1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

2014 s'annonce sympa au niveau des relations Chine/Japon

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Dui ni shuo de dui, 31 Décembre 2013.

  1. Dui ni shuo de dui

    Dui ni shuo de dui Alpha & Oméga

    Inscrit:
    18 Septembre 2007
    Messages:
    5 668
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +6 339 / -18
    Pékin a annoncé lundi ne plus vouloir recevoir le premier ministre japonais, qui a soulevé une vague de critiques en Chine et en Corée du Sud après sa visite au temple controversé de Yasukuni. « M. Abe a fermé lui-même la grande porte du dialogue avec les dirigeants chinois, le peuple chinois ne l'accueillera pas. Ce que doit faire M. Abe maintenant est de reconnaître ses erreurs devant le gouvernement et le peuple chinois et de prendre une nouvelle voie », a déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, Qin Gang, lors d'une conférence de presse, selon le site du ministère.

    Ce dernier a accusé M. Abe de vouloir « renverser le verdict du procès de Tokyo » en se rendant dans un temple où sont honorés les soldats morts pour le Japon, dont les quatorze criminels de la seconde guerre mondiale condamnés par les Alliés. « Ils avaient sur leurs mains le sang de leurs victimes, c'étaient des fascistes, ils étaient les nazis de l'Asie », a également déclaré M. Qin.
    « Le peuple chinois n'accueille pas ce genre de dirigeants japonais, les dirigeants chinois ne les rencontreront pas », a-t-il souligné.

    Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, s'est rendu au temple Yasukuni, à Tokyo, jeudi 26 décembre, un geste qu'aucun dirigeant japonais de premier plan n'avait osé depuis sept ans. Les relations entre Tokyo et Pékin se sont dégradées depuis plus d'un an en raison d'une querelle de souveraineté sur des îles inhabitées en mer de Chine orientale, administrées par le Japon sous le nom de Senkaku et revendiquées par la Chine sous celui de Diaoyu

    Bien bien bien.
    Je sens que 2014 va etre une annee sympa.
     
  2. Ludovico

    Ludovico Dieu créateur

    Inscrit:
    9 Juin 2010
    Messages:
    3 993
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +1 415 / -11
    Extrait de "les relations sino-japonaises depuis la normalisation" de Yinan He.

    Source

    Le parcours mouvementé des relations depuis la normalisation

    Au sortir de la seconde guerre mondiale, la Chine et le Japon furent tirés vers des camps stratégiques adversaires dans la guerre froide émergente en Asie. Cet antagonisme atteignit un point de non-retour lorsque Mao déclara en juin 1949 que la Chine pencherait d’un seul côté, celui du socialisme. Le Japon signa un Traité de coopération mutuelle et de sécurité (ANPO) avec les États-Unis en septembre 1951 – c’est-à-dire en plein conflit coréen, lors duquel les troupes chinoises étaient intervenues aux côtés des communistes coréens. Peu après, le Japon reconnut le gouvernement nationaliste installé à Taiwan comme seul représentant légitime de la Chine. Le gel des relations sino-japonaises dura jusqu’en 1972, lorsque les deux pays normalisèrent leurs relations diplomatiques et mirent ainsi fin à 40 ans de relations bilatérales chaotiques. Tout d’abord, les relations sino-japonaises connurent une forme de lune de miel, facilitée en grande partie par la perception commune de la menace soviétique. Mais dès les années 1980, l’atmosphère cordiale des années 1970 laissa peu à peu place à des frictions intergouvernementales fréquentes et à
    une antipathie populaire sous-jacente. Les relations bilatérales connurent ensuite une sérénité passagère au début des années 1990 avant de se détériorer de nouveau quelques années plus tard suite à de nouveaux conflits territoriaux et à une dégradation de l’image de chacun des deux pays aux yeux de l’autre. De 2001 à 2006, les échanges diplomatiques de haut niveau se trouvèrent paralysés par des manifestations à Pékin contre le pèlerinage annuel du premier ministre japonais Koizumi au sanctuaire de Yasukuni, un temple shinto de Tokyo célébrant la mémoire des soldats japonais morts à la guerre, y compris les criminels de guerre de classe A de la seconde guerre mondiale. Pékin et Tokyo se rapprochèrent de nouveau après 2006, malgré la persistance d’un fort sentiment de méfiance mutuelle. Mais dès 2010, les
    tensions concernant la souveraineté territoriale reprirent de plus belle, et aboutirent à d’importantes manifestations antijaponaises en septembre 2012 et à la suspension des rencontres officielles entre les deux États. Paradoxalement, cette date qui marquait le 40 eme anniversaire de la normalisation des relations sino-japonaises fut aussi le point le plus bas de ces relations sur toute cette période. Le résumé ci-dessous des événements-clés dans l’évolution des relations sino-japonaises depuis les années 1970 permet de mieux comprendre l’analyse développée dans les sections suivantes :

    - Signature du communiqué conjoint sino-japonais en septembre 1972,mettant fin à l’état de guerre qui existait de facto entre le Japon et la RPC

    - Signature du Traité de paix et d’amitié (TPA) entre la RPC et le Japon en août 1978

    - À partir de 1979, le Japon commença à offrir une aide publique au développement (APD) à la Chine.

