1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

1924 : 17 ans avant les nazis, les États-Unis adoptent la chambre à gaz

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 10 Février 2012.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 948
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    LE POINT du 9 février 2012

    [h=2]D'origine chinoise, Gee Jon est le premier meurtrier américain à mourir dans une chambre à gaz, au Nevada.[/h]
    [​IMG]

    Vers 9 heures du matin ce 8 février 1924, le condamné à mort chinois Gee Jon, 29 ans, est attaché de force sur le fauteuil placé au centre de la chambre à gaz. L'homme ne semble pas comprendre l'honneur qui lui est fait. N'est-il pas le premier tueur des États-Unis à étrenner une mort douce et humaine ? Le gaz plutôt que la corde. Les gardiens se retirent de la petite pièce avant de refermer la lourde porte. Une dizaine de témoins - des reporters, des médecins et des représentants de l'armée - prennent place derrière la seule fenêtre du bâtiment pour observer les derniers instants du condamné. À 9 h 40, quatre livres d'acide cyanhydrique sont déversées dans la chambre, mais une grande partie du gaz encore liquide stagne sur le sol, car il fait froid, seulement 11 °C, par la faute d'un radiateur électrique tombé en panne. Cinq secondes plus tard, néanmoins, Gee perd connaissance, sa tête s'affaisse, mais continue à osciller durant au moins dix minutes, de haut en bas. Les autorités sont rassurées, tout a l'air de gazer au poil. Sauf pour les témoins qui se plaignent de sentir une odeur d'amande amère, le gaz doit fuir quelque part. Aussi les fait-on reculer. À 10 heures, la chambre est ouverte et des ventilateurs sont mis en route pour dissiper les dernières bouffées du poison. Ce n'est qu'à 12 h 30 que les gardiens pénètrent précautionneusement dans la chambre pour emporter le corps à l'hôpital de la prison. Sept médecins y constatent la mort, mais refusent de pratiquer une autopsie par crainte du gaz qui pourrait être contenu dans le corps du condamné.


    Ce Gee Jon avait débarqué de Chine quelques années auparavant. Membre d'une société criminelle chinoise, il avait reçu l'ordre d'abattre un certain Tom Quong Kee à Mina, dans le Nevada. Contrat qu'il exécute avec une belle conscience professionnelle avec un jeune complice de 19 ans. Du bon boulot, sauf qu'il se fait arrêter. À cette époque, la guerre des Tong fait rage sur la côte ouest, et les autorités sont fort aises d'attraper pour une fois un tueur. Aussi, vite fait, bien fait, il est condamné à mort. La peine de son comparse est commuée en prison à vie en raison de son jeune âge. Trois ans auparavant, jugeant la pendaison trop barbare et refusant la chaise électrique jugée trop cruelle, l'assemblée de l'État du Nevada avait adopté le "Human Death Bill". Celui-ci institue une mort par injection de gaz létal dans la cellule du condamné sans l'avertir et durant son sommeil. Aussi simple et indolore que de tuer un moustique avec une bombe... En théorie du moins, car, dans les faits, l'organisation de l'exécution se révèle plus compliquée que prévu. La prison de Carson City qui avait commandé un insecticide produit par la California Cyanide Company et utilisé pour tuer les insectes ravageant les citronniers californiens se voit opposer un refus de livraison. L'industriel ne veut pas être mêlé à cet assassinat officiel, ce qui oblige donc le directeur adjoint de la prison à effectuer lui-même le déplacement. Nouveau souci : les quatre gardiens désignés pour l'accompagner s'y refusent. Ils sont licenciés. Finalement, le directeur adjoint revient avec 20 livres de gaz létal et un appareil de fumigation, le tout pour 700 dollars.


    Il est temps de passer à l'action. La direction commence par employer la méthode préconisée par la loi, à savoir l'injection surprise du gaz directement dans la cellule du condamné à mort durant son sommeil. Mais les nombreuses fuites rendent le gaz inopérant. Si bien que le directeur se voit dans l'obligation d'ériger un bâtiment étanche spécialement destiné à cet usage. Il choisit pour cela le secteur de la boucherie de la prison. Après tout, on a l'habitude d'y manier de la viande morte... Avant d'y amener Gee Jon, un essai est fait avec un chat errant. L'expérience est concluante. Au Chinois, maintenant... La méthode se répand vite dans l'ouest du pays.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chambre_à_gaz
     
  2. A_zhongshan_un_chti

    Inscrit:
    21 Octobre 2009
    Messages:
    1 010
    Ratings:
    +2 / -0
    Intéressant.

    Bravo Mattcoq, sujet intéressant & instructif.

    Après le débat sur la peine de mort, c'est difficile.

    Certains disent que le peloton d'exécution est la meilleure méthode, rapide , nette.

    + digne, le condamné debout face à la justice, face aux bourreaux.

    ...

    Chapeau pour un sujet qui sort de l'ordinaire.
     
  3. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 948
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    C'est pas forcément un débat sur la peine de mort qui je souhaitais lancé ...

    Comme tu dis si bien, j'ai également appris des choses dans cet article, et le personnage principal est d'origine chinoise, d'où ce post ...
     
  4. Dagobert Ier

    Dagobert Ier Membre Silver

    Inscrit:
    4 Juillet 2010
    Messages:
    386
    Localité:
    Wuhan
    Ratings:
    +0 / -0
    Le titre est quand même provocateur.
     
  5. kurisutofue

    kurisutofue Membre Gold

    Inscrit:
    18 Juin 2007
    Messages:
    683
    Localité:
    Hangzhou
    Ratings:
    +3 / -0
    Merci pour cet article, ca laisse beaucoup reflechir sur les decouvertes que l'on peut faire bien des annees apres au moment et ou on s'y attend le moins.
     

Partager cette page