1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

14.300 milliards de dollars

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Myself, 30 Juin 2011.

  1. Myself

    Myself Membre Gold

    Inscrit:
    1 Décembre 2009
    Messages:
    870
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +79 / -6
    Barack Obama a appelé mercredi ses alliés démocrates et ses adversaires républicains à sacrifier "les vaches sacrées" afin de parvenir à un accord de réduction du déficit budgétaire aux Etats-Unis avant de risquer un défaut de paiement aux conséquences "imprévisibles".
    Lors d'une conférence de presse, le président américain, combatif et parfois sarcastique vis-à-vis des républicains, a dit que son parti devrait se résoudre à des réductions de dépenses mais que ses adversaires devraient en échange accepter des augmentations d'impôts pour les plus riches.
    "Je propose de supprimer les déductions fiscales pour les millionnaires et les milliardaires, pour les compagnies pétrolières et pour les gestionnaires de fonds d'arbitrage ou les propriétaires d'avions d'affaires", a déclaré M. Obama dans l'East Room, la salle d'apparat de la Maison Blanche.
    Mais il a mis en garde contre l'éventualité d'un défaut de paiement de l'Etat fédéral au cas où les deux partis ne parviendraient pas rapidement à s'entendre.
    "Si les Etats-Unis, pour la première fois, ne peuvent pas payer leurs factures, s'ils font défaut, alors les conséquences pour l'économie américaine seront importantes et imprévisibles. Et ce n'est pas bon", a déclaré M. Obama.
    "Personne ne veut compromettre la qualité de la signature des Etats-Unis. Personne ne veut voir les Etats-Unis en défaut de paiement. Nous devons saisir ce moment et le faire rapidement", a-t-il dit.
    Le président a ironisé sur le fait que ses filles "Malia et Sasha terminent leurs devoirs avec un jour d'avance". "Elles n'attendent pas la veille au soir. Et elles ont 13 et 10 ans. Le Congrès peut faire la même chose", a-t-il lancé, en promettant pour sa part de tout faire pour parvenir à un accord.
    "Le vice-président (Joe Biden) et moi-même continuerons ces négociations avec les dirigeants des deux partis au Congrès aussi longtemps que nécessaire. Nous parviendrons à un accord qui requerra de notre gouvernement qu'il vive selon ses moyens", a-t-il affirmé.
    La présidence et le Congrès sont engagés dans de difficiles négociations pour éviter un défaut de paiement de la dette américaine avant début août. Le Congrès doit relever la limite légale de l'endettement du pays, qui ne cesse d'enfler.
    M. Obama s'est pour la première fois impliqué directement lundi dans les négociations avec les parlementaires pour tenter de les faire progresser.
    Ces pourparlers, parrainés depuis le 5 mai par M. Biden, ont enregistré un grave revers jeudi dernier quand le chef de la majorité républicaine à la Chambre, Eric Cantor, en a claqué la porte, refusant des augmentations d'impôts pour les plus riches.
    Le président républicain de la Chambre, John Boehner, a refusé de modifier sa position mercredi, affirmant que "le président se trompe lourdement s'il pense qu'une loi sur le relèvement du plafond de la dette et une hausse des impôts peut être adoptée par la Chambre. Les votes n'y sont pas".
    La dette brute de l'Etat fédéral, de quelque 14.300 milliards de dollars, a atteint à la mi-mai le plafond autorisé par le Congrès. Le Trésor a prévenu que le pays ne serait plus en mesure de faire face à ses remboursements d'emprunts si le Congrès n'a toujours pas voté le relèvement du plafond d'ici au 2 août.
    Les instances internationales observent avec inquiétude ces négociations, au moment où la crise de la dette grecque ébranle déjà la confiance et alors que l'économie américaine peine à remonter la pente de la récession de 2007-2009.
    Le Fonds monétaire international (FMI) a exhorté mercredi Washington à conserver sa "crédibilité budgétaire" face au risque que représenterait pour le système financier mondial un abaissement de sa note de dette par les agences de notation.
    AFP le 29/06/2011 à 22:36
     
  2. mahu

    mahu Modo en carton

    Inscrit:
    9 Avril 2010
    Messages:
    5 886
    Localité:
    You give me fever
    Ratings:
    +4 428 / -77
    c'est vrai que cela semble inquietant: mais quand on voit tous les leviers d'imposition qu'ils peuvent lever pour effacer une partie de leur dette, ils ont tout de meme plus de marge de manoeuvre que la France (mais pas le meme systeme social non plus).

    mais bon, 14 300 milliards, je sais meme pas ce que cela represente concretement.
     
  3. Myself

    Myself Membre Gold

    Inscrit:
    1 Décembre 2009
    Messages:
    870
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +79 / -6
    N'est ce pas la Chine qui finance la dette americaine?
    Relever le plafond de la dette certes mais jusqu'a ou un Etat peut s'endetter? Cela devient colossal.
    Entre la Grece et cela, l'economie parait encore assez fragile.
     
  4. C-E

    C-E Dieu
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    19 Novembre 2009
    Messages:
    3 860
    Localité:
    Peking
    Ratings:
    +104 / -2
    Si un jour le gouvernement US se déclare en défaut de paiement, la Chine l'aura dans l'os.
    Tu me diras, l'Europe aussi, puisqu'elle repose sur l'économie amerloque...


    La question, c'est : les US oseront-ils faire défaut ?
     
