1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Analyses de temps de crises ...

Discussion dans 'Informations Chine' créé par lafoy-china, 2 Décembre 2011.

  1. lafoy-china

    lafoy-china Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe

    Inscrit:
    8 Mars 2009
    Messages:
    9 183
    Localité:
    Hong-Kong - Dongguan - Beijing
    Ratings:
    +5 021 / -64
    Inflation, bulle immobilière, ralentissement de la croissance, troubles sociaux : la Chine traverse elle aussi des difficultés économiques. Rien de commun toutefois avec les déboires des économies occidentales, estime l'économiste Antoine Brunet, président de AB Marchés et coauteur avec Jean-Paul Guichard de la Visée hégémonique de la Chine (éd. L'Harmattan). Pour lui, le marasme économique mondial sert la politique de puissance de Pékin.


    [​IMG]

    La banque centrale chinoise a assoupli cette semaine sa politique monétaire en diminuant le taux de réserve obligatoire des banques. Comment l'interpréter
    ?

    Essentiellement par le fait que le gouvernement chinois a atteint par sa politique de restriction monétaire l'objectif qu'il s'était fixé : casser la spéculation immobilière, née de taux d'intérêts maintenus avant à un très bas niveau. Les prix immobiliers s'étant brutalement renversés depuis plusieurs semaines, la Chine peut mettre un terme à une restriction monétaire qui a eu pour effet collatéral de compliquer le financement de ses PME.


    Quelle était l'origine de cette bulle immobilière ?

    Elle vient essentiellement de l'appétit à l'achat de logements qu'a la classe moyenne supérieure chinoise. Mais les dirigeants chinois l'ont identifiée et combattue bien plus tôt que les Américains ne l'ont fait chez eux. Car si à Washington, on voit des côtés positifs à ce genre de spéculation – comme le soutien momentané à la croissance – pour Pékin il n'y a rien de pire : une bulle sera toujours suivie d'un crash dont l'impact négatif l'emporte de beaucoup sur l'impact positif initial. Les autorités sont donc intervenues le plus préventivement possible, d'autant qu'elles ont pris la mesure du mécontentement de la majorité de la population devant la hausse des loyers qui l'accompagnait.


    Faut-il relier cette bulle à la forte inflation et aux hausses de salaires qu'a connues le pays depuis l'an dernier ?

    Je ne le pense pas. L'inflation est d'abord liée à la hausse du prix des biens et des produits alimentaires. Elle s'est d'ailleurs déjà calmée, pour revenir autour de 5,5% par an. Quant aux hausses de salaires, c'est un phénomène ponctuel qui s'est concentré à l'été 2010. Le Parti communiste a voulu alors désamorcer une contestation sociale qui devenait dangereuse pour lui. Il a acheté la paix sociale dans les régions côtières industrialisées. Certains affirment qu'on est entré dans un processus renouvelé de hausse de salaires, Je pense quant à moi que ce n'est pas du tout le cas.


    Le rythme de la croissance chinoise a connu un relatif ralentissement tout au long de l'année. Pourquoi ?

    Les PME chinoises ont été touchées à triple titre : par le ralentissement des exportations vers les Etats-Unis et l'Europe en raison de leurs crises respectives, par des difficultés à se financer à cause de la politique monétaire restrictive, et par la réduction de leur marge de profit après la hausse de salaire de l'été 2010.


    Dans ce contexte de ralentissement, une réévaluation à la hausse du yuan, comme le réclament par les Occidentaux, reviendrait à renchérir les coûts chinois...

    Le Parti communiste va rester rigide. Le cours du yuan est une variable stratégique pour les autorités chinoises, qu'elles manipulent de façon très tactique en fonction de leurs relations avec les Etats-Unis et l'Europe. Récemment, un officiel chinois a même laissé entendre qu'une dépréciation du yuan était envisagée, ce qui serait une véritable provocation, le signe d'une guerre monétaire : cela renforcerait encore la compétitivité chinoise au détriment d'un Occident déjà en crise. Déjà que la timide progression du yuan ces dernières années était absolument insuffisante...


