1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

A DanDong, les évadés font du business ...

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 30 Juillet 2010.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 948
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    http://chinecoree.blog.lemonde.fr/2010/07/28/les-evades-font-du-business/

    [​IMG]

    Dans la famille Li, il y a d’abord la mère, Kim Seung-Youn, née en Corée du Nord. Robuste petite dame d’environ cinquante ans, elle a le visage large et les pommettes hautes. Par cette grise matinée d’été, nous la trouvons en pyjama, assise en tailleur sur une estrade, dans l’angle d’un 15m² éclairé par un néon. Sur le sol, c’est un peu le fouillis, entre talons aiguilles, mules en plastique et un chien qui jappe en faisant des ronds dans la pièce… Madame Kim est visiblement très occupée à trier des sous-vêtements. Culottes jaunes, slips noirs, soutien-gorge de petite taille, tee-shirts… Sa marchandise est importée de Corée du Sud pour environ 5 yuans pièce (moins d’un euro), et s’apprête à être réexpédiée vers la Corée du Nord, après un rapide changement de packaging. « Je suis obligée de retirer l’emballage Made in Korea, sinon mes paquets ne passeraient pas la frontière car c’est trop sensible », explique-t-elle, voyant notre étonnement. Les culottes partent à intervalles irréguliers de Dandong, ou par camion, ou intégrées à des containers de 20 tonnes, avec des boissons ou des denrées non périssables.A dix centimètres de Madame Kim, un téléphone fixe sonne toutes les minutes. Elle répond alternativement en coréen et en chinois. Sur les murs blancs, des numéros de téléphones portables sont gribouillés au stylo. Coffre-fort, fax, ordinateur, toutes les conditions sont réunies pour faire des affaires.

    L’aventure chinoise de Kim Seung-Youn a commencé il y a 15 ans, lorsque son mari Li Qiang, né de père chinois, est venu l’arracher à la Corée, après huit ans de séparation. Une partie de sa famille est d’ailleurs encore de l’autre côté de la frontière. Une fois à Dandong, le passeport chinois ne s’est guère fait attendre, grâce à son mari. Son unique fierté ? Avoir deux fils, qui étudient tous les deux l’économie et le marketing. L’un à Séoul, l’autre à Pékin.

    [​IMG]

    Pour rencontrer le père de famille, il nous faudra attendre la soirée. Rendez-vous a été fixé dans un restaurant local. Monsieur Li arrive en maillot de corps blanc, cheveux lustrés, un tatouage de colombe de la paix et d’une date sur l’avant-bras. « Je me suis fait tatouer quand j’étais jeune, explique-t-il sans trop s’étendre sur le sujet. Cette date, c’est celle de mon arrivée en Chine. A l’époque, j’avais 21 ans. » Né d’une mère coréenne et d’un père chinois envoyé comme soldat en Corée du Nord en 1950, il a profité de la politique de réformes et d’ouverture lancée par Deng Xiaoping pour demander un passeport chinois. Au début des années 1980, les Chinois de l’étranger étaient accueillis à bras ouverts par le régime de Pékin. Trente ans plus tard, Li Qiang fait du commerce « de tout » avec son pays natal. Matériaux de construction, meubles, appareils électroniques, machines à laver, automobiles, excavatrices, peinture… les Nord Coréens ont vraiment « besoin de tout ». Il s’est aussi lancé brièvement dans le business du dessin animé, mais sans succès, faute d’avoir pu investir suffisamment d’argent. En sens inverse, Monsieur Li importe minerais et fruits de mer de la Corée du Nord.

    [​IMG]

    C’est en grande partie grâce aux contacts conservés avec ses copains de classe nord-coréens, que Li Qiang a pu se lancer dans l’import-export. « Sans relations bien placées, impossible de travailler avec la Corée du Nord », souligne-t-il. Aujourd’hui, il possède deux magasins de biens de consommation courante à Pyongyang et fait la navette entre les deux pays chaque fois que nécessaire. Autant dire qu’il est comme un poisson dans l’eau, d’autant que son passeport spécial le dispense de visa. Quand il a débarqué en Chine, les débuts furent pourtant loin d’être simples, avec un quotidien fait de petits trafics. « J’allais à Pékin pour acheter des fausses antiquités nord-coréennes aux puces de Panjiayuan. De retour à Dandong, j’arrivais parfois à les revendre huit fois leur prix auprès de marchands sud-coréens », se souvient-il.

    Quand on lui parle de l’avenir de la Corée du Nord, Monsieur Li répond qu’il aimerait autant que rien ne change. « Je connais très bien le pays et la situation est plutôt à mon avantage. Mais si le pays s’ouvrait plus largement, la compétition sera plus rude. » Ce qui ne l’empêche pas de se montrer optimiste vis-à-vis du futur de Dandong. Après quelques bières, il s’enflamme presque, dessinant Russie, Chine, Japon et Corée sur la table du restaurant avec des capsules de bière. « Si le régime tombe en Corée du Nord, Dandong sera au cœur de tous ces pays, vous vous rendez compte de la chance que j’aurais en habitant ici ? »Après une soirée bien arrosée à la bière locale, et deux vies déjà bien secouées par l’Histoire, ce couple d’émigrés reflète bien le mélange d’espérances et de contradictions auxquelles cette frontière au futur incertain n’a pas fini de nous confronter.
     
  2. billcarson

    billcarson Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    pour compléter, ces articles sur la corée du nord ou même sur la chine, je vous conseille de lire les remarquables carnets du regretté Yangguizi sur le site voyage-Forum
    http://voyageforum.com/voyage/coree_du_nord_coree_nord_D144695/

    Patrick était avocat à Shanghai, passionné de l'Asie ( ses carnets de voyage en CHine sont remarquablement écrits et sont une mine de lieux inconnus), pilier de voyage-Forum..il est hélas décédé du mal des montagnes lors de son premier voyage en Afrique en Ouganda.
     
    #2 billcarson, 30 Juillet 2010
    Dernière édition par un modérateur: 30 Juillet 2010

Partager cette page