    - Lors des négociations concernant la normalisation et le TPA, Zhou Enlai et Deng Xiaoping mirent tous deux de côté la question des conflits territoriaux à propos des îles de la mer de Chine orientale. En 1979, Deng proposa également d’explorer conjointement les ressources pétrolières dont on soupçonnait l’existence autour des îles concernées (1)

    - La première controverse sur les manuels scolaires japonais éclata pendant l’été 1982. Le 15 août 1985, le premier ministre japonais Nakasone Yasuhiro se rendit officiellement au sanctuaire de Yasukuni. Des manifestations étudiantes anti-japonaises eurent lieu à l’automne 1985, et les sondages d’opinion japonais menés en 1986 montrèrent que les sentiments des Japonais envers la Chine étaient au plus bas depuis 1982(voir Graphique 1). L’Incident de Kokaryo en 1987 suscita de nouvelles
    frictions entre les deux pays à propos du statut légal de Taiwan.

    - En 1989, le Japon se joignit aux pays occidentaux pour imposer des sanctions à la Chine au lendemain de l’Incident de Tiananmen. En août 1991, le premier ministre Kaifu Toshiki se rendit à Pékin et accepta de reprendre l’APD japonaise à la Chine. En 1992, le président Jiang Zemin et l’empereur Akihito échangèrent des visites.

    - Malgré le renforcement de l’interdépendance économique entre les deux pays, les relations politiques commencèrent à se détériorer à partir du milieu des années 1990. Les protestations populaires chinoises contre le Japon furent en grande partie réprimées dans les années 1990, comme lors des controverses portant sur les îles Diaoyu/Senkaku en 1990 et 1996.

    - En 1995, le Japon suspendit son assistance financière à la Chine en signe de protestation contre les essais nucléaires chinois. En 1996, le premier ministre Hashimoto Ryutaro se rendit au sanctuaire de Yasukuni, et de nouveaux conflits portant sur les îles Diaoyu/Senkaku éclatèrent. En 1998, lors d’une visite officielle au Japon, le président Jiang Zemin critiqua sévèrement l’attitude du Japon pendant la guerre.

    - D’octobre 2001 à septembre 2006, Pékin suspendit les visites d’État dans les deux sens. Le Japon commença à réduire son APD à la Chine à partir
    de 2001, puis décida la suppression progressive de tout nouveau crédit à partir de 2008. Les conflits bilatéraux sur les ressources gazières et pétrolières dans la mer de Chine orientale s’intensifièrent en 2004-2005.

    - En avril 2005, des manifestations anti-japonaises se produisirent dans de nombreuses villes chinoises.

    - D’octobre 2006 à mai 2008, des échanges de visites eurent lieu entre les premiers ministres japonais Abe Shinzo et Fukuda d’une part, et le premier ministre chinois Wen Jiabo et le président chinois Hu Jintao, d’autre part. Toutefois, le réchauffement apparent des relations bilatérales entre 2006 et 2009 s’avéra superficiel et de courte durée.

    - Une controverse sur l’importation de gyoza (raviolis) empoisonnés de Chine éclata en 2008. En septembre 2010, un bateau de pêche chinois entra en collision avec deux garde-côtes japonais à proximité des îles Diaoyu/Senkaku, provoquant un incident diplomatique.

    - Le 13 septembre 2012, la Diète japonaise approuva un projet de loi visant à nationaliser les îles Diaoyu/Senkaku. La Chine envoya immédiatement des navires patrouiller aux alentours et suspendit toute réunion bilatérale. D’importantes protestations anti-japonaises se répandirent dans les villes chinoises côtières et intérieures, en particulier le 18 septembre.​

    (1) Selon Zhang Xiangshan, diplomate chinois familier du Japon qui participa aux négociations sur la normalisation, le premier ministre japonais Tanaka et le premier ministre chinois Zhou Enlai se sont accordés en septembre 1972 pour mettre cette question de côté. Ce témoignage fut confirmé récemment par le politicien japonais Nonaka Hiromu, qui cita le rapport de Tanaka à sa propre faction au sein du PLD après la normalisation. Mais aucun document diplomatique publié dans les deux pays ne contient la réponse du Japon à la proposition chinoise, et Tokyo ne reconnaît pas l’existence d’un tel accord de peur que cela soit interprété comme l’admission de l’existence même d’un conflit territorial, ce que le Japon réfute officiellement. Voir les mémoires de Zhang Xiangshan : Zhang Xiangshan, « Zhongri fujiao tanpan huigu » (Panorama des négociations sinojaponaise pour la normalisation), Riben xuekan n° 1, 1998. Concernant les remarques de Nonaka,voir « Nonaka remarks riled the Senkaku waters », Japan times, 12 Juin 2013.

    Graphique 1: Sentiments d'affinité vis-à-vis de la Chine dans l'opinion japonaise, 1978-2012 (source: sondages annuels conduit par le bureau des relations publiques, secrétariat, gouvernement du Japon.)

    g268.png
     
    • J'aime J'aime x 1
  3. MandaRhum

    MandaRhum Dieu souverain

    Inscrit:
    15 Septembre 2012
    Messages:
    2 643
    Localité:
    地中海
    Ratings:
    +2 107 / -16

Partager cette page