    Finalement, la croissance chinoise est-elle saine ou repose-t-elle sur des déséquilibres à risque ?

    C'est en tout cas une économie qui va beaucoup mieux que la nôtre ! Ils ont quelques problèmes, mais ils sont minuscules par rapport à ceux que nous devons affronter. Aux Etats-Unis et au Royaume Uni, déjà 17% de la monnaie créée par la banque centrale a été émise pour financer le déficit budgétaire. Et on en est arrivé là en raison des coups de boutoir que nous inflige la Chine avec son yuan trop bon marché. Un yuan vaut 0,15 dollar et 0,11 euro quand il devrait en valoir respectivement 0,25 et 0,21. On mesure l'ampleur de la sous-évaluation qui nous meurtrit depuis 2001, en rendant les coûts chinois artificiellement beaucoup plus compétitifs que les nôtres. Pour moi, la crise de 2007 est une crise des seuls pays occidentaux et elle nous vient tout droit de la Chine.


    Par quel canal ?

    En manipulant sa monnaie, la Chine a obtenu une croissance forte, saine et robuste sur son territoire, mais elle a infligé aux pays occidentaux une croissance faiblarde, artificielle et vulnérable. Les dirigeants occidentaux, plutôt que de s'unir et de menacer le régime chinois de rétorsions douanières, ont prétendu pouvoir s'accommoder d'un yuan sous-évalué en recourant à des taux d'intérêts très bas qui ont amorcé et nourri une bulle immobilière aux Etats-Unis, au Royaume Uni, en Espagne, en Irlande...


    La Chine ne souffre-t-elle pas du ralentissement des économies occidentales, qui sont aussi ses clientes ?

    Je ne le pense absolument pas. En réalité, elle fait tout pour nous déstabiliser gravement. L'appréciation du Yuan a été moins forte entre 2008 et 2011 qu'entre 2005 et 2008. Si Pékin avait voulu nous aider, ç'aurait dû être l'inverse... La Chine peut supporter l'impact de la récession qu'elle provoque en Europe et aux Etats-Unis sur ses exportations, en recourant à la relance budgétaire : elle peut, elle, se le permettre, car sa dette publique est faible et ses réserves de change (or et devises) considérables – près de 90% de son PIB.


    Quelles conséquences à terme ?

    L'Occident – Etats-Unis, Grande-Bretagne, Japon, peut-être bientôt la zone euro –, a recours à la planche à billets pour financer ses déficits budgétaires. Cela vulnérabilise le statut des monnaies en question. A terme, je crains que les producteurs de matières premières, considérant qu'on les paie en dollars-monnaie de singe, n'accepteront plus d'être réglés ni en dollars ni en euros, mais préfèreront facturer en yuans ou en or. Or, les banques centrales occidentales ne peuvent émettre ni des yuans, ni de l'or... Le recours massif et prolongé à la planche à billets peut déboucher, dans un, deux ou trois ans, sur un renchérissement colossal des matières premières pour les économies occidentales. La vraie solution, ce serait des représailles douanières fortes des pays occidentaux contre la Chine. Ce que l'Allemagne, au nom de la zone euro, continue à refuser aux Etats-Unis.
     
  2. totoautibet

    totoautibet Dieu suprême

    Inscrit:
    3 Mars 2010
    Messages:
    3 043
    Localité:
    Nanning/Guangxi
    Ratings:
    +1 971 / -8
    [h=1]lu aujourd'hui sur free.fr,



    La Chine au bord de l'effondrement ?[/h]
    [​IMG]
    Par Atlantico - Aujourd'hui à 07h55

    • [​IMG]
    • [​IMG]
    • [​IMG]