  5. jabysz

    jabysz Membre Platinum

    Inscrit:
    28 Octobre 2007
    Messages:
    656
    Ratings:
    +38 / -0
    ou plutôt quand ? ; )
     
  6. Myself

    Myself Membre Gold

    Inscrit:
    1 Décembre 2009
    Messages:
    870
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +79 / -6
    A titre comparatif:
    "La dette publique de la France a augmenté de 54,9 milliards d'euros au premier trimestre par rapport à la fin 2010 pour s'établir à 1.646,1 milliards, soit "approximativement" 84,5% du produit intérieur brut (PIB), a annoncé jeudi l'Insee.
    A la fin du premier trimestre 2011, la dette publique au sens des critères européens du traité de Maastricht "s'établit à 1.646,1 milliards d'euros, en augmentation de 54,9 milliards par rapport au trimestre précédent", déclare l'Institut national de la statistique et des études économiques dans un communiqué.
    "Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe approximativement à 84,5%, en augmentation de 2,2 points par rapport au trimestre précédent", ajoute-t-il.
    La dette cumulée de l'Etat, des collectivités locales et de la sécurité sociale s'est établie fin 2010 à 82,3% du PIB. Selon le gouvernement, elle devrait continuer à gonfler cette année, à 85,4%, avant de culminer en 2012 à 86,9% puis de commencer à refluer en 2013, à 85,6%.
    Au premier trimestre, c'est la dette de l'Etat, en hausse de 41,5 milliards, et celle des administrations de sécurité sociale, en augmentation de 20,6 milliards, qui font grimper la dette publique.
    Dans le détail, l'endettement de la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades) monte de 24,1 milliards et celui de l'Unedic de 2,9 milliards, tandis que l'Acoss se désendette de 18,7 milliards.
    De leur côté, la contribution des organismes divers d'administration centrale à la dette diminue au premier trimestre de 3,1 milliards, en raison du désendettement de la Société de prise de participation de l'Etat (SPPE). Les administrations publiques locales se désendettent aussi, de 4,1 milliards, un rythme comparable aux premiers trimestres des années précédentes."
    AFP le 30/06/2011 à 09:08
     
  7. boriso

    boriso Membre Bronze

    Inscrit:
    22 Juin 2011
    Messages:
    140
    Ratings:
    +0 / -0
  8. Myself

    Myself Membre Gold

    Inscrit:
    1 Décembre 2009
    Messages:
    870
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +79 / -6
    Articles interessants, boriso.
    Sur l'article de Marianne, je ne pense pas qu'en economie ouverte un plan de relance a la Keynes puisse avoir les effets escomptes. Si la France est moins pire que certains pays, je ne vois pas comment un plan de relance par le deficit budgetaire puisse faire repartir l'economie, du moins a moyen terme. Relance ou pas, je vois qu'on est structurellement en deficit. Et le fait que nous soyons chaque annee en deficit fait que nous avons de moins en moins de marge de manoeuvre. La Chine par exemple a pu lors de la crise financiere injecter des sommes massives dans l'economie, pas toujours au mieux mais quand meme, par principe de bon sens je dirai qu'on fait un plan de relance quand on a l'argent, sinon c'est un pari risque.
     
  9. mahu

    mahu Modo en carton

    Inscrit:
    9 Avril 2010
    Messages:
    5 886
    Localité:
    You give me fever
    Ratings:
    +4 428 / -77
    pour les plans de relance, t'as deux theories:
    - on creuse la dette en esperant que l'investissement va redresser l'economie et rembourser la dette.
    - on economise en esperant que l'economie morose actuelle ne durera pas et que des initiatives emergeront d'elles-memes pour venir rembourser la dette.

    et leurs mauvais cotes:
    - on a creuse le deficit et les plans de relance sont des gouffres sans fin.
    - on n'a pas agit et l'economie touche davantage le fond.

    dans les deux cas, memes finalites.
     
  10. boriso

    boriso Membre Bronze

    Inscrit:
    22 Juin 2011
    Messages:
    140
    Ratings:
    +0 / -0
  11. jabysz

    jabysz Membre Platinum

    Inscrit:
    28 Octobre 2007
    Messages:
    656
    Ratings:
    +38 / -0
    j'aime bien son accent franglish sur "hard landing" et son expression "sino béatitude" lol

    sinon je suis d'accord avec lui sur la part de la conso des classes moyenne. et suis surpris qu'il parle des emprunts toxiques, sujet dont on parle pas assez et qui comme il dit va surprendre pas mal de monde !
    c'est un subprime bis qui s'annonce en chine !

    il y a pas longtemps le directeur de la Banque de Xiamen ( la commerciale ou industrielle je sais plus) c'est enfui après avoir fourgue des millions de dollars de prêts a des entreprises incapables de rembourser..

    petit a petit ce genre d'histoire va sortir de plus en plus souvent !
     
  12. C-E

    C-E Dieu
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    19 Novembre 2009
    Messages:
    3 860
    Localité:
    Peking
    Ratings:
    +104 / -2
    C'est vrai que de nombreux articles laissent à penser qu'une partie de la croissance chinoise pourrait être factice, basée sur de l'argent prêté par les banques, mais qui n'existe pas.
    Ca pourrait être une des causes de l'inflation actuelle.
    Mais comme il est impossible d'évaluer ces sommes effacées des comptes des banques, comment savoir si ça peut impacter la croissance ?
    Parfois, je me dis que ce taux de croissance est humainement impossible...
     
  13. Myself

    Myself Membre Gold

    Inscrit:
    1 Décembre 2009
    Messages:
    870
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +79 / -6
    Tres interessant. Cependant la Chine semble pour l'instant impossible a arreter, malgre tout ce que l'on dit sur son economie, elle surpasse toutes les economies du monde en terme de croissance. Il parait necessaire que ca se calme pour pouvoir assainir certains aspects de l'economie et de la societe.
     

Partager cette page