées dans un supermarché chinois, d’autres ont dévalé les rues qui descendent vers le canal. Une seule s’est approchée, discrète. En fait, on tournait un film, ce jour-là, dans le Belleville asiatique. La même femme s’est risquée à demander un rôle. Après tout, le scénario raconte la vie d’une prostituée chinoise. Comme elle. Une femme sans papier. Comme elle, ou plutôt comme elles toutes. Avec le recul, des mois plus tard, la femme frissonne encore de sa « folie » : imaginer son visage sur écran géant, projetée partout, peut-être même jusqu’en Mandchourie, chez elle. Là-bas, les gens auraient compris alors : en fait, elle n’est pas secrétaire à Paris.

    Mercredi 3 février, La Marcheuse, premier film de Naël Marandin, sort au cinéma. Le même jour, l’Assemblée nationale examine en dernière lecture une proposition de loi – controversée – de lutte contre la prostitution.

    Un peu en recul du boulevard, quelques femmes se sont réfugiées dans un café, zinc à la parisienne version chinoise, où des dragons caracolent sur les théières autour du percolateur. Il s’est remis à pleuvoir. De l’autre côté de la vitrine, des lycéennes rient sous l’averse, bien plus pomponnées qu’elles. Elles ? Elles ont entre 40 et 60 ans, allure de tantes de province, fagotées dans des anoraks sombres, jeans bon marché. Le quartier en compte 300, un bon tiers de la prostitution chinoise à Paris, regroupées dans le huis clos minuscule et terrible du carrefour de Belleville. D’habitude, les passes tournent ici de 20 à 60 euros. Ces temps-ci, certaines acceptent à 10. Janvier a toujours été un mois de misère. Dans le café, on se bat à qui paiera les expressos ; surtout garder la face.

    http://pan.baidu.com/s/1kUvosNt
     

Partager cette page