    Tweet

    Pour l’économiste Paul Krugman, une bulle immobilière et une corruption grandissante laissent présager du pire.
    Et le nouveau pays nominé cette année par les économistes pour le meilleur scénario catastrophe est... la Chine! L'éclatement de la zone euro et une profonde récession en Europe ne font (presque) plus peur aux spécialistes. Non, la pire crainte des conjoncturistes, notamment américains, est de voir s'effondrer l'économie chinoise, seul vrai moteur de la croissance mondiale depuis des années.
    Le prix Nobel d'économie Paul Krugman pose la question dans sa chronique du New York Times : la Chine va-t-elle craquer ? (sa chronique traduite en français est disponible sur le site de la RTBF). Sa démonstration semble imparable.
    Paul Krugman ne s’appuie ni sur les chiffres ("Les chiffres de la Chine sont bien plus fictifs que la plupart des autres"), ni sur les experts ("On ne trouve pas deux experts disant la même chose."), mais sur l’analyse de la situation du pays, qui lui rappelle celle du Japon à la fin des années 80 ou celle des Etats-Unis en 2007.
    Pour l’économiste, une bulle immobilière et une corruption grandissante sont les deux gros points noirs de l’économie chinoise aujourd’hui :
    Tous les ingrédients d'une bulle spéculative sur le point d'éclater sont réunis avec les conséquences que l'on imagine, des faillites en chaîne et une crise économique et sociale majeure. "Savons-nous vraiment si l'immobilier a créé une bulle ? Il en montre tous les signes : pas seulement des prix à la hausse, mais également cette sorte de fièvre spéculative qui nous semble bien familière - pensons simplement à la côte de la Floride il y a quelques années."
    L'agence Bloomberg tire aussi la sonnette d'alarme sur la montagne de dettes accumulée en Chine pour des projets immobiliers pharaoniques qui n'ont aucune chance d'être rentables. Elle souligne que la réalité des chiffres est cachée par les promoteurs, les établissements de crédit et les gouvernements locaux.
    Elle chiffre les dettes de 231 organismes chinois de financement locaux à près de 4 000 milliards de yuans, soit plus de 430 milliards d'euros. Or, il existe dans toute la Chine 6 576 établissements de crédit locaux… Les provinces et les villes n'ont plus les moyens de finir leurs gigantesques projets sans obtenir de nouveaux crédits et seront pour certaines en cessation de paiement si leur principale source de revenus, la vente de terrains, ne rapporte plus suffisamment.
    De même, l’existence d’un système bancaire parallèle clandestin et non supervisé fragiliserait l’économie : "Si le gouvernement chinois n'est pas contraint par l'Etat de droit, il est contraint par une corruption omniprésente, ce qui veut dire que ce qui se passe réellement au niveau local pourrait ne pas ressembler à ce qui est ordonné à Pékin."
    Paul Krugman espère être "inutilement alarmiste" mais, selon lui, "il est impossible de ne pas être inquiet : l'histoire de la Chine ressemble trop aux effondrements que l'on a vus ailleurs."
    La Chine au bordde l'effondrement ? /> A lire aussi sur atlantico.fr

     
  3. Xiao Hai

    Xiao Hai Dieu créateur

    Inscrit:
    6 Octobre 2009
    Messages:
    1 047
    Ratings:
    +1 112 / -17
    2 experts qui se contredisent... C'est la mode depuis un moment le monstre chinois (en parallele, "la 2e puissance mondiale en train de retaper son premier porte-avion d'occaz, une inquietante menace!")

    J'aime bien dans le premier article cette capacite a mettre des oeilleres et a trouver le bouc-emissaire parfait en la mechante Chine. Tout est la faute du yuan, pas besoin de se remettre en cause: c'est pas structurel, c'est les mechants chinois qui nous sabotent en fait.
    Les industries delocalisent? Non c'est pas parce qu'ils peuvent tirer des taux de profit plus important: c'est la faute du yuan.
    La dette? Le chomage? Non c'est pas structurel: c'est la faute du yuan.
    Ah oui, la crise de 2007 aussi, la faute du yuan (trop bon ce coup la).
    Bientot on va nous dire que les chinois sont derriere le 11 septembre.
    On a deja fait le coup de la devaluation du yen pour reequilibrer la competitivite. Ca a change quelque chose? (a part 10 ans de non-croissance pour le Japon)

    Pour le deuxieme article, c'est sur qu'il y a a s'inquieter. Mais 430 milliards d'euros de dette, c'est quoi? 10-15% des reserves monetaires? Bon, ca fait un petit trou, rien a voir avec ce qu'il se passe en Europe et aux US.
     
