1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Ai Weiwei: Pékin, un «cauchemar permanent»

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Fennec, 31 Août 2011.

  1. Fennec

    Fennec Membre Silver

    Inscrit:
    1 Juin 2010
    Messages:
    177
    Ratings:
    +2 / -0
    Source: http://next.liberation.fr/arts/01012356763-ai-weiwei-pekin-un-cauchemar-permanent

    L’artiste et dissident chinois, s’en prend au pouvoir, dans un texte publié sur le site internet de l’hebdomadaire «Newsweek».

    L'opposant chinois est sortie de son silence, depuis sa libération, le 22 juin. Selon lui, Pékin est une capitale kafkaïenne, un«cauchemar permanent» qui broie les pauvres et aliène ses habitants, les privant de leurs droits fondamentaux, dénonce l’artiste chinois Ai Weiwei dans un texte susceptible de lui attirer à nouveau les foudres du régime communiste. «C’est une ville de violence» dans laquelle «vous devenez comme fou», écrit Ai, récemment détenu au secret pendant trois mois, dans cette tribune publiée par le magazine américain Newsweek.
    «Pékin est constituée de deux villes. L’une est formée de pouvoir et d’argent. Des gens qui se fichent de leurs voisins; qui ne vous font pas confiance. L’autre ville est celle du désespoir. Je vois des gens dans les autobus et je ne vois aucun espoir dans leurs yeux», confie Ai Weiwei. «Chaque année des millions (de migrants) affluent à Pékin pour y construire ses ponts, ses routes, ses habitations. Chaque année ils édifient à Pékin une surface équivalente à la ville en 1949. Ce sont les esclaves de Pékin. Ils squattent dans des structures illégales, que Pékin détruit au fur et à mesure de son avancée».
    Dans cette capitale «en perpétuel changement», où toute mémoire est effacée et où il devient impossible de se raccrocher à quelque chose, les responsables «nous privent des droits fondamentaux», constate le plasticien, devenu la bête noire des autorités pour avoir trop souvent tenu ce genre de propos. A Pékin «vous verrez les écoles de migrants que l’on ferme. Vous verrez les hôpitaux où l’on pose des points de suture à des patients, à qui on les retire aussitôt en se rendant compte qu’ils n’ont pas d’argent», écrit Ai Weiwei.
    Lui-même a été détenu au secret de début avril à fin juin, ce qui a soulevé une vague d’indignation à travers le monde. Il vit depuis sous surveillance, sans pouvoir quitter Pékin. Dans Newsweek, il évoque l’«épreuve» subie. «Il y a beaucoup d’endroits cachés où ils mettent les personnes sans identité. Sans nom, seulement un numéro». «Seule votre famille hurle que vous êtes manquant. Mais vous n’obtiendrez aucune réponse des communautés de quartier ou des responsables ou même, aux niveaux plus élevés, du tribunal, de la police ou encore du président».
    Les autorités chinoises ont affirmé qu’Ai Weiwei avait été libéré sous caution après avoir «confessé» des infractions d’évasion fiscale. Son arrestation est intervenue dans le contexte d’une répression majeure lancée en février par Pékin contre les dissidents et les militants des droits de l’Homme.

     
  2. C-E

    C-E Dieu
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    19 Novembre 2009
    Messages:
    3 860
    Localité:
    Peking
    Ratings:
    +104 / -2
    Ouais, c'est bizarre cette histoire.
    Malgré son obligation de la boucler, il donne quand même des interviews..
    Qui vivra verra.. Verra bien qui vivra le dernier (et vice versa)
     
  3. jeanyves1123

    jeanyves1123 Membre Bronze

    Inscrit:
    2 Décembre 2009
    Messages:
    21
    Localité:
    Wuhan, province de Hubei, Chine
    Ratings:
    +0 / -0
    C'est évident qu'il ne pouvais se taire plus longtemps vu son engagement a tenter d’éveiller les consciences cela devait arriver. En espérant que les autorités ne se ridiculisent une fois de plus en l'envoyant passer un autre séjour en prison.

    Il est primordiale pour l'avenir de ce pays que plus de chinois rejoignent le combat de cette minorité de personnes courageuse qui ne veulent juste que briser les chaines que tous se sont données.

    Le régime de Pékin ne pourra de toute façon jamais éteindre ce Désire de Liberté et d’Égalité qui brule encore dans quelques cerveaux hardies.
     
  4. C-E

    C-E Dieu
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    19 Novembre 2009
    Messages:
    3 860
    Localité:
    Peking
    Ratings:
    +104 / -2
    Le dernier numéro de l'hebdomadaire américain Newsweek est paru dans les kiosques à Pékin, mais la dernière page du magazine a été déchirée par les inspecteurs du bureau de censure, selon le quotidien de Hongkong Apple Daily.

    La page enlevée concerne la tribune publiée par l'artiste chinois Ai Weiwei. Dans ce texte également publié sur The Daily Beast, le site de Newsweek, le dissident, qui avait détenu de avril à juin, qualifie Pékin de "cauchemar".

    http://www.courrierinternational.co...i-censure-dans-l-edition-chinoise-de-newsweek
     

Partager cette page