1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Avis de gros temps sur l’Afrique

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 14 Novembre 2015.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 949
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 147 / -35
    LE MONDE du 13 novembre 2015

    Le ralentissement économique chinois a ajouté ses effets à ceux de la fin du boom des matières premières (qu’il a d’ailleurs amplifiés, voir provoqué). En quelques années, la Chine est passée du statut de quantité négligeable à premier partenaire commercial de l’Afrique subsaharienne. Dans de nombreux pays comme l’Angola, la Gambie, la République démocratique du Congo, la Mauritanie, la République du Congo, la Sierra Leone et la Zambie, les exportations avec l’ancien empire du Milieu représentent plus de 40 % du total des exports. Difficile de s’en étonner : la Chine consomme 11 % du pétrole brut mondial, 57 % du cuivre et les deux tiers du minerai de fer.

    Entre 2011 et 2014, près de 60 % des exportations d’Afrique subsaharienne vers Pékin étaient composées de minéraux, de métaux et de pétrole. La moindre demande chinoise les affecte très directement, ce que l’ancienne ministre du plan du Cap Vert, Cristina Duarte, soulignait, début octobre, en ces termes : « On nous assure que l’économie chinoise est en train d’atterrir en douceur. Cela me fait rire. Le hard landing, il est pour nous ! » L’actualité donne raison à lex-candidate à la présidence de la Banque africaine de développement : l’Afrique du Sud, par exemple, est sévèrement affectée par la diminution de la demande chinoise d’or, de platine, de fer et de charbon. Le gouvernement de Pretoria a dû revoir à la baisse ses prévisions économiques. Or une croissance sud-africaine plus faible peut avoir des répercussions sur les principaux partenaires de ce pays, qu’il s’agisse des membres de l’Union douanière d’Afrique australe ou du Mozambique.

    Les niveaux élevés de déficits jumeaux (comptes courants et budgets), conjugués à la forte appréciation du dollar, ont mis les devises à rude épreuve en 2015. A la fin septembre, selon la Banque mondiale, le cedi ghanéen et le rand sud-africain avaient cédé plus de 25 % face au dollar par rapport à juin 2014. La chute du naira nigérian s’est limitée à 23 % tandis que le kwanza angolais, le shilling ougandais et le kwacha zambien reculaient respectivement de 38 %, 45 % et 80 %. Pour limiter la demande de devises étrangères, les autorités angolaises et nigérianes ont pris des mesures administratives, qui ont freiné l’activité dans le secteur privé. Les réserves de change de nombreux pays ont fondu.

    http://pan.baidu.com/s/1ntpM4YX
     
  2. yannoumaxou

    Inscrit:
    14 Février 2007
    Messages:
    735
    Localité:
    Lyon, Shanghai
    Ratings:
    +149 / -0
    A cela s'atoutant la demographie qui continue a exploser sans signe significatif de ralentissement, et qui risque de plomber les effets benefiques du developpement du continent.
     
  3. ChrisHK

    ChrisHK Dieu créateur

    Inscrit:
    27 Décembre 2013
    Messages:
    8 842
    Localité:
    Hong Kong et Shanghai
    Ratings:
    +7 165 / -39
    Peut-on dire que l'Afrique est dans l'attente de la Chine?

    Contrepeterie Inside.jpg

    Peut-on dire que l'Afrique est dans l'attente de la Chine
     
    • J'aime J'aime x 1
  4. Blaze

    Blaze Membre Gold

    Inscrit:
    24 Septembre 2013
    Messages:
    224
    Localité:
    Pudong
    Ratings:
    +183 / -2
    Le problème de nombreux PVD incluant la plupart des BRICS est qu'ils ont eu une période de vaches grasses, très grasses (et l'Europe était au pain sec) grâce notamment au gros client chinois qui a avalé d'énormes quantités de M1. En contrepartie, un certain nombre d'entre eux se sont lancés dans de gros investissements parfois de pur prestige sans intérêt économique - du moins pour le peuple - (et dont souvent/parfois) le fournisseur était la Chine. Au lieu de profiter de cette période prospère pour investir "en bon père de famille" afin de diversifier leurs économies, investir dans la formation, le long terme, assainir la gabegie, accroire la compétitivité etc.. ils ont dans doute cru que la prospérité était sans fin. Hélas, il faut dire les choses comme elles sont : De nombreux dirigeants de PVD sont aussi incompétents que profiteurs et ils ont - avec la complaisance intéressée de certaines nations étrangères - dépensé sans compter et ... lorsque l'hiver fut venu... La cigale remarqua qu'elle avait de grosses dettes et plus bcp de boulot car plus bcp de clients !
    Enfin, l'aspect positif c'est que ca a donné un coup de pied dans la fourmilière et ca a créer un état d'esprit "start-up" en Afrique qui peut encore avoir des effets très positifs. D'autres nations comme le Japon, l'Amérique et l'Europe ont été titillées par la présence chinoise en Afrique et ont redécouvert un continent qu'ils ne considérait pas comme stratégique. Enfin, par défaut, l'Afrique peut aussi prospérer car l'Asie freine fortement, l'Amérique latine encore plus rapidement, l'Europe remontre très très lentement alors l'Afrique oui probablement .
     

Partager cette page