  4. Myself

    Myself Membre Gold

    Inscrit:
    1 Décembre 2009
    Messages:
    870
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +79 / -6
    C'est vrai, tout cibler sur la Chine est facile. Si la Chine ne produit plus, est-ce que les productions viendront se relocaliser en France? Non, il y a le Pakistan, l'Inde, le Bangladesh, Vietnam, Maghreb, Roumanie, (Grece demain?). Je pense qu'il faut plutot chercher l'erreur chez ceux qui font le contraire de ce qu'ils disent de faire, nos amis politiques, qui endettent la France et les Francais mais qui accumulent pour eux. C'est la technique de la diversion que les apprentis ninjas apprecieront.
    Ce qui ennuit le plus nos amis monarques c'est que la Chine reussit, ce qui decredibilise la democratie et la secte des droits de l'homme.

    Quant a l'effondrement de la Chine, ca me rappelle la mort du Pape, on peut la predire chaque annee, ca viendra bien un jour. Il y a 10 ans je voyais deja livres et articles sur la fin de la Chine...
     
  5. lafoy-china

    lafoy-china Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe

    Inscrit:
    8 Mars 2009
    Messages:
    9 183
    Localité:
    Hong-Kong - Dongguan - Beijing
    Ratings:
    +5 021 / -64
    Tout a fait exact .

    Dailleurs ,a quand la creation d' une organisation des "Devoirs de l'Homme " ?.

    « Ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande-toi ce que tu peux faire pour ton pays » -J.F Kennedy

    Forza China..
     
    #5 lafoy-china, 22 Décembre 2011
    Dernière édition: 22 Décembre 2011
  6. totoautibet

    totoautibet Dieu suprême

    Inscrit:
    3 Mars 2010
    Messages:
    3 043
    Localité:
    Nanning/Guangxi
    Ratings:
    +1 971 / -8
    penser que 3 points de croissance en moins pour la Chine donnerait 3 points de plus pour l'occident est aussi stupide que dire que 200 000 téléchargements "illégaux" de films ou de disques en moins augmenterait les entrées ou les ventes d'autant!
    mais c'est juste mon avis... pas celui d'un expert...

    aujourd'hui avec un euro à 8,30 yuans ce qui équivaut à une réévaluation de fait du yuan, entend-on les sirènes des usines des US ou de l'UE battre le rappel de ses ouvriers? non! et pour cause il n'y a plus d'usine... il ne reste que des banques et des agences d’intérim...
     
  7. LuoJie

    LuoJie Membre Bronze

    Inscrit:
    12 Juin 2011
    Messages:
    37
    Localité:
    Shanghai - Louhans
    Ratings:
    +0 / -0
    - et des viticulteurs et des marchands de parfum !
    :D
     
  8. totoautibet

    totoautibet Dieu suprême

    Inscrit:
    3 Mars 2010
    Messages:
    3 043
    Localité:
    Nanning/Guangxi
    Ratings:
    +1 971 / -8
  9. bison ravi

    bison ravi Membre Gold

    Inscrit:
    15 Octobre 2010
    Messages:
    1 170
    Localité:
    chine ou france
    Ratings:
    +1 / -0
    Ben déjà la phrase de "500 années de domination occidentale" prête déjà à sourire, ça commence mal...
     
  10. 奥利文

    奥利文 Membre Bronze

    Inscrit:
    15 Mai 2011
    Messages:
    649
    Ratings:
    +0 / -0
    en realité et sans avoir lu tout l article , je suis un peu d accord avec cette phrase...la domination "occidentale " du monde a commencé vers les années 1500, à la renaissance...juste au meme moment, la chine a commencé à se refermer sur elle meme. a cette époque la chine et l occident auraient pu effecctivement deja entrer en conflit pour la domination du monde via les grandes découvertes (en occident avec les navigateurs portuguais et colomb, et du coté chinois avec les enormes jonques de l amiral zhang he) mais ...
    maintenant, il serait lieu d analyser les causes profondes, tant du coté chinois, que du coté occidental qui ont conduit à cet etat de fait et par la suite au monde actuel...
    cet article est tres interessant et cela rejoint en partie la theorie que je paufine en vue d un jour(lointain...haha) finir ma these sur le sujet.

    maintenent, pour courcircuiter le tout et donner un avis sur une hypotetique reponse: avant que la chine ne soit en position de dominer le monde, il faut d abord qu elle assouplisse son cadre civilisationnel.
    Tant que cette civilisation ne pourra pas s adapter a un environnement mouvent (comme le sont les culture de types indo europeen) en abandonnant son monolithisme, c est a dire si elle n effectue pas sa transformation, elle sera a terme amené a disparaitre comme l a fait l egypte des pharaons pour la meme raison face a la grece et rome. c est une question de temps: pour dominer, il faut d abord analyser et comprendre ce qu on veut dominer, il ne suffit pas seulement de vouloir.

    et en definitive est ce que la chine veut vraiment dominer le monde? l occident prete cette intention a la chine, qui ne dement pas, mais qui n affirme rien non plus. on peut toujours voir a travers la chine ce qu on a envie d y voir, mais rarement la chine reelle.
     
  11. soalone

    soalone Membre Bronze

    Inscrit:
    24 Novembre 2010
    Messages:
    72
    Ratings:
    +0 / -0
    Si le Yuan était réévalué, ces profits à faire produire en Chine seraient d'autant plus faibles voire absents. Ce ne sont que des hypothèses mais cela ne me semble aucunement invraisemblables.

    Concernant la dête de 430 milliards, si j'ai bien compris l'article, c'était en considérant que 230 organismes sur es 6500 existantes ce qui potentiellement pourrait donner 12.000 milliards. Plutôt significatif si on me posait la question.
     
  12. 奥利文

    奥利文 Membre Bronze

    Inscrit:
    15 Mai 2011
    Messages:
    649
    Ratings:
    +0 / -0
    en realité et sans avoir lu tout l article , je suis un peu d accord avec cette phrase...la domination "occidentale " du monde a commencé vers les années 1500, à la renaissance...juste au meme moment, la chine a commencé à se refermer sur elle meme. a cette époque la chine et l occident auraient pu effecctivement deja entrer en conflit pour la domination du monde via les grandes découvertes (en occident avec les navigateurs portuguais et colomb, et du coté chinois avec les enormes jonques de l amiral zhang he) mais ...
    maintenant, il serait lieu d analyser les causes profondes, tant du coté chinois, que du coté occidental qui ont conduit à cet etat de fait et par la suite au monde actuel...
    cet article est tres interessant et cela rejoint en partie la theorie que je paufine en vue d un jour(lointain...haha) finir ma these sur le sujet.

    maintenent, pour courcircuiter le tout et donner un avis sur une hypotetique reponse: avant que la chine ne soit en position de dominer le monde, il faut d abord qu elle assouplisse son cadre civilisationnel.
    Tant que cette civilisation ne pourra pas s adapter a un environnement mouvent (comme le sont les culture de types indo europeen) en abandonnant son monolithisme, c est a dire si elle n effectue pas sa transformation, elle sera a terme amené a disparaitre comme l a fait l egypte des pharaons pour la meme raison face a la grece et rome. c est une question de temps: pour dominer, il faut d abord analyser et comprendre ce qu on veut dominer, il ne suffit pas seulement de vouloir.

    et en definitive est ce que la chine veut vraiment dominer le monde? l occident prete cette intention a la chine, qui ne dement pas, mais qui n affirme rien non plus. on peut toujours voir a travers la chine ce qu on a envie d y voir, mais rarement la chine reelle.
     

Partager cette page